par SchiffGold 0 0

3 points clés à retenir

  1. Le gouvernement américain a une dette de plus de 28 000 milliards de dollars.
  2. Une grande partie de la dette est à court terme, ce qui la rend très sensible à la hausse des taux.
  3. Des taux d’intérêt plus élevés commenceraient immédiatement à peser sur le budget fédéral.

Introduction

La dette des Etats-Unis s’élève à plus de 28 trillions de dollars et continue de croître à un rythme alarmant. Même avant COVID-19, le problème devenait insurmontable. Ironiquement, bien que la dette ait augmenté de plus de 4 000 milliards de dollars l’année dernière, la pandémie a peut-être donné au gouvernement américain un répit à court terme en donnant à la Réserve fédérale le feu vert pour ramener les taux à zéro.

Tout d’abord, cela a soulagé le Trésor, qui a pu refinancer à des taux plus bas l’encours de la dette à court terme. Cependant, le soulagement a été encore plus grand lorsque la Réserve fédérale a absorbé plus de 90 % de la dette à long terme émise depuis mars dernier. Cela a laissé plus de place sur les marchés privés pour acheter l’émission de nouveaux bons du Trésor à court terme. Étant donné que la Fed reverse les revenus d’intérêts au Trésor et que les taux d’intérêt sur les bons du Trésor sont à 0 %, cela a effectivement permis au Trésor de bénéficier d’un crédit d’impôt. 4,5 milliards de dollars de prêt à 0% d’intérêt en 15 mois !

Bien que cela semble être une bonne affaire, cela s’accompagne de risques majeurs et a maintenant mis la Fed dans une boîte. Ceci sera expliqué en détail dans deux articles. La première partie expliquera pourquoi la Fed ne peut plus augmenter les taux d’intérêt, et la deuxième partie montrera comment la Fed est incapable de réduire ses taux et pourrait même devoir augmenter ses achats de titres du Trésor pour garder le contrôle sur la partie longue de la courbe des taux.

28 trillions de dollars et en augmentation

Le gouvernement américain ne peut pas s’arrêter de dépenser de l’argent. Les dépenses sont désormais bien supérieures aux recettes fiscales. L’économie américaine continue de connaître des augmentations nominales de la croissance, ce qui a augmenté les recettes fiscales fédérales, mais les dépenses fédérales augmentent beaucoup plus rapidement. La figure 1 ci-dessous illustre cette tendance claire.

image1

Source – Treasurydirect.gov

Les dépenses excessives doivent être payées par la dette. Cet excès massif de dépenses a conduit à une prolifération d’emprunts par le gouvernement fédéral, avec pour résultat une dette totale de plus de 28 milliards de dollars. Voir la figure 2 ci-dessous.

image3

Source – Treasurydirect.gov

Pour tous ceux qui ont du mal à se faire une idée de la taille d’un billion de dollars, veuillez consulter cet excellent document. visuel. Maintenant, multipliez ce chiffre par 28 !

Pour la plupart des gouvernements, cela serait insoutenable car les taux d’intérêt augmenteraient. Cela met la pression sur l’emprunteur pour qu’il réduise ses dépenses. Le gouvernement américain a bénéficié de trois avantages majeurs dont ne disposent pas la plupart des gouvernements. Premièrement, il a le privilège exorbitant d’émettre la monnaie de réserve mondiale (pour l’instant), ce qui crée une demande de dollars bien supérieure à ce qu’elle serait autrement. Le site petro dollar devrait faire l’objet d’un article dédié, il sera donc ignoré dans cette analyse.

Il est important de souligner deux autres faits essentiels qui ont permis aux dépenses et aux emprunts de se poursuivre sans relâche. Il a pu emprunter au fonds fiduciaire de la sécurité sociale, et la Réserve fédérale a absorbé une grande partie des émissions de dette ces dernières années. Non seulement cela équivaut à 11 milliards de dollars de prêts sans intérêt (puisque tous les paiements d’intérêts reviennent au Trésor), mais cela a empêché les marchés privés d’absorber toutes les nouvelles émissions de dette, maintenant ainsi les taux d’intérêt à un niveau plus bas. Comme le montre la figure 3 ci-dessous, depuis janvier 2010, les marchés privés n’ont eu à absorber “que” 9T$ sur les 14,5T$ émis.

image2

Source – Treasurydirect.gov et https://fred.stlouisfed.org/

Depuis janvier 2020, les chiffres sont encore plus frappants. Le Trésor a émis 4,5 milliards de dollars, dont 2,6 milliards pour la Fed (Note : Le bilan de la Fed a augmenté de plus de 4T, mais tout cela n’était pas de la dette du Trésor.). Un examen plus approfondi des chiffres montre que la Fed avait un appétit encore plus grand pour les échéances plus longues. Avec des taux à court terme à 0 %, le Trésor peut vendre des bons du Trésor au secteur privé tout en bénéficiant d’un prêt sans intérêt. Ainsi, il a été essentiel pour la Fed d’absorber la quasi-totalité (~90%) de la dette à long terme émise par le Trésor pour maintenir les paiements d’intérêts à un niveau bas !

