Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

Les dirigeants des pays du monde entier se réuniront en Écosse pendant près de deux semaines à partir du dimanche 31 octobre pour la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, plus familièrement appelée COP26, afin de discuter du changement climatique et des restrictions des émissions de combustibles fossiles.

La COP26 devrait être le rassemblement environnemental le plus important et le plus marquant depuis la COP21 à Paris en 2015, qui a abouti à l’accord de Paris sur le climat. Comme nous sommes susceptibles de voir un éventail de titres et d’articles sur le sommet, il est important pour les traders de comprendre quelles nouvelles des décideurs politiques et des environnementalistes pourraient avoir un impact sur les prix du pétrole à court et à long terme.

Voici un aperçu de quatre façons dont l’environnementalisme climatique tente d’influencer l’industrie (y compris COP26 et plus) et comment les traders devraient évaluer les impacts.

1. Accords internationaux/conférences et ONG

Les contributions déterminées au niveau national que chaque pays s’est engagé à réaliser dans le cadre de l’Accord de Paris sont “juridiquement contraignantes” en théorie, mais il n’existe aucun mécanisme d’application permettant aux Nations unies de demander des comptes aux pays. Si un État ne respecte pas sa part de l’accord, les Nations unies ne peuvent rien faire.

En outre, la Chine et l’Inde ont essentiellement bénéficié d’exemptions aux termes de l’accord. L’adhésion d’un pays à ses propres engagements dépend de la volonté du gouvernement, ou de la volonté du peuple, de les mettre en œuvre. Certains pays prennent leurs engagements plus au sérieux que d’autres. Comme nous l’avons vu avec les transitions à la Maison Blanche, un changement de dirigeant peut signifier qu’un nouveau dirigeant peut simplement modifier la participation à cet accord sans réelles conséquences.

Les négociants doivent être attentifs aux nouveaux engagements pris lors du sommet d’Écosse, en particulier aux mises à jour des contributions déterminées au niveau national. Les gros titres sur ces promesses peuvent parfois avoir un impact sur le marché à court terme. Toutefois, à moins que les pays ne mettent en œuvre ces politiques, une simple déclaration n’aura aucun effet sur l’industrie ou le marché à long terme.

2. Poursuites judiciaires liées au climat

De temps en temps, nous verrons un gros titre sur un procès climatique intenté par un groupe écologiste ou une entité gouvernementale pour promouvoir des politiques climatiques vertes. Le but ultime de ces poursuites est de changer la façon dont l’industrie fait des affaires.

Aux États-Unis, environ 24 actions en justice sont actuellement intentées par des États et des collectivités locales contre de grandes compagnies pétrolières et gazières, qui les accusent de contribuer au changement climatique en vendant des combustibles fossiles. Il faut du temps pour que ces actions en justice fassent leur chemin dans le système judiciaire. Bien qu’ils aient tendance à faire les gros titres, les procès n’ont généralement pas changé grand-chose au mode de fonctionnement de l’industrie. Nous avons constaté certains impacts sur les détails du fonctionnement de l’industrie, mais les poursuites n’ont pas réduit de façon marquée l’offre ou la demande.

Les traders devraient prêter attention à certains de ces gros titres pour les impacts à court terme sur les prix, mais nous n’avons pas encore vu de procès ayant des effets structurels à long terme sur l’industrie ou le marché.

3. Réglementation gouvernementale

De nombreux gouvernements souhaitent imposer des restrictions et des réglementations sur l’utilisation des combustibles fossiles et les émissions de carbone. Cependant, nous voyons de plus en plus de signes indiquant que la population n’est pas entièrement convaincue. Par exemple, en Suisse, où de nombreuses décisions sont prises par un vote de démocratie directe (l’ensemble de la population a la possibilité de voter sur une décision), les électeurs ont rejeté une loi visant à limiter les gaz à effet de serre. Le vote suisse rend presque impossible pour la Suisse d’atteindre les objectifs climatiques que ses dirigeants veulent pousser à la COP26.

Souvent, les gouvernements annoncent des plans pour des années à venir, ce qui attire l’attention et incite les gens à s’inquiéter des restrictions sur l’utilisation des combustibles fossiles, mais ces plans ne sont souvent pas mis en œuvre ou ne le sont pas comme prévu. Lorsque les responsables politiques annoncent des plans pour 2030 ou 2050, il est peu probable qu’ils soient en poste lorsque l’échéance arrive. N’oubliez pas que ces politiques visent davantage à attirer l’attention par une grande annonce qu’à changer la façon dont les combustibles fossiles sont utilisés.

Cependant, la plupart des gouvernements ont une influence incroyable sur leurs industries locales de combustibles fossiles, tant sur les producteurs de combustibles fossiles que sur la consommation de combustibles fossiles dans leur pays. Par exemple, aux États-Unis, sous l’administration Trump, la production de pétrole a été encouragée et a atteint des niveaux très élevés. Maintenant, sous l’administration Biden, l’attitude à l’égard de la production pétrolière est plus négative et sa réglementation de l’industrie est plus stricte. En conséquence, les producteurs sont moins enclins à forer de nouveaux puits, ce qui contribue à la baisse de la production pétrolière – et à la hausse des prix – cette année.

Les traders doivent savoir que la réglementation gouvernementale a un impact plus important sur le marché et l’industrie à long terme.

4. Le comportement des entreprises

Les efforts des activistes du changement climatique ayant le plus grand impact sur l’offre et la demande viendront peut-être des compagnies pétrolières et gazières elles-mêmes. Les entreprises, en particulier celles qui sont cotées en bourse, subissent de multiples pressions pour soutenir les actions climatiques des environnementalistes. Il s’agit notamment des conseils d’administration des activistes, des relations publiques et du marketing, ainsi que des relations avec les investisseurs.

La plupart de ces entreprises réduisent leur budget d’exploration et de production, et ce même depuis 2015. Les entreprises font ces coupes parce qu’elles veulent économiser de l’argent et en rendre davantage aux actionnaires sous forme de dividendes. Cela devrait à son tour faire augmenter le prix des actions de l’entreprise, ce qui enrichit toutes les personnes concernées. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le point de vue écologiste dans cette décision quasi industrielle de réduire l’exploration et la production.

Si la tendance à la réduction des budgets d’exploration et de production se poursuit dans les années à venir – et tout porte à croire qu’elle se poursuivra – nous pouvons nous attendre à des pénuries de pétrole et de gaz.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également