Les investisseurs obligataires sont confus – et ce n’est pas étonnant. Les responsables des banques centrales ne cessent de leur dire d’ignorer les preuves qu’ils ont sous les yeux.

Ils sont censés croire que l’inflation, qui s’emballe depuis plus d’un an et ne montre aucun signe d’essoufflement, est transitoire. Et croire que les banques centrales, qui ont été lentes à réagir, peuvent maintenant maîtriser l’inflation et organiser un atterrissage en douceur de l’économie.

Le fossé de crédibilité des banques centrales s’élargit de jour en jour. La crainte croissante d’une récession imminente est le principal facteur qui pèse sur les rendements du Trésor.

Le rendement de l’obligation de référence Le rendement du bon du Trésor de référence a grimpé au-dessus de 3,2 %, puis est repassé sous la barre des 3 % mardi, en raison des craintes de récession.

Pendant ce temps, les banques centrales, soutenues par une grande partie de la presse financière, continuent de promouvoir l’idée que l’inflation a atteint son pic et que l’économie américaine, robuste et résiliente, pourrait ralentir, mais ne tombera pas en récession.

La publication de l’indice des prix à la consommation américain mercredi pourrait les conforter dans cette idée si l’indice tombe à 8,1 % comme prévu, contre 8,5 % en mars, en raison principalement d’une baisse des prix de l’essence.

Les investisseurs sont censés ignorer les prix “volatils” de l’énergie, sauf lorsqu’ils baissent. Toutefois, l’indice dit “” hors alimentation et énergie est également censé baisser en avril. Nous verrons bien. Attendez-vous à une énorme réaction si les données réelles dépassent les prévisions.

Certains analystes attribuent la baisse des rendements du Trésor au positionnement des traders et des investisseurs institutionnels qui évitent les positions courtes avant la publication de l’IPC.

Dans le même temps, une chute brutale et prolongée des cours boursiers crée ses propres vents contraires, car elle dégonfle les dépenses de consommation supposées robustes. Elle prive également les entreprises d’incitations à investir. Tout cela pourrait annoncer un ralentissement sévère, voire une récession.

Le repli des actifs à risque et la fuite vers les valeurs refuges que sont les bons du Trésor ne sont pas nécessairement un indicateur de récession, mais ce n’est pas un bon signe.

Les pressions inflationnistes obligent les responsables politiques européens à accélérer les hausses de taux
La Banque d’Angleterre s’est montrée moins réticente que les autres grandes banques centrales et, la semaine dernière, elle a laissé entendre qu’une récession et une inflation à deux chiffres pourraient être en route en relevant son taux directeur d’un quart de point supplémentaire, à 1 %.

Taux UK à 10 ans W1

Les obligations d’État britanniques, connues sous le nom de gilts, ont connu les mêmes montagnes russes que les bons du Trésor, le rendement de l’obligation dépassant les 2,07 % lundi pour retomber sous les 2 % mardi.

Le rendement de l’obligation allemande , considérée comme une référence pour la zone euro, a atteint près de 1,2 % lundi avant de retomber à 1,05 % mardi.

Joachim Nagel, directeur de la banque centrale allemande et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a déclaré mardi que la BCE devrait commencer à relever ses taux d’intérêt en juillet si les indicateurs d’inflation restent élevés, et qu’elle devrait mettre fin à ses achats nets d’obligations d’ici là.

Le directeur de la banque centrale de Finlande, Olli Rehn, qui est généralement plus dovish que son homologue allemand, a également voté en faveur d’une hausse en juillet, car les effets secondaires de la guerre en Ukraine font grimper l’inflation européenne. M. Rehn veut éviter que les prévisions d’inflation ne se désancrent.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également