Les résultats trimestriels supérieurs aux attentes de plusieurs poids lourds, tels que . (NASDAQ:), (NASDAQ:), (NASDAQ:), (NASDAQ:), (NYSE:), (NYSE:), et . (NYSE:), ont entraîné un rallye de secours cette semaine.

En revanche, les mauvais résultats de (NASDAQ:), publiés le 2 février, et . (NASDAQ:), annoncés le 1er février, ainsi que des résultats décevants de . (NYSE:) et . (NASDAQ:) en janvier ont effrayé un grand nombre d’investisseurs.

Les investisseurs chevronnés se rendent compte que l’évolution du sentiment peut entraîner des variations de prix brutales à Wall Street, et les indices plus larges ne sont peut-être pas encore sortis de l’auberge.

Depuis le début de l’année, l’indice et l’indice à forte composante technologique ont perdu environ 3,4% et 11,1%. Malgré ces baisses, les sociétés établies, telles que les grandes capitalisations qui affichent une croissance des bénéfices, une large assise, des dividendes, ainsi que celles qui offrent une technologie solide devraient continuer à attirer les investisseurs dans les mois à venir. L’article d’aujourd’hui présente donc deux fonds négociés en bourse (FNB) qui pourraient intéresser les lecteurs prêts à acheter la baisse.

1. ETF SPDR Dow Jones Industrial Average

  • Cours actuel : 350,87$
  • Fourchette sur 52 semaines : 305,18 $ – 369,50$
  • Rendement du dividende : 1,67%
  • Ratio des frais : 0,16 % par an

Notre premier fonds, le SPDR Dow Jones Industrial Average ETF Trust (NYSE:), suit les rendements du DJIA, composé de 30 sociétés américaines de premier ordre cotées à la Bourse de New York (NYSE) ainsi qu’au NASDAQ. Le DIA ETF est l’un des fonds les plus importants et les plus suivis.

Le DIA a commencé à être négocié en janvier 1998, et ses actifs nets s’élèvent à 32,2 milliards de dollars. L’indice étant pondéré par les prix, les actions les plus chères ont un impact important sur la valeur du FNB.

Les 10 principaux titres du fonds représentent actuellement environ 55 % du portefeuille. Les principales positions du DIA sont détenues par UnitedHealth (NYSE:), Home Depot (NYSE:), Goldman Sachs, Microsoft (NASDAQ:), McDonald’s (NYSE:) et Visa (NYSE:).

En 2021, le DIA était en hausse de plus de 19 %. Il a commencé l’année 2022 à 365 $ et, après avoir atteint un sommet record au cours de la première semaine de janvier, les sociétés de l’indice ont subi des pressions, de sorte qu’il est en baisse d’environ 2 % depuis le début de l’année.

Compte tenu des sociétés de premier ordre qui composent le fonds, nous nous attendons à ce que la plupart d’entre elles se remettent de leur creux de janvier pour atteindre de nouveaux sommets au cours des prochains trimestres. Par conséquent, les investisseurs “buy-and-hold” pourraient envisager d’ajouter DIA à leurs portefeuilles aux niveaux actuels.

Enfin, les investisseurs pourraient également s’intéresser au Invesco Dow Jones Industrial Average Dividend ETF (NYSE:), un fonds Dow axé sur les dividendes.

2. ETF ProShares S&P Kensho Smart Factories

  • Cours actuel : 35,84$
  • Fourchette sur 52 semaines : 33,74 $ – 45,05
  • Ratio des frais : 0,58 % par an

Les problèmes complexes de la chaîne d’approvisionnement, ainsi qu’une numérisation accrue, constituent un vent favorable aux usines intelligentes ou, selon Ottomotors.com, aux “environnements hautement numérisés et connectés dans lesquels les machines et les équipements sont capables d’améliorer les processus par l’automatisation et l’auto-optimisation.”

Des mesures récentes soulignent que d’ici 2028, le marché mondial des usines intelligentes pourrait atteindre près de 600 milliards de dollars, ce qui implique un taux de croissance annuel composé (TCAC) bien supérieur à 12 %. Usine “numérique” ou “intelligente” seraient également d’autres termes utilisés dans ce contexte.

Notre deuxième fonds, le ProShares S&P Kensho Smart Factories ETF (NYSE:), se concentre sur les entreprises dont les technologies permettent aux usines numérisées d’améliorer les processus de fabrication. Le fonds a été coté pour la première fois en septembre 2021, et son actif net s’élève à 3,7 millions de dollars. En d’autres termes, il s’agit encore d’un petit ETF dont l’historique de négociation est limité.

MAKX D1

MAKX compte actuellement 23 titres, et les dix premiers noms représentent plus de la moitié du portefeuille. Près des trois quarts des actions sont des titres du secteur des technologies de l’information (TI). Les valeurs industrielles représentent la partie restante.

Le fournisseur de services logiciels PTC (NASDAQ:), le groupe de logiciels et d’ingénierie Emerson Electric (NYSE:), le spécialiste de l’électrification, de la robotique et de l’automatisation industrielle ABB (NYSE:) et le développeur de logiciels d’optimisation intégrée des actifs Aspen Technology (NASDAQ:) figurent parmi les principales sociétés du portefeuille.

Le FNB a commencé à se négocier fin septembre à environ 40 $. Puis, le 8 novembre, il a atteint un niveau record de 45,05 $. Mais depuis lors, il a perdu environ 21 %. Les investisseurs à long terme pourraient envisager d’acheter autour de 35 $.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également