Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

Il devient difficile pour les plus grands détaillants américains d’impressionner les investisseurs après le boom dû à la pandémie qui a gonflé leurs ventes et élargi leurs marges bénéficiaires. Leurs derniers bénéfices ont continué de montrer leur solidité, mais l’avenir semble plus incertain alors que les consommateurs semblent reprendre leurs habitudes d’achat.

Walmart (NYSE:), le plus grand détaillant de briques et de mortier du pays, a publié mardi de solides résultats trimestriels qui ont dépassé les attentes des analystes. Les ventes comparables – celles des magasins et des canaux numériques en activité depuis au moins 12 mois – ont augmenté de 5,2 % au cours du trimestre qui s’est terminé le 30 juillet par rapport à la même période de l’année précédente. Les ventes de commerce électronique aux États-Unis ont augmenté de 6 % par rapport à l’année dernière, lorsque les restrictions du COVID ont retenu de nombreuses personnes à la maison. Toutefois, la croissance a ralenti par rapport au début de l’année, tant en ligne que hors ligne.

Home Depot (NYSE:HD) a publié cette semaine des résultats inférieurs aux attentes pour le deuxième trimestre, ses ventes à magasins comparables ayant augmenté de 4,5 % au cours de la période terminée le 1er août, ce qui est inférieur à la moyenne de 5,6 % des estimations des analystes.

Un autre détaillant de premier plan, Target (NYSE:TGT), a annoncé plus tôt cette semaine que la croissance de ses ventes avait ralenti au deuxième trimestre. Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 8,9 %, soit moins de la moitié de la hausse enregistrée l’année précédente. Dans le même temps, les marges bénéficiaires se sont resserrées et les recettes du commerce électronique ont augmenté de 10 % après avoir presque triplé l’année précédente.

Ces signes de ralentissement interviennent alors que les consommateurs américains ont freiné leurs dépenses en juillet, pénalisés par l’accélération de l’inflation. Les ventes au détail américaines ont baissé de 1,1 % en juillet, a annoncé mardi le département du commerce, les dépenses ayant diminué dans toutes les catégories, notamment l’habillement, le mobilier et les voitures. Le décompte du gouvernement, qui inclut les restaurants et les bars, avait augmenté en juin, car davantage d’Américains se sont fait vacciner et les dépenses se sont déplacées vers les restaurants et les voyages.

Walmart et HomeDepot restent des valeurs sûres

Malgré les signes d’essoufflement de l’envolée des ventes, certains analystes restent positifs sur ces actions, conseillant aux investisseurs d’acheter la baisse car les dépenses liées à la pandémie continuent de stimuler les ventes.

Robert Ohmes, analyste de Bank of America (NYSE:), a relevé son objectif de cours sur Walmart cette semaine, le faisant passer de 185 à 190 dollars, établissant ainsi un nouveau record à Wall Street parmi les principaux analystes, selon FactSet. L’action WMT a clôturé hier à 150,11 dollars, en hausse de près de 0,7 % sur la journée.

Dans sa note, il dit :

“Nous pensons que les gains de part de marché de WMT dans l’épicerie pourraient s’accélérer à mesure que l’environnement se normalise et que les consommateurs abandonnent les achats plus proches de la maison/de petites boîtes qui favorisaient les supermarchés à travers COVID. … Une plus grande sensibilité aux prix avec la réouverture … pourrait également détourner le trafic vers des noms de valeur comme WMT.”

L’action Home Depot, qui a chuté de plus de 4 % mardi après que le détaillant de grandes surfaces a manqué les prévisions du consensus des analystes, est un achat pour Goldman Sachs (NYSE:), dont les analystes prévoient que la société continuera à générer de la croissance, même par rapport aux solides résultats de l’année dernière.

Goldman a relevé son objectif de cours de 376 dollars à 390 dollars par action, ce qui représente une hausse de plus de 21 % par rapport au cours de l’action jeudi et constitue l’objectif le plus élevé parmi les principaux analystes de Wall Street, selon FactSet.

Dans une note, Goldman a déclaré :

“La direction de Home Depot estime qu’à mesure que la valeur des maisons augmente, les consommateurs deviennent de plus en plus enclins à réinvestir dans leur maison, ce qui stimule la demande pour la catégorie de l’amélioration de la maison.”

Home Depot Weekly Chart.

Conclusion : Faut-il fuir les actions du secteur de la vente au détail?

Certains signes précurseurs indiquent que le boom des achats de produits d’épicerie et d’ameublement lié à la pandémie est en train de se calmer et que les acheteurs pourraient commencer à revenir à des habitudes d’achat plus normales après plus d’un an de stockage pendant les périodes de lockdown.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également