Dans la terminologie économique, une reprise en forme de V se produit lorsqu’une période d’expansion correspond à l’intensité et à la vitesse du krach précédent, les deux se produisant presque dos à dos.

C’est le cas actuellement avec la production américaine de gaz naturel, qui évolue à une vitesse si alarmante qu’elle pourrait transformer un marché haussier en marché baissier.

À deux séances de la fin de la semaine, les contrats à terme sur le gaz sur le Henry Hub de New York ont enregistré une chute de près de 12 % à l’ouverture jeudi, qui s’ajoute à la baisse de 1,5 % de la semaine précédente. Une semaine auparavant, le marché était en hausse de 16 %.

Si le gaz naturel ne serait pas du gaz naturel sans des fluctuations de prix à couper le souffle, ce qui est vraiment phénoménal, ce sont les changements de production à l’origine de ces mouvements.

Ceux qui suivent ces changements indiquent une étrange reprise de la production en forme de V, les pertes de production dues au gel et aux tempêtes du début du mois étant plus que compensées par l’arrivée de nouveau gaz grâce au réchauffement des températures.

Dan Myers, analyste chez Gelber & Associates, société de conseil sur les marchés du gaz basée à Houston, a évoqué ce phénomène dans une note adressée aux clients de la société :

“Le retour de la production après les gels qui ont eu lieu au plus fort de la tempête est également responsable de la pression à la baisse sur le mois d’avant et est probablement le principal moteur de la baisse de 5 % d’aujourd’hui”, a écrit M. Myers, en référence à la chute du marché de mercredi.

Il a ajouté :

“Les premiers rapports de production impliquent que la production américaine de gaz naturel s’approche de 93 bcf/d d’une manière similaire à une reprise en forme de V, après avoir été observée aussi bas que 88 bcf/d avant dans la semaine.”

Le bcf/d ou milliard de pieds cubes par jour supplémentaire de production de gaz cité par Myers ne devrait pas avoir d’impact immédiat sur ce que la US Energy Information Administration (EIA) publiera. Information Administration (EIA) publiera jeudi les chiffres sur le pour la semaine se terminant le 4 février.

Pour la quatrième semaine consécutive, l’EIA devrait annoncer un prélèvement de plus de 200 milliards de pieds cubes dans les stocks de gaz, les Américains ayant allumé le chauffage à fond dans leurs maisons et ailleurs, alors que des températures glaciales s’abattaient sur le pays d’est en ouest.

Stockage de gaz naturel

Source : Gelber & Associates

Le consensus de tirage pour la semaine du 4 février parmi les analystes suivis par Investing.com était de 222 bcf.

Cela se comparerait au retrait de 174 bcf au cours de la même semaine il y a un an et à un retrait moyen sur cinq ans (2017-2021) d’environ 150 bcf.

Au cours de la semaine précédente, le 28 janvier, les services publics ont retiré 268 milliards de pieds cubes de gaz du stockage, soit le plus important retrait hebdomadaire depuis le gel de février de l’année dernière.

Si les analystes suivis par Investing.com sont exacts dans leurs estimations des retraits de stockage qui ont eu lieu la semaine dernière, le total du gaz en stock devrait avoir baissé à 2,101 billions de pieds cubes (tcf), soit environ 9,3 % de moins que la moyenne sur cinq ans et 17,3 % de moins que les niveaux de l’année précédente.

Selon le fournisseur de données Refinitiv, le temps a été plus froid que d’habitude la semaine dernière, avec 212 degrés-jours de chauffage (DJC), contre une normale sur 30 ans de 190 DJC pour la période.

Les DJC, utilisés pour estimer la demande de chauffage des habitations et des entreprises, mesurent le nombre de degrés d’une journée où la température moyenne est inférieure à 65 degrés Fahrenheit (18 degrés Celsius).

Bien que tout cela soit bon pour la semaine dernière, ce sont les prévisions à venir qui comptent pour les prix du gaz négociés au Henry Hub.

Les changements baissiers apportés aux prévisions météorologiques depuis le début de la semaine ont réduit de 9 milliards de pieds cubes la demande supplémentaire de gaz naturel au cours des deux prochaines semaines, selon les personnes bien informées.

Et alors que les États-Unis se dirigent vers la fin de l’hiver, à la mi-février et au-delà, les analystes écartent la possibilité de nouvelles conditions de gel comme la tempête Uri récurrente de l’année dernière.

Uri, qui a frappé en février 2021, a été la plus grande tempête d’hiver et de verglas aux États-Unis depuis le Polar Vortex de 2014. Uri a eu un impact considérable sur les États-Unis, le nord du Mexique et certaines parties du Canada.

La tempête a fait des ravages, notamment au Texas, l’année dernière, déclenchant des pannes d’électricité, gelant partiellement le bassin pétrolier et gazier permien et tuant plus de 200 personnes. La semaine dernière, on craignait que de telles conditions ne se reproduisent au Texas, mais cette possibilité semble désormais plus éloignée.

Les conditions plus clémentes de l’hiver 2022 commencent à peser sur les prix du gaz, faisant chuter le Henry Hub des sommets de plus de 5 $ par unité thermique de la semaine dernière au niveau le plus bas de mercredi, soit 3,98 $.

M. Myers a déclaré :

“Les premières prévisions indiquent que nous ne serons pas en mesure de nous mesurer à la saison 2013/14, à moins que les prévisions pour la fin février et le mois de mars ne tiennent compte de manière spectaculaire d’un froid supplémentaire.”

“Pour l’instant, la saison hivernale 21/22 se situe toujours dans la fourchette quinquennale, même si elle testera la limite inférieure de la fourchette dans les semaines à venir.”

Avertissement : Barani Krishnan utilise un éventail de points de vue différents des siens pour apporter de la diversité à son analyse de tout marché. Par souci de neutralité, il présente parfois des opinions contraires et des variables de marché. Il ne détient pas de position dans les matières premières et les titres sur lesquels il écrit.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également