En temps normal, les actions et les obligations sont négativement corrélées, c’est-à-dire que lorsque les cours des actions s’effondrent, les prix des obligations augmentent (et les rendements, qui évoluent en sens inverse des prix, baissent). L’idée est que les investisseurs qui vendent des actions emportent le produit de leur vente et achètent des obligations refuges, comme les bons du Trésor américain.

Mais récemment, cela n’a pas été le cas. En effet, certains analystes parlent déjà de la fin de la répartition classique 60/40 entre actions et obligations comme moyen approprié d’équilibrer un portefeuille. Ils notent que cette répartition connaît sa pire année, se dirigeant vers une baisse de 49 % cette année, après ajustement de l’inflation.

La forte et les craintes de récession pèsent sur tous les marchés financiers. Même , l’ultime valeur refuge, est en baisse de 6 % ce trimestre. L’argent liquide est roi, et pour l’instant, c’est ce que les analystes recommandent.

Mais certains analystes contestent ce raisonnement, affirmant qu’en fait, la corrélation positive entre les actions et les obligations a déjà commencé à s’estomper. La hausse des rendements observée au début du mois de mai, lorsque le rendement des à 10 ans a dépassé 3,1 %, a cédé la place à un comportement plus prévisible, le rendement de l’indice de référence étant désormais inférieur à 2,9 %.

Les actions, mesurées par l’indice , flirtent avec le seuil du marché baissier, mais ont rebondi lundi, progressant dans le sillage de la baisse des prix des obligations. Le rendement de l’obligation à 10 ans a augmenté de près de 8 points de base, pour clôturer au-dessus de 2,85 %.

Néanmoins, il y a beaucoup de pessimisme dans l’air. Les investisseurs examineront attentivement le – qui doit être publié mercredi – de la réunion du Comité fédéral de l’open market qui s’est tenue les 3 et 4 mai, pour savoir si la Fed envisage sérieusement d’augmenter le taux directeur en juin et juillet.

L’impondérable pour les Treasuries et autres titres est de savoir si les espoirs de la Fed d’un atterrissage en douceur sont réalistes.

Le Conference Board a indiqué la semaine dernière que la confiance des chefs d’entreprise dans l’économie est passée en territoire négatif pour la première fois au cours de l’expansion actuelle. La plupart des 133 PDG interrogés ont prédit une récession courte et légère et sont restés vagues quant au moment où elle pourrait se produire. Mais deux tiers d’entre eux s’attendent à ce que la Fed déclenche une récession avec ses hausses de taux.

Le resserrement de la BCE enfin en jeu

Entre-temps, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a indiqué que la banque centrale de la zone euro relèvera son deux fois d’un quart de point en juillet et en septembre, mettant ainsi fin à son long séjour en territoire négatif. Elle a laissé la porte ouverte à de nouvelles hausses au quatrième trimestre.

Cela ne convient pas vraiment aux membres les plus faucons du conseil d’administration de la BCE, qui souhaiteraient une action plus agressive pour lutter contre l’inflation dans la zone euro .

Ses commentaires ont fait grimper le rendement de l’obligation allemande, le faisant repasser au-dessus de 1 %, mais à peine.

L’indice {{ecl-132||Ifo} de confiance des entreprises, très surveillé, a atteint 93,0, contre 91,9 en avril, ce qui est nettement supérieur aux prévisions du consensus qui tablait sur une baisse à 91,2. Les économistes ont déclaré que cela indiquait la résilience de l’Allemagne.

L’, après avoir sombré à la quasi-parité avec le dollar, tombant sous 1,04 $ au début du mois, est remonté à un peu moins de 1,07 $ en réaction.

Comme prévu, la Commission européenne a suspendu les règles relatives à la dette et au déficit des États membres de l’euro, supprimant ainsi toute pression immédiate pour que les pays de la zone euro réduisent leurs emprunts ou leur dette.

L’obligation souveraine de la Grèce , considérée comme plus vulnérable au resserrement de la politique monétaire, a perdu 1 pb pour s’établir à 3,721 % en fin de séance lundi.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également