© Reuters. Une opération de police ciblant le crime organisé menée par l’Australie et les Etats-Unis a débouché sur des centaines d’arrestations dans 18 pays après que les forces de l’ordre aient infiltré une application utilisée par les criminels et accédé

par Colin Packham

CANBERRA (Reuters) – Une opération de police ciblant le crime organisé menée par l’Australie et les Etats-Unis a débouché sur des centaines d’arrestations dans 18 pays après que les forces de l’ordre ont infiltré une application utilisée par les criminels et accédé à des millions de messages cryptés, a déclaré mardi la police australienne.

L’opération a permis de piéger des criminels en Australie, Asie, Amérique du Sud et Moyen-Orient impliqués dans un trafic mondial de stupéfiants, a précisé la police australienne. Les messages faisaient aussi état de complots de meurtre.

S’exprimant devant des journalistes à Sydney, le Premier ministre australien a déclaré que l’opération avait “porté un rude coup au crime organisé – pas seulement dans ce pays, mais avec un écho pour le crime organisé à travers le monde.”

“C’est un tournant dans l’histoire du maintien de l’ordre australien”, a ajouté Scott Morrison.

Le commandant de la police fédérale australienne, Reece Kershaw, a indiqué que des raids policiers menés dans 18 pays avaient permis l’arrestation de centaines de suspects.

La police australienne a dit avoir arrêté 224 personnes, saisi 104 armes à feu ainsi que près de 35 millions de dollars en espèces.

En Nouvelle-Zélande, les autorités ont fait état de 35 arrestations.

L’opération, conçue par les forces de l’ordre australiennes avec le FBI en 2018, a débouché sur la prise de contrôle par les autorités américaines d’une application de messagerie appelée ANOM, populaire auprès des membres du crime organisé selon les autorités australiennes.

Quand une figure du crime organisé australien a commencé à faire circuler l’application auprès de ses complices, y voyant un moyen sécurisé de communiquer, les forces de l’ordre ont pu surveiller l’ensemble de leurs échanges.

“Nous avons été dans les poches arrières du crime organisé”, a déclaré Reece Kershaw lors d’une conférence de presse.

(Colin Packham et Raju Gopalakrishnan ; version française Jean Terzian)

Responsabilité : Fusion Media souhaite vous rappeler que les données contenues dans ce site ne sont pas nécessairement en temps réel ni exactes. Tous les prix des CFD (actions, indices, contrats à terme) et des devises ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché. Les prix peuvent donc ne pas être exacts et différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de négociation. Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir suite à l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou les dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente contenus dans ce site Web. Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés à la négociation sur les marchés financiers, car il s’agit de l’une des formes d’investissement les plus risquées qui soient.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également