Les experts en débattaient depuis plusieurs jours, mais la semaine dernière, le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, a de nouveau tiré la sonnette d’alarme.

“Nous n’allons envahir aucun autre pays, tout comme nous n’avons pas envahi l’Ukraine”, a déclaré M. Lavrov après l’échec d’un nouveau cycle de négociations avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba.

Pour la Russie, ce qui a commencé le 24 février n’est pas une invasion, mais une “opération spéciale”. Une opération spéciale qui a fait des milliers de morts et a provoqué jusqu’à présent l’exode de plus de 2,5 millions de personnes dans une fuite désespérée hors d’Ukraine, selon l’ONU. Un exode sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les exigences de la Russie figurent des garanties juridiques selon lesquelles l’Ukraine ne rejoindra jamais l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) et aura un “statut neutre” vis-à-vis de l’alliance militaire.

L’Ukraine a indiqué qu’elle était ouverte à la discussion sur la demande de neutralité de la Russie et qu’elle était prête à trouver une solution diplomatique au conflit. Toutefois, elle a également déclaré qu’elle devait recevoir des garanties de sécurité de la part de ses alliés des États-Unis et de l’OTAN, et pas seulement de la Russie.

La Russie a également exigé que l’Ukraine reconnaisse la Crimée, qu’elle a annexée en 2014, comme territoire russe, et reconnaisse l’indépendance des républiques séparatistes pro-russes de Donetsk et de Lougansk dans la région du Donbass. De son côté, l’Ukraine a déclaré qu’elle n’était pas disposée à céder une partie de son territoire à la Russie.

Certains experts suggèrent que la stratégie du président russe Vladimir Poutine ne consiste pas seulement à envahir l’Ukraine, et désignent la Pologne comme une prochaine cible possible.

“Si nous ne sommes plus là, alors la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie seront les prochaines”. C’est ainsi que Volodymir Zelenski, président de l’Ukraine, a averti il y a deux semaines que les nations de l’ancienne Union soviétique sont en danger face à la menace russe, surtout si l’Ukraine ne résiste pas à l’attaque.

Ces trois pays baltes sont les seules anciennes républiques soviétiques à avoir rejoint l’Union européenne et l’OTAN après l’effondrement de l’URSS, l’ancienne Union soviétique.

La Pologne est également visée. Dans le cadre d’un accord secret qui a été révélé, selon Politico, le gouvernement polonais devait mettre sa flotte de MiG à la disposition des États-Unis pour qu’ils la fournissent à l’Ukraine, une idée que les États-Unis ont rejetée lorsque l’accord a été divulgué.

Zelensky avait demandé plus d’avions au milieu de l’invasion russe.

Pour rappel, Poutine a menacé les pays occidentaux, prévenant que toute aide militarisée à l’Ukraine pourrait avoir des conséquences.

La vice-présidente américaine Kamala Harris est actuellement en voyage en Pologne et en Roumanie. Ces deux pays, tous deux membres de l’OTAN, se trouvent à la frontière de l’Ukraine et accueillent un grand nombre de réfugiés ukrainiens, notamment la Pologne.

“Les membres de l’OTAN de l’Est comme la Pologne craignent que Vladimir Poutine ait l’œil sur eux, et les États-Unis font des heures supplémentaires pour les rassurer sur le fait que leur sécurité est primordiale”, rapporte CNN.

Toutefois, dans le contexte des tensions avec la Russie, l’administration Biden a déployé des milliers de soldats supplémentaires dans des bases en Pologne.

Le ministre polonais de la défense, Mariusz Blaszczak, a déclaré début février que la Russie avait l’intention de “reconstruire l’empire russe aux mains de Vladimir Poutine”.

Vendredi dernier, nous avons appris que la Russie avait attaqué trois nouvelles villes en Ukraine. Les troupes russes ont bombardé Dnipro, Lutsk et Ivano-Frankivsk, ces deux dernières villes étant situées dans l’ouest de l’Ukraine. Plus précisément, Lutsk se trouve à 87 kilomètres de la Pologne, et Ivano-Frankivsk à 153 kilomètres de la Roumanie.

Bien que l’objectif soit censé être toujours d’avancer vers la capitale ukrainienne, Kiev, les experts préviennent que Poutine est en train de déplacer ses troupes vers l’ouest du pays ukrainien ou d’étendre le déploiement militaire.

Aux premières heures de la matinée d’hier, dimanche, l’armée russe a lancé 30 missiles sur une base militaire de la région de Lviv, dans l’ouest du pays, à seulement 25 kilomètres de la frontière polonaise.

Nous avons également appris que la Russie va renforcer sa présence militaire à ses frontières occidentales avec les pays de l’OTAN, selon une demande formelle faite par le président Vladimir Poutine à son ministre de la défense, Sergey Shoighu, a rapporté EFE vendredi.

Selon l’agence de presse russe TASS, M. Poutine a déclaré lors d’une réunion du Conseil de sécurité russe que le renforcement des frontières occidentales du pays est lié “aux mesures prises par les pays de l’OTAN dans la même direction”.

Toutefois, la prudence reste de mise quant à la volonté de Poutine d’aller plus loin : “Si Poutine aspire à un plus grand morceau d’Ukraine, les forces de l’OTAN pourraient finir par s’opposer à lui. Si Poutine devait attaquer directement les forces de l’OTAN, l’article 5 de la Charte de l’Atlantique, le document fondateur de l’organisation, exigerait que tous les pays de l’OTAN répondent militairement”, écrit Squire.

Cela signifierait le début de la troisième guerre mondiale.

Pour l’heure, les États-Unis affirment que et une aide économique. La Chine le nie. Entre-temps, il est apparu qu’un drone qui s’est écrasé à Zagreb (Croatie) était de fabrication russe et contenait une bombe. Il avait auparavant survolé trois pays de l’OTAN : la Roumanie, la Hongrie et la Croatie.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également