Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

Robinhood Markets Inc (NASDAQ:) a révolutionné le trading sur les marchés grâce à sa plateforme facile à utiliser et sans frais. Les actions de la plateforme de trading sans frais suivent une trajectoire familière. À l’instar des récents rallyes des “meme stocks”, elle est devenue le centre d’attention des investisseurs particuliers.

L’action Robinhood a bondi de 50 % mercredi après qu’une armée d’investisseurs individuels a rejoint des personnes comme Cathie Wood, qui a acheté des actions de la plateforme de négociation après son introduction en bourse la semaine dernière. L’achat frénétique d’actions a poussé la valeur marchande de l’entreprise à un sommet de 65 milliards de dollars, contre 29,1 milliards de dollars après son entrée au NASDAQ le 28 juillet. Hier, Robinhood a clôturé à 50,97 $, en baisse de près de 19,5 % sur la journée.

La société californienne a attiré les investisseurs particuliers après avoir donné environ 25 % des actions de son introduction en bourse à ses propres clients. HOOD était un “top traded stock” sur Fidelity, ce qui est généralement un bon indicateur de l’intérêt des investisseurs individuels sur une journée donnée.

Des mouvements de cette ampleur placent Robinhood dans le groupe des actions mèmes très volatiles, comme GameStop Corp (NYSE:) et AMC Entertainment Holdings Inc (NYSE:). Mais la question pour les investisseurs à long terme est assez simple : est-ce le bon moment pour acheter Robinhood ?

Selon Atlantic Equities, qui a un objectif de cours de 65 dollars par action sur le titre, Robinhood est sur une trajectoire de croissance solide qui rend son action intéressante pour les investisseurs de croissance.

Dans une note de la semaine dernière, la maison de courtage a déclaré :

“Nous pensons que cette croissance supérieure du nombre d’utilisateurs va se poursuivre étant donné le succès du programme de parrainage et l’attrait du produit auprès de sa population cible.”

En plus de son potentiel de croissance du nombre d’utilisateurs, Robinhood a également un potentiel de hausse dans la quantité de revenus qu’elle génère par utilisateur, a déclaré Atlantic, ajoutant :

“Bien que Robinhood ait délivré un revenu sur trois ans [taux de croissance annuel composé] de 169%, nous voyons un potentiel pour l’entreprise de développer davantage son portefeuille de produits.”

La chef d’ARK Invest, Cathie Wood, qui est populaire sur les forums Internet comme WallStreetBets de Reddit, a acheté mardi plus de 89 600 actions de Robinhood pour son ETF ARK Fintech Innovation ETF (NYSE:). Cet achat s’ajoute aux 3,15 millions d’actions Robinhood que Wood a déjà achetées depuis l’introduction en bourse de la semaine dernière.

Sur une trajectoire de collision

Malgré cet enthousiasme, le modèle de revenus de Robinhood présente des risques évidents que les investisseurs à long terme doivent garder à l’esprit s’ils investissent dans ce nom.

Robinhood est en conflit avec les régulateurs à propos d’une pratique controversée qui génère la majeure partie de ses revenus. Robinhood a révélé que 81 % de ses revenus du premier trimestre provenaient de l’envoi des ordres de ses clients sur les actions, les options et les crypto-monnaies à des sociétés de négociation à grande vitesse – une pratique connue sous le nom de paiement du flux d’ordres.

Le président de la Securities and Exchange Commission (SEC), Gary Gensler, a déclaré en juin que la SEC examinait le paiement pour le flux d’ordres, alimentant les spéculations selon lesquelles cette pratique pourrait être interdite.

Dans une interview accordée à CNBC en juin, M. Gensler a remis en question l’argument du secteur du courtage selon lequel les accords de paiement pour le flux d’ordres ont permis aux investisseurs particuliers de négocier des actions gratuitement.

“Je pense que c’est une perception erronée. Ce n’est pas de la négociation gratuite”, a déclaré Gensler. “C’est une commission nulle, mais pas nécessairement gratuite”, a-t-il ajouté, notant que le gain des courtiers en données est précieux.

Ces incertitudes et une participation importante des investisseurs particuliers sont peut-être à l’origine des importants ordres de vente des premiers investisseurs de Robinhood. Dans un document publié jeudi, la société a révélé que plus d’une douzaine de ses actionnaires existants ont déposé une demande pour vendre jusqu’à 97,9 millions d’actions dans le cadre d’une offre d’actions post-IPO. Ces investisseurs comprennent un grand nombre des plus grands bailleurs de fonds de la société, dont New Enterprise Associates, Ribbit Capital, Thrive Capital et Andreessen Horowitz.

Conclusion : Robinhood, une action à fuir ?

Robinhood est un nouvel ajout au groupe des actions mèmes que nous ne recommandons pas aux investisseurs à long terme en raison de leur détachement des fondamentaux. Cela dit, Robinhood a une activité solide qui pourrait connaître une croissance supplémentaire si l’examen de la SEC ne nuit pas à son modèle commercial existant. Tant que cette incertitude persiste, il est préférable de rester sur la touche.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également