image5

Source – Treasurydirect.gov

Le Trésor a jusqu’à présent évité des paiements d’intérêts plus élevés

En faisant un zoom arrière, les trois graphiques ci-dessous montrent pourquoi les manœuvres de l’année dernière ont été si importantes. Jetez un autre coup d’œil à la dette américaine, cette fois-ci classée par véhicule. La dette non négociable est celle que le gouvernement se doit à lui-même, les billets représentent une échéance de 1 à 10 ans, les bons de moins d’un an et les obligations de 10 ans. Les deux graphiques ci-dessous montrent à la fois la croissance absolue de la dette et l’évolution de la composition de la dette. Depuis 2008, les billets ont connu la plus forte croissance, passant de 25 % à 42 % de l’encours total. Les titres non négociables ont connu une évolution inverse, passant de 45 % à 25 %, le fonds fiduciaire de la sécurité sociale n’étant plus une source d’emprunt.

image4

Source – Treasurydirect.gov

image7

Source – Treasurydirect.gov

Il est important de noter la croissance des bons du Trésor ci-dessus. Les bons représentent le risque le plus élevé pour le Trésor, car les taux d’intérêt plus élevés se répercutent sur les bons en quelques mois. Il est donc important de noter qu’en 2015, lors du dernier cycle de hausse des taux, ils ne représentaient que 1,4 milliard de dollars, alors qu’ils représentent aujourd’hui 4,3 milliards de dollars. Cela signifie que chaque hausse de taux de 0,25 % ajoutera presque immédiatement 10 G$ aux dépenses fédérales. Le graphique ci-dessous montre clairement l’impact du dernier cycle de hausse des taux d’intérêt. La ligne rose montre comment les bons ont suivi le cycle de hausse de la Fed pour atteindre un sommet à près de 2,25 %.

Si la Fed tentait de relever les taux de manière similaire, elle ajouterait immédiatement 100 milliards de dollars aux dépenses fédérales en raison des seuls intérêts dus pour les bons du Trésor. Dans un scénario où la Fed réduirait son bilan à 1T$ (plus de prêts sans intérêt) ET augmenterait les taux d’intérêt à 4%, le Trésor encourrait un supplément de 160 milliards de dollars en taux d’intérêt pour les bons du Trésor et un énorme 290 milliards de dollars pour les obligations du Trésor ! Cela ne tient pas compte de toute nouvelle dette ajoutée pendant cette période, qui comprend maintenant un supplément de 0,5 milliard de dollars par an uniquement pour le paiement des intérêts !

image6

Source – Treasurydirect.gov

Le graphique ci-dessous montre de manière beaucoup plus claire comment la baisse des taux d’intérêt a permis de maintenir les paiements de la dette relativement stables pendant près de 20 ans. Le graphique montre le taux d’intérêt moyen pondéré et les paiements d’intérêts mensuels annualisés. La ligne orange (taux d’intérêt moyen pondéré) évolue en opposition directe avec la croissance de la dette vue ci-dessus. Lors du dernier cycle de resserrement des taux, le graphique montre à quelle vitesse la hausse des taux d’intérêt a augmenté la charge de la dette (150 milliards de dollars). La Fed possède très peu de bons du Trésor (320 milliards de dollars), de sorte que ces paiements d’intérêts ne retournent PAS au Trésor.

image9

Source – Treasurydirect.gov

Un dernier graphique à considérer. Comment ces paiements d’intérêts se comparent-ils aux recettes fiscales perçues par l’IRS ? Dans ce contexte, il devient très clair quel impact les augmentations du cycle des taux de 2015 ont eu sur les paiements de la dette.

image8

Source – Treasurydirect.gov

Conclusion

Rien dans cet article ne devrait surprendre quiconque suit de près la situation de la dette américaine ou les marchés financiers. Les tableaux et les graphiques ont tenté de montrer les tendances et de donner des chiffres concrets à ce que la plupart des gens savent déjà de manière anecdotique. Cet article n’évoque même pas les effets dévastateurs d’une hausse des taux d’intérêt sur le marché immobilier, le marché de la dette des entreprises et le marché de la dette des consommateurs. Au lieu de cela, il se concentre uniquement sur le Trésor, qui se trouve être dirigé par l’ancienne présidente de la Réserve fédérale (Janet Yellen).

Aucun de ces calculs n’est excessivement complexe, et toutes les données sont disponibles gratuitement sur le site Web du Trésor et de la Fed. Cela soulève la question suivante : la Fed se rend-elle compte que les taux d’intérêt ne peuvent pas augmenter ou regarde-t-elle seulement dans le rétroviseur et suppose-t-elle qu’une augmentation à 2,25 % sera similaire à 2015 qui a été ” seulement ” déraillée par COVID-19 ? Pour réitérer, la baisse des taux d’intérêt a donné au Trésor… soulagement des paiements d’intérêts plus élevés. La prochaine fois, ils pourraient ne même pas atteindre la moitié des 2% avec le fardeau supplémentaire de la dette. Malheureusement, pour la Fed, sa boîte est plus serrée que la plupart des gens ne le pensent. Si la Fed n’a pas encore compris, même avant de ne pas augmenter les taux d’intérêt, elle ne pourra pas réduire l’assouplissement quantitatif (monétisation de la dette) et encore moins réduire son bilan, sans conséquences graves. Ces données seront examinées dans la deuxième partie. Restez à l’écoute !

Des tableaux et des graphiques interactifs sur la dette américaine sont toujours disponibles sur le site Web de la Banque mondiale. Explorer les finances Tableau de bord : https://exploringfinance.shinyapps.io/USDebt/





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également