© Reuters. Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne s’est insurgé lundi contre une nouvelle loi en Russie qui réserve aux seuls producteurs russes le droit d’afficher uniquement le nom “champagne” sur leurs bouteilles. /Photo d’archives/REUTERS/Benoit Tes

PARIS (Reuters) – Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne s’est insurgé lundi contre une nouvelle loi en Russie qui réserve aux seuls producteurs russes le droit d’afficher uniquement le nom “champagne” sur leurs bouteilles, tandis que les vins importés doivent, eux, comporter aussi l’appellation “vin mousseux”.

“La Champagne est scandalisée par la nouvelle législation russe relative à l’étiquetage des vins”, écrit le Comité Champagne dans un communiqué publié lundi, en rappelant la protection de l’appellation française “champagne AOC”, reconnue dans plus de 120 pays.

Dans le cadre de la nouvelle législation russe, les vins de Champagne pourront conserver le droit d’utiliser le nom “champagne” en caractères latins sur l’étiquette principale. En revanche, ils devront renoncer au terme “Shampanskoe” – traduction de champagne en russe – et se présenter sous le terme “vin mousseux” en caractères cyrilliques sur la contre-étiquette, explique le Comité Champagne.

Seuls les vins effervescents russes auront désormais le droit d’utiliser le nom “Shampanskoe”, ajoute le Comité.

“Priver les Champenois du droit d’utiliser le nom “Champagne” (en cyrillique) est scandaleux”, dénoncent Maxime Toubart et Jean-Marie Barillère, coprésidents du Comité Champagne.

“C’est notre patrimoine commun et la prunelle de nos yeux”, ajoutent-ils, invitant les entreprises champenoises à cesser leurs livraisons vers la Russie jusqu’à nouvel ordre.

Sollicitée, Miriam Garcia Ferrer, porte-parole de la Commission européenne, a dit être informée du changement législatif en Russie.

“Cela aurait un impact considérable sur les exportations de vin. Nous ferons donc tout ce qui est nécessaire pour exprimer notre désaccord et notre inquiétude à l’égard du projet”, a-t-elle déclaré.

“Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger nos droits et prendrons les mesures nécessaires si cette loi entre en vigueur”, a-t-elle ajouté.

(Reportage Gus Trompiz, avec John Chalmers à Bruxelles, rédigé par Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également