À l’ouverture des marchés au début du mois de mai, Wall Street affichait un optimisme presque béat.

La reprise économique tant attendue se déroulait bien. Le marché de l’emploi semblait s’améliorer. La construction de logements était en plein essor, et la pandémie de COVID-19 montrait des signes d’affaiblissement.

Mais dans l’ensemble, les marchés d’actifs n’ont donné que des résultats modestes et nerveux au cours du mois dernier, car les investisseurs ont continué à être perturbés par des événements échappant au contrôle de presque tout le monde.

Parmi les inquiétudes récurrentes figuraient les craintes d’une nouvelle poussée d’inflation ou d’un début de pénurie de main-d’œuvre. Tout au long du mois de mai, les actions ont semblé peiner après avoir atteint de nouveaux sommets – même si certains de ces sommets avaient été atteints en mars – et les actions ont commencé à sembler un peu surachetées.

Il y a également eu quelques ruines géopolitiques : une attaque par ransomware sur l’un des plus importants pipelines d’essence américains a poussé un certain nombre de personnes à accumuler de l’essence ; une éruption de violence au Moyen-Orient a conduit à une guerre courte et brutale, augmentant les tensions avec la Russie et la Chine et générant toutes sortes de tensions politiques.

À la fin du mois de mai, les inquiétudes liées à l’inflation semblaient s’estomper. Mais peu d’autres choses avaient changé.

Ainsi, à l’aube du mois de juin, le marché des actions semble s’être installé dans un schéma d’attente.

Comment les chiffres se décomposent

Au cours du mois de mai, le a enregistré un gain de 0,55 %. Bien qu’il s’agisse de sa quatrième hausse mensuelle consécutive après une baisse en janvier, l’indice a progressé de 5,24 % en avril après un gain de 4,2 % en mars. Les résultats de l’indice de référence large ont donc été anémiques… au mieux.

Les résultats des autres grands indices américains ont été mitigés. Le Industrials a progressé de 1,93 % en mai, mais le , très technologique, a perdu 1,53 %.

ndx hebdo

ndx hebdo

Le NASDAQ 100 a chuté de 1,26 % et n’a pas atteint de nouveau sommet de clôture depuis qu’il a touché 14 041,91 le 16 avril.

En dehors des États-Unis, les résultats ont été similaires. L’indice Standard &amp ; Poor’s Global Broad Market, qui suit les actions de quelque 50 marchés, n’a gagné que 1,29 %.

Les taux d’intérêt restent bas

Les taux d’intérêt et les rendements obligataires ont baissé après avoir augmenté en mars et à nouveau au cours de la seconde moitié d’avril.

Le a terminé à 1,581 %, contre 1,626 % le 30 avril. Le rendement avait augmenté au cours du premier trimestre, atteignant un pic de 1,74 % le 31 mars, en raison des inquiétudes suscitées par l’inflation naissante.

Le rendement à 10 ans n’a pas terminé au-dessus de 2 % depuis août 2019 et s’élevait à 2,467 % lorsque Donald Trump est devenu président.

Les prix de l’énergie continuent d’augmenter

Les , eux, ont évolué à la hausse, le brut West Texas Intermediate terminant à 66,32 dollars le baril, en hausse de 4,3 % sur le mois et de 36,7 % sur l’année.

Les prix se sont effondrés à des niveaux négatifs en mars 2020 lorsque la pandémie de COVID-19 a provoqué l’effondrement de nombreux marchés.

Le prix du WTI est au même niveau qu’à la mi-2019, avant que l’Arabie saoudite et la Russie n’entrent dans une guerre des prix du pétrole.

La hausse des prix a été bénéfique pour les valeurs énergétiques (notamment les valeurs de services pétroliers), car les foreurs de pétrole et de gaz ont recommencé à travailler.

chk hebdo

chk hebdo

Le producteur de gaz Chesapeake Energy (NYSE 🙂 Corp (NASDAQ 🙂 a terminé le mois en hausse de 15,87%. Schlumberger NV (NYSE 🙂 a augmenté de 15,8 %. Exxon Mobil Corp (NYSE 🙂 n’a progressé que de 1,97 %.

Le nombre hebdomadaire d’appareils de forage de Baker Hughes était de 455 vendredi, en hausse de 87 % par rapport au niveau le plus bas d’août 2020 et de 19 sur les 21 dernières semaines. Le nombre d’appareils de forage est en baisse de près de 58 % par rapport au nombre de 1 080 à la fin de 2018 et de -78 % par rapport au sommet de 2008.

Un mouvement vers les actions de valeur alors que les vaccins conduisent à un optimisme croissant.

Ce qui aurait dû stimuler les actions en mai, ce sont les bonnes nouvelles concernant les progrès continus dans la vaccination d’un maximum d’Américains contre le COVID-19. Un plus grand nombre de vaccinations a entraîné une diminution du nombre de cas et même de décès.

Ce qui signifiait que l’économie américaine pouvait redémarrer plus rapidement.

