Alors que le mois de juin touche à sa fin, l’ est en passe de réaliser sa pire performance mensuelle depuis 2016. Pourrait-il s’agir d’une opportunité d’achat pour les partisans du métal précieux ?

Nous ne le pensons pas. En fait, il nous semble, sur la base de divers indicateurs, que c’est l’occasion de prendre une position vendeuse sur le métal jaune.

L’or a chuté à son plus bas niveau depuis la mi-avril avant la publication hier du rapport sur l’ du Conference Board pour le mois de juin. Avec le renforcement du dollar et la hausse de la confiance des consommateurs américains à 127,3 au cours du mois, ce qui la ramène à des niveaux pré-pandémiques et dépasse le chiffre de 120,0 enregistré en mai, le rapport n’était pas bon pour l’or.

N’oubliez pas que le métal précieux a une relation inverse avec le dollar, puisque les deux actifs bénéficient de conditions économiques et de sentiments opposés. De plus, étant donné que le prix du métal brillant est fixé en dollars, lorsque la monnaie se renforce, l’or devient plus cher pour le reste du monde, ce qui réduit la demande en conséquence.

En effet, hier, le billet vert était à moins de 0,2 % de son point le plus haut depuis le 7 avril.

Après que la Fed a indiqué qu’il y aurait probablement au moins deux hausses de taux d’intérêt de 0,25 % d’ici la fin de 2023, le 16 juin à 14 h HAE, le dollar a commencé à augmenter, accélérant pendant trois jours consécutifs, pour la première fois depuis le début de mars, ajoutant 1,9 % de gains. Après presque deux semaines, même avec une volatilité supplémentaire, le dollar a conservé la plupart de ces gains. Il est toujours en hausse de 1,7 % depuis la réunion de la Fed.

De plus, “le potentiel d’une surprise à la hausse (des données sur l’emploi américain de vendredi) qui fait avancer les attentes en matière de réduction et de resserrement de la politique monétaire est de plus en plus important pour les investisseurs”, a déclaré Karl Schamotta, chef de la stratégie de marché chez Cambridge Global Payments, sur CNBC.

“Un chiffre nettement supérieur à la barre des 700 000 pourrait vraiment mettre en marche le train de marchandises du dollar, et personne ne veut être attaché aux rails si cela se produit”, a-t-il ajouté.

Et avec la possibilité que la monnaie développe un fanion haussier au-dessus de la DMA 200, dont la rupture à la hausse signalerait une répétition du rallye précédent, il pourrait y avoir une nouvelle baisse à venir pour l’or.

Cette activité se reflète dans les rendements, notamment ceux du Trésor à , qui sont passés sous la barre des 1,5 %, ce qui suggère que les craintes d’inflation pourraient s’apaiser. Sur le plan technique, les rendements de la note de référence forment une figure de continuation en forme de fanion – la même que celle du dollar, mais dans la direction opposée – après avoir atteint un sommet, amorçant un canal de baisse qui pourrait se poursuivre.

Enfin, le ratio S&P 500/or s’approche de son plus haut niveau depuis plus de 15 ans.

SPX:Gold 1992-2021

Graphique fourni par Bloomberg

Cela montre qu’il y a un élan pour le risque, au détriment de la préservation du capital, ce qui reflète le manque d’intérêt pour les bons du Trésor, comme en témoigne la chute des rendements.

Cela dit, l’équilibre entre l’offre et la demande d’or sur son graphique technique n’est pas non plus particulièrement optimiste.

Gold Daily

Le métal précieux a complété un sommet H&S à court terme, dont la ligne de cou était la DMA 200, qui a ensuite rejeté la DMA 50, démontrant que la tendance baissière à long terme décrite par le canal descendant depuis le sommet record de 2020 se poursuit, la DMA 100 pesant sur le fanion.

Ce n’est qu’après que le prix ait replongé dans le canal descendant que le marché a repris son souffle. Cela a donné aux vendeurs à découvert l’occasion de couvrir les positions courtes. Cela a également permis aux nouveaux baissiers – mécontents d’avoir manqué une chute de 7,25 % en six jours, dont 4,4 % en seulement deux jours (15 et 16 juin), autour de la réunion mensuelle de la Fed – de se joindre à la bataille, complétant ainsi le sommet H&S.

Le regain de vigueur du dollar hier, qui a précédé la publication des données sur la consommation, meilleures que prévu, et qui s’est poursuivi après la publication des données, a poussé l’or à franchir à la baisse le fanion baissier, ce qui suggère qu’il est sur la voie d’un nouveau test des planchers de mars-avril.

Dans ce contexte, voici un exemple de prise de position.

Exemple de trade

  • Entrée : 1 760 $.
  • Stop-Loss : 1 780$
  • Risque : 20$
  • Objectif : 1 700$
  • Récompense : 60$
  • Ratio risque/récompense : 1:3

Note de l’auteur : Ce qui précède n’est qu’un exemple. Il existe plusieurs façons d’aborder cette transaction. Celui-ci n’est que notre interprétation, qui peut être erronée. Le succès du trading ne consiste pas à connaître l’avenir mais à comprendre et à se placer du côté des statistiques. Cela nécessite de multiples transactions, selon un système qui correspond à votre budget, à votre tempérament et, bien sûr, à votre timing. Jusqu’à ce que vous appreniez à le faire, suivez nos exemples, dans le but d’apprendre et non de faire du profit, sinon vous n’obtiendrez ni l’un ni l’autre. 





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également