Les actions des compagnies aériennes, l’une des transactions de réouverture les plus populaires, n’évoluent pas dans la direction souhaitée par les investisseurs.

L’ETF U.S. Global Jets (NYSE:) a perdu plus de 15 % au cours du dernier trimestre, au moment même où de plus en plus de personnes prennent l’avion après une longue pause pandémique. L’administration américaine de la sécurité des transports a déclaré vendredi dernier que les contrôles dans les aéroports avaient dépassé les niveaux de 2019 pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, ce qui laisse présager une forte demande de voyages pour les mois d’été.

La force du rebond des voyages aux États-Unis est également évidente au vu des contraintes de capacité auxquelles sont confrontées les compagnies aériennes. De nombreuses grandes compagnies aériennes américaines s’efforcent d’ajouter des pilotes et du personnel au sol qui ont été licenciés par l’effondrement de la demande de voyages l’année dernière. Southwest Airlines Company (NYSE:), par exemple, a proposé aux hôtesses de l’air et au personnel au sol de doubler leur salaire pour effectuer des quarts supplémentaires pendant les vacances du 4 juillet.

Autre signe que les compagnies aériennes entrevoient des jours meilleurs, United Airlines Holdings Inc (NASDAQ:) a annoncé la semaine dernière qu’elle allait commander 270 avions de ligne à fuselage étroit auprès de Boeing Co (NYSE:) et d’Airbus Group SE (PA:) – sa plus grosse commande d’avions jamais enregistrée. La compagnie aérienne est également en pleine vague d’embauche, puisqu’elle compte ajouter environ 25 000 employés, dont des pilotes, des agents de bord et des mécaniciens, pour les nouveaux avions. United prévoit d’afficher un résultat ajusté avant impôt positif le mois prochain, pour la première fois depuis janvier 2020.

L’une des explications possibles de cette période baissière pour les actions des compagnies aériennes malgré la hausse simultanée de la demande de voyages est que l’argent facile a déjà été gagné dans ce commerce. La prochaine étape de la croissance, qui dépendra de la reprise des voyages internationaux et d’affaires, est encore confrontée à diverses incertitudes, alors que de nouvelles variantes de COVID apparaissent et que les compagnies cherchent à réduire leurs coûts.

Un pari sur le long terme

Lors d’une webémission le mois dernier, le directeur général de Delta Air Lines Inc (NYSE:), Ed Bastian, a déclaré que la compagnie opérerait deux fois plus de vols intérieurs en juillet qu’en mai. Pourtant, “les voyages d’affaires sont très limités en ce moment”, a-t-il déclaré.

Delta Air Lines hebdo

Pour de nombreux cadres et employés, les voyages d’affaires ne seront peut-être plus nécessaires à l’avenir, car ils se sentent à l’aise pour répondre aux besoins de leurs clients par vidéoconférence. Certains cadres prévoient de tenir des réunions avec leurs employés par appel vidéo à partir de maintenant.

Dans le domaine de la vente, certains professionnels affirment que les réunions en ligne leur donnent même certains avantages par rapport aux entretiens en face à face, selon une enquête récente du Wall Street Journal.

Ces anecdotes d’experts du secteur suggèrent que l’investissement dans les actions des compagnies aériennes est désormais un pari à long terme, avec la conviction qu’à un moment donné, les voyages long-courriers – le segment le plus rentable pour les compagnies aériennes – se redresseront, aidant ces transporteurs à récupérer les ventes qu’ils réalisaient avant la pandémie. Après le 11 septembre, il a fallu six ans au secteur aérien pour se redresser.

Sur ce segment, Delta apparaît comme un achat intéressant à long terme. Les analystes de Jefferies ont récemment relevé le cours de l’action, la faisant passer d’une position d’attente à une position d’achat, affirmant dans une note qu’elle est bien placée pour bénéficier de la reprise économique en cours. Environ la moitié des ventes de DAL sont réalisées par des entreprises, dont 50 % dans le secteur des voyages d’affaires de petite et moyenne taille.

Les voyages internationaux devraient également constituer un point fort pour Delta, étant donné son exposition surdimensionnée à l’Europe, selon Jefferies. Le cabinet a relevé son objectif de cours pour Delta, le faisant passer de 50 à 60 dollars par action. Ce nouvel objectif est supérieur d’environ 40 % au cours de l’action mercredi, qui a clôturé à 42,54 dollars.

Spirit Airlines Hebdo

Spirit Airlines Hebdo

Pour les analystes de Citi, le transporteur aérien à bas coûts Spirit Airlines (NYSE:SAVE) semble également bon marché. Ils affirment que les récentes difficultés du titre ont “ouvert la valeur des actions” et qu’ils ont mis à jour les signaux d’orientation indiquant qu’il était temps d’acheter la baisse. Leur note dit :

“Les coûts associés au redémarrage de certaines opérations semblent prêts à exercer une pression sur le coût du carburant [coût par siège-mille disponible] plus forte que ce que nous avions prévu, alors que les prix du carburant continuent d’augmenter. Cependant, les indicateurs de la demande de voyages de l’été 2021 semblent également prêts à soutenir les revenus des passagers des vols domestiques de loisirs.”

Citi a augmenté son objectif de cours sur Spirit de 2 $ à 42 $ par action, ce qui représente une hausse de plus de 40 % par rapport au cours de l’action mercredi, qui a clôturé à 29,06 $.

Mot de la Fin

La majorité des actions des compagnies aériennes reflètent déjà un fort rebond des voyages intérieurs après le déploiement des vaccins aux États-Unis. La prochaine phase de croissance dépend beaucoup de la reprise des voyages internationaux et d’affaires.

Les compagnies aériennes fortement exposées à ce segment, comme Delta, en profiteront.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également