Au début du week-end du Memorial Day, les routes et les aéroports, les restaurants et les cinémas ont enregistré une forte augmentation de la clientèle et une volonté des consommateurs de dépenser simplement pour des choses autres que les produits de base.

Le marché des actions a bénéficié des entreprises impliquées dans l’accélération de la dynamique de la reprise. Il s’agit notamment des aciéries, des constructeurs automobiles, des mines de métaux, des fournisseurs d’énergie et des institutions financières traditionnelles.

Pour le S&P 500, cela s’est traduit par des gains pour des valeurs telles que l’entreprise de cybersécurité NortonLifeLock Inc (NASDAQ :), +28% ; Ford Motor Company (NYSE :), +25,9 ; le fabricant d’acier Nucor Corp (NYSE :), +24,7% ; et l’entreprise d’emballage Sealed Air Corporation (NYSE 🙂 +15,1%.

Certains des titres les plus performants de l’année dernière figurent parmi les perdants, notamment le site d’artisanat Etsy Inc (NASDAQ :), en baisse de 17 %, Dollar Tree Inc (NASDAQ :), en baisse de 15,1 %, et le détaillant de véhicules d’occasion CarMax (NYSE:KMX), en baisse de 13,6 %.

tsla hebdo

tsla hebdo

Le déclin le plus visible a sans doute été celui de Tesla Inc (NASDAQ :), en baisse de 11,9 % sur le mois et de près de 31 % après avoir atteint un sommet à 900 $ le 25 janvier. Les pertes de la société ont également pesé sur les résultats du S&P 500, du NASDAQ et du NASDAQ 100, tous les indices sur lesquels le constructeur de véhicules électriques est coté.

Les meilleures performances parmi les indices industriels du Dow sont les suivantes : le fabricant de produits chimiques Dow Inc (NYSE :), en hausse de 9,47 % ; les grands noms de la finance JPMorgan Chase &amp ; Co (NYSE :), en hausse de 6,78 %, et Goldman Sachs Group Inc (NYSE :), en hausse de 6,76 % ; le fabricant de matériel de construction et d’exploitation minière Caterpillar Inc (NYSE :), en hausse de 5,69 %, et le géant de l’aviation Boeing Co (NYSE :), en hausse de 5,42 %.

Les perdants ont été Apple Inc (NASDAQ :), en baisse de 5,2%, Walt Disney Company (NYSE :), en baisse de 3,96%), Visa Inc Class A (NYSE :), en baisse de 2,68%, Verizon Communications Inc (NYSE :), en baisse de 2,25% et Home Depot Inc (NYSE :), en baisse de 1,47%.

Apple et Home Depot avaient été parmi les meilleures performances du Dow Jones en avril.

Le problème du bois et de l’inflation

La combinaison de l’optimisme et du stress de la pandémie a produit quelques conséquences inattendues. La plus visible est probablement l’accélération rapide du prix du bois, qui a triplé l’année dernière.

De nombreux analystes attribuent la hausse des prix à une demande écrasante de logements et à une offre bien trop faible. Selon l’indice national des prix des logements S&P CoreLogic Case-Shiller, les prix des logements dans les grandes agglomérations ont augmenté de 13,25 % en mars par rapport à l’année précédente.

Le tableau de la demande est trop simple, a déclaré Shawn Kelly, rédacteur en chef de Random Lengths, une société d’Eugene, dans l’Oregon, qui suit les prix du bois et des produits du bois connexes comme le contreplaqué.

Oui, les gens déménagent, a-t-il déclaré dans une interview, mais la demande de bois et de produits similaires utilisés dans les projets de rénovation et de réaménagement des maisons est tout aussi importante. De plus, la politique de taux d’intérêt bas de la Réserve fédérale accélère les pressions d’achat de maisons.

Mais le marché du bois est peut-être en train de plafonner.

bois de construction hebdo

bois de construction hebdo

Le marché à terme du affiche une baisse de 21 %, passant de 1 670,50 $ pour 1 000 pieds-planche à 1 303,50 $.

Selon M. Kelly, l’indice composite très suivi de Random Lengths est passé de 1 514 à 1 494 dollars par 1 000 pieds-planche, soit la première baisse en 18 semaines.

Un dernier point : Un certain nombre d’entreprises américaines estiment que les tarifs douaniers imposés à la Chine et aux pays européens par l’administration Trump ajoutent aux pressions sur les prix et devraient être supprimés.

Les chocs du mois de mai

Voici quelques-unes des choses folles qui ont permis aux actions de rester globalement sous contrôle en mai.

Tesla

Les malheurs de Tesla sont dus aux pressions du marché et aux pressions financières. Tout d’abord, les actions ont atteint 900,40 dollars le 25 janvier, et de nombreux investisseurs ont décidé d’encaisser leurs bénéfices… De nombreux investisseurs sont encore assis sur les gros gains cependant – les actions ont terminé le mois de mai en hausse de 647% par rapport à la fin de 2019.

