Les responsables de la politique de la Réserve fédérale semblent un peu confus – ou ils envoient délibérément des messages contradictoires – alors que la pression s’accroît pour qu’ils fassent quelque chose face aux preuves croissantes que l’inflation est en hausse et que personne ne peut être sûr qu’il s’agit d’un phénomène passager.

L’indice de base des dépenses de consommation personnelle – qui est la mesure de l’inflation privilégiée par la Fed – a augmenté de en avril par rapport à l’année précédente, et de par rapport à mars, dépassant à chaque fois les prévisions du consensus. L’indice complet, qui comprend les prix volatils de l’alimentation et de l’énergie non compris dans l’indicateur de base, a augmenté de 3,6 % sur l’année.

Les responsables de la Fed ont répété inlassablement que l’inflation allait augmenter au printemps en raison de l’effet de base de la baisse des prix due à l’apparition de la pandémie, tout en rassurant les investisseurs sur le caractère transitoire de cette situation.

Le fait que les économistes, qui sont prêts à leur accorder le bénéfice du doute, revoient à la baisse les prévisions d’ devrait cependant les faire réfléchir.

Les deux vice-présidents du conseil des gouverneurs de la Fed ont admis que ce type de données pourrait amener le FOMC à envisager de réduire les 120 milliards de dollars d’achats mensuels d’actifs.

Richard Clarida, le vice-président traditionnel, s’est référé au procès-verbal de la réunion du FOMC de fin avril pour indiquer à quel moment cela pourrait se produire. “Il arrivera un moment, lors des prochaines réunions, où nous pourrons commencer à discuter de la réduction du rythme des achats d’actifs”, a déclaré l’économiste de l’université Columbia dans une interview accordée à Yahoo Finance.

Randal Quarles, qui occupe le poste relativement nouveau de vice-président chargé de la réglementation, a été encore plus précis, déclarant lors d’un événement de la Brookings Institution :

“Mon opinion personnelle est que la hausse de l’inflation – même après l’actualisation des facteurs temporaires – et des attentes en matière d’inflation depuis décembre s’avérera suffisante pour satisfaire le critère d’inflation dans les orientations relatives aux achats d’actifs plus tard cette année.”

Il a toutefois ajouté que l’amélioration du marché du travail était plus lente que prévu. Le pour le mois de mai, qui doit être publié vendredi, sera surveillé de près afin de déceler les signes d’une reprise de l’embauche après la faiblesse décevante des chiffres d’avril. Selon les estimations, les gains d’emplois attendus pour le mois de mai sont d’environ 675 000, après les 266 000 signalés pour le mois d’avril.

Le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, a poursuivi sa propre croisade pour que le FOMC envisage une réduction des taux d’intérêt. La semaine dernière, il a souligné que les 40 milliards de dollars par mois que la Fed consacre à l’acquisition de titres adossés à des créances hypothécaires ont des conséquences involontaires et contribuent aux excès du marché immobilier. Il a également averti que certaines pressions inflationnistes, telles que les dépenses d’investissement et la transition énergétique, pourraient ne pas être aussi transitoires que ses collègues de la Fed le pensent.

Les membres du FOMC ont repris à leur compte la boutade de Jerome Powell, président de la Fed, selon laquelle ils “parlent de parler de la réduction progressive des taux d’intérêt”, comme l’a dit Mary Daly, directrice de la Fed de San Francisco, dans une interview sur CNBC la semaine dernière. Cette phrase accrocheuse est devenue lassante à force d’être répétée et les responsables politiques doivent être plus clairs dans leur communication s’ils ne veulent pas tromper les investisseurs.

La Fed se déconcentre ?

Pat Toomey (Pennsylvanie), le principal républicain de la commission bancaire du Sénat, aimerait que les responsables de la Fed se concentrent davantage sur la politique monétaire. Il a envoyé la semaine dernière une lettre aux responsables des banques régionales de la Fed à Boston, Atlanta et Minneapolis pour se plaindre de ce qu’il appelle “leur obsession de la course”.

“Ce n’est pas le rôle de la Réserve fédérale de s’engager dans la défense d’intérêts politiques”, a écrit M. Toomey. Il a critiqué les études, les documents et les articles de blog des banques, estimant qu’ils souffraient “d’un grave parti pris”.

Le racisme est “odieux”, a-t-il reconnu, mais le sujet de la race et de l’économie est “chargé d’hypothèses et d’interprétations idéologiques”. Quel que soit le mérite des événements consacrés à ce sujet, a ajouté M. Toomey, “on peut se demander pourquoi ils devraient être organisés par une banque régionale de la Réserve fédérale.”

Toomey est loin d’être un républicain de droite. Il était l’un des sept sénateurs républicains qui ont voté en février pour condamner l’ancien président Donald Trump sur l’article de destitution de la Chambre. Il a manqué le vote de la semaine dernière sur la création d’une commission bipartisane chargée d’enquêter sur l’intrusion au Capitole du 6 janvier en raison d’un engagement familial, mais il a déclaré qu’il aurait voté en faveur de l’avancement du projet de loi (la motion, qui avait besoin de 60 voix, a perdu 54-35).

Sa lettre, cependant, est l’une des façons dont les membres de la commission supérieure exercent leur pouvoir. Il a demandé aux trois chefs de banque – Eric Rosengren, Raphael Bostic et Neel Kashkari – de lui envoyer des documents et des informations avant la deuxième semaine de juin. Ils se conformeront très certainement à sa demande.

Il existe certainement des arguments en faveur d’une vision plus large du rôle des banques fédérales, mais la lettre de M. Toomey montre les risques qu’il y a à s’attaquer à des questions sociales très sensibles dans l’atmosphère hyperpartisane du pays.

Plusieurs économistes mettent en garde contre le fait que l’inflation affecte de manière disproportionnée les bas salaires et contribue à l’inégalité. La maîtrise de l’inflation relève clairement de la compétence de la Fed et pourrait être le meilleur moyen pour la banque centrale de contribuer à la justice sociale.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également