Publié à l’origine sur la Bourse au quotidien.fr

Les marchés ont été secoués en ce début de semaine. Gilles Leclerc s’intéresse à l’Eurostoxx50 pour comprendre les effets d’un tel phénomène sur les investissements.

Triste début de semaine sur les marchés. En cause, un trou d’air qui a contracté les cours. Alors, comme toujours dans ces cas-là, il est important de cibler les niveaux qui délimitent les consolidations – et les retournements de marchés.

Important, car en cas de consolidation, on attend de voir la réaction sur les supports, tout en tentant éventuellement de conserver ses position haussières – si lesdits supports ne sont pas trop éloignés.

Et pour les plus intrépides, si le support est atteint et est confirmé par un signal technique haussier, alors pourquoi ne pas reprendre (prudemment) quelques tickets haussiers.

Dans le cas d’un retournement, c’est évidemment très différent.

Le retournement annonce une tendance baissière en devenir. Auquel cas, on arrête de jouer avec le feu et on accompagne la tendance à l’aide d’outils de couverture ou de produits permettant de profiter d’une baisse (CFD, options, turbos etc…) et certains trackers inversés comme le Lyxor BX4 pour le et le Lyxor ETF SX50 DS pour l’Eurostoxx50 par exemple.

C’est justement sur l’indice lourd européen – l’Eurostoxx50 – que je vous propose aujourd’hui de prendre quelques points de repère qui pourront éventuellement vous aider à gérer la situation de façon logique, ou en tout cas rationnelle.

Premier plancher ? La zone des 3 900 points !
L’approche graphique permet de cadrer les zones probables de support.

Pour l’Eurostoxx, l’exercice est particulièrement facile étant donné les zones clés (les zones de support ou de résistance) s’échelonnent tous les 300 points. Ce sont les rectangles horizontaux.

Des petites flèches oranges indiquent clairement que ce sont des zones privilégiées pour relancer – ou bloquer les prix.

Le premier plancher ou les acheteurs devront se manifester pour éviter qu’une consolidation ne se transforme en retournement se situe donc dans la zone des 3 850/3 900 points.

Tant que cette zone tient, on pourra penser qu’un garrot a été posé afin de stopper l’hémorragie. A priori, l’Eurostoxx50 qui a cassé sa tendance haussière (le canal vert) devrait partir en « range », c’est à dire en dérive latérale entre 3 900 et 4 100 points.

Auquel cas, cela laissera au marché le temps de respirer mais personnellement, je n’irai pas tenter le diable en renforçant à la hausse tant qu’une tendance haussière n’est pas apparue – au moins à court terme.

Et si ce support casse ?

Eh bien vous avez le suivant à 3 600 points. Mais ce sera un bien mauvais signal pour la suite des évènements, car si l’on passe maintenant sur une vue long terme…

… c’est à dire ne vue hebdomadaire, cette zone des 3 900 points (à 2% près) correspond à des impacts MAJEURS (pastilles bleus) sur cette zone de support

Une cassure d’un tel niveau serait pour le moins problématiques.

Voilà, maintenant que c’est cadré et que l’on a nos points de repère, il ne reste plus qu’aux Bulls qu’a montrer s’ils sont capables de défendre une zone aussi critique.

CQFD.

Gilles





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également