Le deuxième problème du fabricant de VE basé à Palo Alto, en Californie, était plus opérationnel. Ses résultats du premier trimestre n’ont pas été aussi robustes que prévu initialement. 101 millions de dollars de son bénéfice net du premier trimestre provenaient de la vente de certains des avoirs en bitcoins de l’entreprise. Le revenu a également été stimulé par la vente de crédits réglementaires à d’autres constructeurs pour satisfaire aux obligations en matière d’émissions, pour un total de 518 millions de dollars, ce qui se répercute sur le résultat net. Un accident mortel impliquant une personne utilisant la fonction de conduite autonome du véhicule et des retards dans l’ouverture d’une nouvelle usine à Berlin ont également pesé sur les actions et entamé l’enthousiasme des investisseurs.

ETF ARK Innovation

Les résultats de Tesla ont pesé sur la performance de l’ETF ARK Innovation (NYSE :), un fonds géré par la gestionnaire vedette Cathie Wood et un fonds vedette de sa société, ARK Investment Management. L’ETF a progressé de près de 149 % en 2020, car il a misé sur les entreprises qui, selon sa société, seront “les leaders, les catalyseurs et les bénéficiaires de l’innovation perturbatrice”.

Tesla, cependant, représentait – et représente toujours – plus de 10,1% des actifs au sein du fonds. TSLA a donc été un frein pour ARKK en mai. Le cours de l’ETF a perdu 6,67 % et son rendement total a baissé de 10 %. Depuis son sommet de février, le cours de l’ETF a perdu 28,4 %.

Cryptomonnaies

Le et toutes les monnaies numériques sont peut-être en train de s’épuiser. L’un des problèmes est l’énorme puissance informatique nécessaire pour extraire un bitcoin ou plusieurs de ses homologues. Selon le Digiconomist, toutes les opérations de minage de Bitcoin consomment plus d’énergie en un an que la population entière des Pays-Bas.

Et puis il y a la volatilité sauvage. Vendredi, le bitcoin était en hausse de 24,7 % sur l’année, mais en baisse de 44,3 % par rapport à son pic de 64 788 dollars le 14 avril.

Exxon et les actionnaires activistes

Les investisseurs d’Exxon Mobil et les grandes entreprises en général ont été stupéfaits lorsque les actionnaires activistes qui veulent que la supermajor du pétrole intègre le changement climatique dans la planification de l’entreprise ont remporté au moins deux sièges au conseil d’administration.

Exxon soutient depuis longtemps que la demande mondiale de pétrole augmentera en même temps que la population de la planète. Mais le petit investisseur activiste Engine No. 1 a fait valoir, dans le cadre d’une campagne de 65 millions de dollars, que l’apogée des combustibles fossiles est révolue, alors que les émissions de carbone et le réchauffement de la planète inquiètent de plus en plus le public.

Exxon n’est pas la seule à avoir été prise de court. Les actionnaires de Chevron Corp (NYSE 🙂 ont voté pour une proposition visant à réduire les émissions. Un tribunal néerlandais a ordonné à Royal Dutch Shell (NYSE:AS 🙂 de réduire ses émissions plus fortement et plus rapidement que prévu. L’entreprise fait appel.

Si l’on peut se consoler, aucune des valeurs énergétiques n’a été trop affectée. Bien sûr, elles avaient déjà été durement touchées lorsque la demande de pétrole a été frappée par le COVID-19.

Ce qui nous attend

Les conditions qui ont suscité l’optimisme en mai n’ont pas disparu et devraient apporter un soutien aux marchés en juin. La pandémie semble s’estomper. Les investisseurs parient sur l’arrivée de nouvelles mesures de relance de la part de l’administration Biden.

Cela devrait déclencher de nombreuses dépenses refoulées, qu’il s’agisse de sorties au restaurant ou de voyages à Paris.

Plus important encore, la Réserve fédérale a fait valoir que les récentes pressions inflationnistes (prix du bois, du pétrole et de l’essence, des denrées alimentaires et autres) devraient s’estomper et qu’elle ne fera pas grand-chose sur les taux d’intérêt avant l’année prochaine. Cette politique pourrait toutefois changer si, par exemple, le rapport sur l’emploi de vendredi est plus fort que le rapport étonnamment faible d’avril.

Les pressions sur le logement, cependant, pourraient ne pas se dissiper à moins que les patrons ne commencent à dire aux travailleurs qu’il faut venir au bureau.

Les plus grands risques pourraient être d’ordre politique. Tout d’abord, la politique intérieure est de plus en plus tendue, car de nombreux républicains continuent de soutenir que l’élection de 2020 a été volée à Donald Trump. Les efforts visant à rendre le vote plus difficile ajouteront de l’huile sur le feu.

La géopolitique devrait être prise en compte. Israël et ses voisins de Gaza viennent de connaître une méchante flambée de violence. L’Occident s’est indigné lorsque le gouvernement du Belarus a forcé l’atterrissage d’un avion de ligne pour arrêter de force un journaliste dissident.

Les tensions entre les États-Unis, la Russie et la Chine s’accentuent, même si Joe Biden rencontrera Vladimir Poutine en juin. Les relations avec la Chine pourraient s’aggraver en raison des exigences de l’administration Biden, qui souhaite obtenir plus de clarté sur les origines du virus COVID-19.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également