L’OPEP+ a créé la surprise sur le marché pétrolier la semaine dernière en ne parvenant pas à trouver un accord pour augmenter la production de lors de sa réunion mensuelle. Le marché s’attendait à ce que le groupe se mette d’accord sur une proposition visant à augmenter la production de 400 000 bpj en août et à continuer à l’augmenter de ce montant chaque mois jusqu’à la fin de 2021.

Le cartel cherchait également à prolonger son accord actuel sur les quotas au-delà de sa date d’expiration d’avril 2022, jusqu’à la fin de 2022.

Et c’est là que les ennuis ont commencé.

Les Émirats arabes unis, qui ont convenu qu’une augmentation pour l’été était justifiée, se sont opposés à la prolongation du système de quotas actuel jusqu’à la fin de 2022, car la base de ce quota était constituée de chiffres d’octobre 2018.

Les EAU ont estimé qu’il était injuste de l’utiliser comme base de référence jusqu’en décembre 2022. Le ministre du pétrole des Émirats arabes unis a fait valoir qu’étant donné que les Émirats avaient augmenté leur capacité de production, le fait de leur demander de baser leurs quotas sur une base de référence dépassée signifiait que les Émirats réduisaient une part plus importante de leur production que les autres pays. Par conséquent, ils ne pouvaient pas accepter de prolonger l’accord actuel sur les quotas de production au-delà de la date d’expiration fixée à avril 2022.

L’Arabie saoudite s’est opposée à toute augmentation de la production sans prolongation de l’accord. Le ministre saoudien du pétrole, Abdulaziz bin Salman, s’est également inscrit en faux contre l’idée que les Émirats arabes unis souhaitent modifier leur production de base. Il a déclaré dans une interview :

“Vous ne pouvez pas choisir un mois et dire : voici ma capacité, donc vous devez me la donner”.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étant dans l’impasse, l’OPEP+ a décidé de reporter indéfiniment sa réunion de juillet, ce qui signifie que l’augmentation de la production de 400 000 bpj a également été reportée.

Un premier bond des prix

Alors que les marchés américains étaient fermés lundi en raison de la fête du 4 juillet, les deux indices de référence ont augmenté à la fin de la semaine dernière. Le a également augmenté de 1,3 % lundi pour clôturer à 77,20 dollars le baril.

Le bond initial des prix s’explique par le fait que l’OPEP n’a pas répondu aux attentes du marché concernant une augmentation de la production en août. Toutefois, le désaccord entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ne signifie pas que le marché doive s’attendre à ce que les prix du pétrole continuent d’augmenter.

Pour l’instant, les producteurs affirment qu’ils sont déterminés à maintenir les quotas de production actuellement en place, mais la perspective d’un désaccord plus important entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis demeure.

Les capacités inutilisées pourraient être utilisées comme arme

Même si le marché pétrolier semble tendu à l’heure actuelle, il existe en réalité une grande capacité de réserve qui pourrait facilement être utilisée comme arme.

L’Arabie saoudite, bien sûr, se taille la part du lion de cette capacité de réserve. Elle a pompé 8,5 millions de bpj en mai, selon S&P Global Platts, mais peut pomper au moins 12 millions de bpj. L’Arabie saoudite a également prouvé récemment sa volonté de libérer cette capacité de production lorsque les négociations sur le pétrole tournent mal.

Même s’il n’y a pas eu de menace de déclencher la production de pétrole et de faire baisser les prix, le spectre de cette éventualité plane sur le marché et alimente déjà la volatilité des prix.

Bien que le marché ait semblé pris par surprise par le désaccord soudain entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui sont traditionnellement des partenaires dans la sphère de l’OPEP, ce désaccord couvait en fait depuis un certain temps.

Début décembre 2020, j’ai écrit sur le réalignement en cours au sein de l’OPEP et sur ce que l’indépendance et la capacité de production croissantes des EAU signifiaient pour les marchés pétroliers.

À l’époque, je prévenais qu'”une EAU dotée de pouvoirs est plus libre de prendre des décisions sages et à long terme au sein de l’OPEP+ sans se préoccuper autant du prix du pétrole demain.”

C’est ce que nous voyons se produire aujourd’hui. Les Émirats arabes unis veillent à leurs propres intérêts à long terme et continueront à le faire, même si cela implique de faire des vagues sur les prix du pétrole à court terme.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également