© Reuters. La Grande Barrière de corail devrait être ajoutée à la liste des sites en danger du patrimoine mondial, a recommandé mardi un comité de l’Onu. /Photo d’archives/REUTERS/Lucas Jackson

par Colin Packham

(Reuters) – La Grande Barrière de corail devrait être ajoutée à la liste des sites en danger du patrimoine mondial, a recommandé mardi un comité de l’Onu, provoquant une vive colère de l’Australie qui a déclaré avoir été prise de court par la décision et a blâmé une ingérence politique.

Les perspectives à long terme du plus grand ensemble corallien du monde se sont considérablement détériorées et il est nécessaire de prendre des mesures pour contrer les effets du réchauffement climatique, a déclaré l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

La ministre australienne de l’environnement Sussan Ley à annoncé que Canberra contesterait la recommandation, affirmant que celle-ci allait à l’encontre des conseils donnés il y a à peine une semaine et a défendu les protections du récif menées par le pays.

“C’est une subversion complète du processus normal”, a déclaré la ministre.

Depuis des années, l’Australie se bat pour maintenir la Grande Barrière, une attraction touristique majeure et source de milliers d’emplois, hors de la liste “en danger”, une étape qui pourrait potentiellement conduire à sa radiation comme site classé au patrimoine mondial.

Dans un effort de lobbying, le pays a accueilli en 2015 des délégués du Patrimoine mondial de l’UNESCO en voyage sur un recoin préservé du récif. Depuis, le plus grand écosystème vivant du monde a subi trois épisodes majeurs de blanchiment des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques.

Sussan Ley a déclaré, sans plus de précisions que “cette décision était faussée”. “De toute évidence, il y avait de la politique derrière”, a-t-elle dit.

Selon une source gouvernementale, Canberra tiendrait la Chine pour responsable.

“Nous ferons appel mais la Chine a le contrôle”, a déclaré la source, refusant d’être nommée.

L’ambassade de Chine à Canberra n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les groupes environnementaux ont rejeté l’hypothèse d’une motivation politique, déclarant qu’il était clair que l’Australie ne faisait pas assez pour protéger le récif.

(Version française Lucinda Langlands-Perry, éditée par Blandine Hénault)

Responsabilité : Fusion Media souhaite vous rappeler que les données contenues dans ce site ne sont pas nécessairement en temps réel ni exactes. Tous les prix des CFD (actions, indices, contrats à terme) et des devises ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché. Les prix peuvent donc ne pas être exacts et différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de négociation. Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir suite à l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou les dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente contenus dans ce site Web. Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés à la négociation sur les marchés financiers, car il s’agit de l’une des formes d’investissement les plus risquées qui soient.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également