Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

© Reuters. Les Bourses européennes sont attendues sans grand changement vendredi. /Photo prise le 12 août 2021/REUTERS

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement vendredi à l’ouverture malgré des records battus la veille à Wall Street qui devraient être accueillis dans le calme par des investisseurs européens.

D’après les contrats à terme, le parisien et le à Londres pourraient gagner 0,02% à l’ouverture tandis que le à Francfort et l’ reculeraient de 0,08%.

La plupart des indices européens ont terminé en hausse jeudi et le ainsi que le Dax ont inscrit de nouveaux record, les investisseurs gardant leur optimisme après une solide saison de résultats et des signes d’amélioration de l’économie malgré l’augmentation des cas de contamination au SARS-CoV-2 liée au variant Delta.

Par ailleurs, l’annonce d’une hausse des prix à la production aux Etats-Unis ne semble pas avoir ranimé les craintes sur l’inflation.

“Pour l’instant, les marchés semblent partir sur l’hypothèse de base qu’une réduction des achats d’actifs de la Réserve fédérale est à venir, et s’accommoder de cette idée, et tant que la discussion ne se déplace pas sur le sujet plus sensible des hausses de taux, alors la tendance actuelle de plus hauts toujours plus hauts semble devoir se poursuivre”, a déclaré Michael Hewson chez CMC Markets.

Près des deux tiers d’économistes interrogés par Reuters estiment que la Fed va probablement annoncer une réduction de ses achats d’actifs lors de sa réunion du FOMC en septembre.

Des volumes réduits, vacances d’été obligent, et l’absence de catalyseur et d’indicateur de premier plan devraient encore se traduire par une séance calme ce vendredi.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini dans le vert jeudi, avec des records à la clé pour le et le S&P-500 pour une troisième journée consécutive à la faveur de la progression des grandes valeurs technologiques, alors que les investisseurs ont été rassurés par des données sur l’emploi aux Etats-Unis.

L’indice Dow Jones a gagné 0,04% ou 14,88 points, à 35.499,85 points, le S&P-500 a pris 0,30% à 4.460,83 points et le a avancé de 0,35% à 14.816,26 points.

Parmi les grandes valeurs technologiques, Apple (NASDAQ:) (+2,08%) a été le principal vecteur de la progression du S&P-500, suivi par Microsoft (NASDAQ:) (+1%).

Après la clôture, Disney a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, le géant du divertissement ayant attiré plus de nouveaux abonnés que prévu pour son service de “streaming” et profité du retour des visiteurs dans ses parcs d’attraction. Son action progressait de 5% en après-Bourse.

Les contrats à terme sur les indices new-yorkais indiquent une ouverture proche de l’équilibre.

EN ASIE

Le à Tokyo a fini en baisse de 0,14%, l’envolée du poids lourd Recruit Holdings (+10,01%) après le relèvement de son bénéfice annuel ayant été contrebalancée par la faiblesse des valeurs des semi-conducteurs dans le sillage de la baisse du secteur à Wall Street.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) recule d’environ 0,9%, des traders évoquant les inquiétudes persistantes sur l’éventualité de nouvelles mesures réglementaires en Chine et sur les conséquences du variant Delta dans plusieurs pays de la région.

Les Bourses chinoises, pénalisées par le repli des valeurs des semi-conducteurs, sont en recul: l’indice CSI300 des grandes capitalisations perd 0,8% et l’indice Composite de Shanghai 0,44%.

CHANGES

Le dollar est stable, se maintenant proche du plus haut de quatre mois atteint mercredi contre un panier de devises internationales, alors que les cambistes attendent de nouvelles indications de la Réserve fédérale sur le devenir de ses mesures de relance monétaire.

L’euro gagne 0,09% à 1,1737 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans cède deux points de base, à 1,3438%. Son équivalent allemand est inchangé à -0,46% dans les premiers échanges.

PÉTROLE

Les cours du pétrole reculent pour une deuxième journée après que l’AIE a prévenu que la croissance de la demande de brut devrait ralentir dans le reste de l’année.

Le baril de perd 0,84% à 70,71 dollars et celui du (West Texas Intermediate, WTI) abandonne 0,96% à 68,43 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également