© Reuters. Trente-sept procureurs généraux des États-Unis ont intenté mercredi un procès à Google, filiale d’Alphabet, qu’ils accusent de pratiques anticoncurrentielles avec sa boutique en ligne Play Store destinée aux utilisateurs d’Android. /Photo d’archive

par Diane Bartz, Paresh Dave et Karen Freifeld

WASHINGTON/OAKLAND (Reuters) – Trente-sept procureurs généraux des États-Unis ont intenté mercredi un procès à Google, filiale d’Alphabet (NASDAQ:), qu’ils accusent de pratiques anticoncurrentielles avec sa boutique en ligne Play Store destinée aux utilisateurs d’Android.

Le géant est accusé d’abus de pouvoir et de tactiques interventionnistes illégales afin de conforter son monopole sur les contenus et applications téléchargeables pour les smartphones et tablettes Android.

Les allégations découlent d’une enquête qui a débuté en septembre 2019 et qui implique presque tous les États américains. Selon l’enquête, 90% des applications Android téléchargées aux Etats-Unis proviennent de Google Play.

Google affirme que le litige vise à aider une poignée de grands développeurs d’applications en quête d’un traitement préférentiel. Le groupe soutient que contrairement à Apple Inc (NASDAQ:) et son App Store sur iPhone, contre lequel les États n’ont pas exclu de prendre des mesures similaires, Android encourage ses concurrents à venir sur son Play Store.

“Android et Google Play offrent une ouverture et un choix que d’autres plateformes n’ont tout simplement pas”, a déclaré la société sur son blog.

Les États, emmenés par l’Utah, l’Etat de New York, la Caroline du Nord et le Tennessee, considèrent que Google a généré des “marges bénéficiaires énormes” avec son Play Store en soudoyant notamment des développeurs d’applications pour qu’ils ne se tournent pas vers des boutiques concurrentes.

Samsung Electronics (KS:) Co, dont la boutique d’applications représente la plus grande menace pour Google, aurait été visé. Le géant sud-coréen de l’électronique s’est refusé à tout commentaire.

“Google tire parti de son pouvoir de monopole avec Android pour maintenir illégalement une position dominante sur le marché de la distribution d’applications Android”, peut-on lire dans la plainte collective.

Google aurait illégalement exigé que certaines applications lui fournissent jusqu’à 30% des recettes, contre 3% pour les autres marchés, ce qui contraint les fabricants d’applications à augmenter leurs tarifs aux dépens des consommateurs.

(Reportage Diane Bartz, Paresh Dave et Karen Freifeld, avec la contribution de Joyce Lee, version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Sophie Louet)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également