© Reuters. Les Bourses européennes ont fini lundi sur une légère hausse qui a suffi à plusieurs d’entre elles pour inscrire des plus hauts historiques ou de plus de 20 ans, à deux jours de la réunion de la Réserve fédérale dont les marchés anticipent le ma

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont fini lundi sur une légère hausse qui a suffi à plusieurs d’entre elles pour inscrire des plus hauts historiques ou de plus de 20 ans, à deux jours de la réunion de la Réserve fédérale dont les marchés anticipent le maintien d’un biais d’une politique monétaire très accommodante au moins jusqu’à fin août.

À Paris, le a gagné 0,24% (15,69 points) à 6.616,35 points après un pic à 6.650,16, au plus haut depuis septembre 2000.

A Londres, le , tiré par la hausse des valeurs de l’énergie, a avancé de 0,18% après un plus haut de plus de 20 ans et à Francfort, le a pris 0,13% après un record à 15.802,67 points.

L’indice a terminé sur une hausse de 0,14%, le de 0,25% et le de 0,18% après avoir atteint 460,51 points, un niveau sans précédent.

A Wall Street, au moment de la clôture en Europe, le cédait toutefois 0,57% et le Standard &amp ; Poor’s 500 0,28% alors que le progressait de 0,3%.

L’indice MSCI des actions mondiales a lui aussi touché un plus haut historique en profitant de la dynamique de reprise économique et du maintien des politiques accommodantes des banques centrales à court terme.

Après le statu quo de la Banque centrale européenne jeudi dernier, tous les regards sont tournés vers Washington, où s’ouvrira mardi la réunion du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Pour de nombreux acteurs du marché, la Fed ne devrait pas dévoiler de nouvelle stratégie concernant ses achats d’obligations avant la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole en août.

VALEURS

Le secteur de l’énergie a affiché la plus forte progression en Europe, +2% pour son indice Stoxx, grâce à la progression des cours du brut. TotalEnergies a gagné 1,38%, en tête du CAC 40, Eni 1,38%, BP (LON 🙂 1,88%.

A la baisse, le compartiment du transport et des loisirs a souffert de la perspective d’un report de la dernière étape du déconfinement au Royaume-Uni : IAG (LON 🙂 a cédé 4,17%, InterContinental Hotels Group 1,6%.

Le compartiment automobile a abandonné 1,17% avec un repli de 3,3% pour Ferrari (NYSE 🙂 sous le coup d’une dégradation de la recommandation de Goldman Sachs (NYSE 🙂 à “vendre” contre “achat” auparavant.

Philips a perdu 4,16% après avoir annoncé le rappel de certains appareils respiratoires et ventilateurs en raison de la présence d’une partie en mousse qui pourrait se dégrader et devenir toxique.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans regagne plus de deux points de base à 1,4889% après avoir atteint un plus bas de plus de trois mois vendredi à 1,428% avec le reflux des craintes sur l’inflation.

Dans son sillage, le dix ans allemand a fini la journée en légère hausse à -0,253%, malgré les déclarations à Politico de Christine Lagarde, la présidente de la BCE, qui a déclaré que la reprise devait être ferme et durable avant que ne soit lancé le débat sur la fin de l’aide d’urgence de l’institution.

CHANGEMENTS

Le dollar est en léger repli face à un panier de devises de référence (-0,10%) et l’euro monte autour de 1,2125.

La livre sterling se stabilise après avoir touché un plus bas d’un mois contre le dollar, plombée par des informations selon lesquelles le Premier ministre britannique devrait annoncer le report de l’ultime étape du déconfinement, prévue le 21 juin, du fait des craintes liées au variant Delta.

Le a dépassé 41.000 dollars pour la première fois en trois semaines après qu’Elon Musk, directeur général de Tesla (NASDAQ 🙂 a déclaré que le constructeur automobile pourrait à nouveau autoriser les paiements avec la cryptomonnaie si sa production devenait moins polluante.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont à leurs plus hauts niveaux depuis plus de deux ans, soutenus par la reprise économique et la perspective d’une croissance de la demande avec l’accélération de la vaccination dans les pays développés.

Le baril de avance de 0,65% à 73,16 dollars après un pic depuis avril 2019 à 73,64.

Le baril de (WTI) progresse de 0,55% à 71,3 dollars, 71,70 au plus haut depuis octobre 2018.

LES INDICATEURS DU JOUR

Seul indicateur important au programme de la journée, la production industrielle en zone euro a augmenté de 0,8% en avril, deux fois plus qu’attendu par le consensus Reuters.

(Laetitia Volga et Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également