Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

A en croire les estimations consensuelles, Deutsche Telekom (DE:), l’opérateur historique des télécoms en Allemagne, au passage numéro un européen du secteur, affiche l’un des plus beaux potentiels de la bourse de Francfort.

Car si l’action est recommandée à l’achat par 12 des 15 maisons de courtage qui suivent le dossier (les trois autres étant à conserver), l’objectif de cours médian à douze mois* est lui aussi à l’avenant : 22,5 euros, soit un potentiel de 37% en regard du dernier cours de clôture (16,2 euros).

Pour autant, l’action du leader européen de la 5G bat en retraite depuis plusieurs semaines, sur fond d’un repli de 20% en regard de ses plus hauts annuels.

Il se pourrait que les rumeurs évoquant le rachat de British Telekom, numéro un britannique du secteur, par l’opérateur allemand (qui détient déjà 12% du capital) ne soient source d’incertitudes pour les marchés.

Lors d’un point de presse en septembre, le patron de Deutsche Telekom avait déclaré que son groupe étudiait diverses options stratégiques et prévoyait de faire une annonce au cours des 12 prochains mois.

L’action avait par ailleurs décroché de 5% début octobre, en marge de la vente par la banque d’investissement de Goldman Sachs (NYSE:) pour 1,58 milliard d’euros de titres Deutsche Telekom.

Prévisions annuelles relevées

Si plusieurs courtiers ont récemment confirmé leur recommandation d’achat sur l’action, cette baisse de régime boursière est d’autant plus étonnante que Deutsche Telekom a fait part cet été de solides résultats au titre du second trimestre, poussant la direction à relever ses objectifs annuels, dont un bénéfice opérationnel désormais attendu à 37,2 milliards d’euros.

Le management se voyait conforté dans sa décision par la bonne tenue des activités de T-Mobile US (NASDAQ:), détenue à hauteur de 48% par Deutsche Telekom, qui entend bien devenir actionnaire majoritaire à terme.

La vigueur de la filiale américaine a visiblement été stimulée ces derniers mois par le rachat de son concurrent Sprint. But de l’opération, créer un géant du mobile capable de rivaliser avec les deux leaders du secteur que sont Verizon (NYSE:) et AT&T (NYSE:). 

L’an dernier, les entités fusionnées avaient dépassé pour la première fois les 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La base de clients de T-Mobile US était de 104,8 millions au 31 juin, soit 6,5 millions de plus qu’à la même période l’an dernier.

Les chiffres des activités américaines seront d’ailleurs scrutés de près par les investisseurs lors de la publication des résultats du troisième trimestre prévue le 12 novembre prochain.

Notons qu’au même titre que ses homologues européens, Deutsche Telekom investit massivement dans la construction de réseaux 5G et l’expansion de la fibre optique sur son territoire domestique, car la demande de communication ne fera qu’augmenter au cours des années à venir.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également