Les investisseurs en titres du Trésor se sont laissés bercer par une complaisance qui n’est pas forcément fondée. Le de juin, qui doit être publié vendredi, retiendra l’attention, mais il est peu probable qu’il entraîne une forte variation des rendements du Trésor.

Le consensus prévoit un gain d’environ 700 000 emplois en juin, avec un taux de chômage en légère baisse de 5,8 % à 5,7 %. Les États qui choisissent de ne pas bénéficier de l’aide fédérale pour la prolongation des allocations de chômage, notamment d’un supplément de 300 dollars par semaine, affichent des gains d’emplois plus importants, ce qui n’est peut-être pas surprenant.

L’aide fédérale prend fin le 6 septembre, mais la moitié des États ont choisi de s’en retirer bien avant cette date. Quatre États ont cessé de verser des prestations le 12 juin, sept autres le 19 juin, dix autres le week-end dernier et les quatre derniers le feront en juillet. Les analystes s’attendent à ce que l’impact soit le plus important en juillet.

Une réduction graduelle à deux vitesses et une intensification du débat sur l’inflation “transitoire”

La Réserve fédérale semble s’orienter vers une réduction à deux vitesses de ses achats d’obligations, actuellement de 80 milliards de dollars par mois pour les bons du Trésor et de 40 milliards de dollars pour les obligations hypothécaires. L’idée est de commencer par réduire les obligations hypothécaires, car on craint que ces achats n’alimentent une bulle immobilière sur un marché chaud.

Dans le même temps, le débat sur le caractère transitoire de la hausse de l’inflation attire un plus grand nombre de personnes, car de plus en plus d’économistes s’expriment sur les risques encourus si la Fed se trompe dans son évaluation.

Le rendement du Trésor de référence à a grimpé au-dessus de 1,5 % vendredi après la publication d’une forte hausse en glissement annuel de l’indice des dépenses de consommation personnelle, la mesure de l’inflation privilégiée par la Fed. L’indice a augmenté de 3,4 % en mai, soit la plus forte hausse depuis 1992.

Lundi, cependant, les investisseurs avaient dissipé toute inquiétude et le rendement est repassé sous la barre des 1,5 %.

La semaine dernière également, les inquiétudes quant à l’accord des législateurs des deux partis avec le président Joseph Biden sur un paquet de dépenses d’infrastructure de plus de 1 000 milliards de dollars ont augmenté et diminué après que Biden ait d’abord annoncé l’accord et quelques heures plus tard ait déclaré qu’il devrait être couplé à d’autres lois sur des billions de nouvelles dépenses pour qu’il puisse le signer. Ce n’est que samedi, lorsque Biden a précisé qu’il ne voulait pas dire qu’il opposerait son veto au projet de loi sur les infrastructures, que les inquiétudes ont diminué.

Qui sait ce qui va se passer ? Les hauts et les bas risquent de se poursuivre pendant des semaines, car le Congrès est déchiré non seulement par l’hostilité entre démocrates et républicains, mais aussi par des désaccords au sein des deux partis. Dans ce contexte, la réassurance mesurée des responsables de la Fed semble apaiser les investisseurs.

Les élections régionales ne font pas bouger les obligations d’État françaises

Le second tour des élections régionales françaises a alimenté les débats des experts mais n’a guère affecté les investisseurs obligataires, le taux d’abstention élevé (environ 65 %) indiquant que le vote sur les responsabilités relativement mineures des gouvernements régionaux ne reflète peut-être pas exactement le sentiment du public.

France 10Y hebdo

Ni le parti au pouvoir du président français Emmanuel Macron ni le parti d’extrême droite de Marine Le Pen n’ont obtenu le contrôle d’aucune des 12 régions, les partis traditionnels de centre-droit et de gauche ayant progressé.

Xavier Bertrand, un chef de province du nord de la France, s’est retrouvé en position de force pour revendiquer l’investiture présidentielle de ce qui était autrefois le parti gaulliste, remettant en cause les sondages qui indiquent que le second tour du scrutin de l’année prochaine opposera à nouveau Macron à Le Pen.

Les conservateurs, désormais appelés Les Républicains, ont conservé les sept régions qu’ils contrôlent, ce qui a incité les responsables du parti à saluer un retour en force après la perte de la victoire de Macron en 2017.

Le rendement de l’obligation d’État française de référence à a brièvement augmenté à près de 0,20 % vendredi, avant le vote, mais s’est affaissé pour revenir sous 0,16 % dans les échanges lundi.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également