La volatilité est là pour rester, mais le choc de l’offre laisse présager des prix plus élevés.

Les montagnes russes de l’énergie continuent…

Après une hausse record de six jours du pétrole, passant de 90 à 130 dollars le baril, les prix sont revenus en territoire de 90 dollars la semaine dernière, laissant derrière eux des traders choqués. Mais au cours des derniers jours, les deux références européennes et sont repassées au-dessus du niveau de 100 dollars.

La correction a brièvement effacé toute la prime de risque créée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avant que les prix ne se stabilisent et repassent au-dessus de 100 dollars :

Malgré l’effondrement des prix, peu de choses ont changé en ce qui concerne les risques croissants d’approvisionnement sur le marché pétrolier actuel. En fait, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient d’avertir que le marché pétrolier est confronté à “la plus grande crise de l’offre depuis des décennies.”

Dans ce billet, je vais passer en revue les dernières tendances de l’offre et de la demande qui indiquent un resserrement continu du marché et une hausse des prix à venir. Mais tout d’abord, examinons le principal facteur à l’origine des fluctuations extrêmes actuelles des prix : l’effondrement de l’activité commerciale du pétrole. Nous pouvons le constater par l’effondrement de l’intérêt ouvert pour les contrats à terme sur le pétrole brut et les produits raffinés, qui ont plongé à leur plus bas niveau depuis plusieurs années :

Futures pétrole : intérêt décroissant

Futures pétrole : intérêt décroissant

Cette chute de l’activité commerciale est due au fait que les courtiers en matières premières ont augmenté les exigences de marge, obligeant les traders qui fournissent normalement un tampon de volatilité à se retirer du marché. Toute personne négociant sur ces marchés a probablement remarqué le manque de liquidité par le biais d’écarts de prix qui explosent. Alors que l’on voit normalement un écart d’un ou deux centimes entre l’offre et la demande, les écarts sont actuellement de 0,05 à 0,10 dollar ou plus.

En tant que tel, nous pouvons nous attendre à ce que les mouvements quotidiens des prix restent exagérés – à la hausse comme à la baisse – à l’avenir. Cependant, si nous regardons à travers le bruit des mouvements de prix quotidiens, les perspectives fondamentales du pétrole restent plus haussières que jamais.

Commençons par le facteur le plus important de tous, à savoir la situation des exportations de pétrole russe.

Même un cessez-le-feu pourrait ne pas rétablir l’approvisionnement russe

Le catalyseur initial cité pour les récentes baisses des prix du pétrole était la nouvelle de progrès diplomatiques de la part des responsables russes, citant la perspective d’un cessez-le-feu potentiel imminent en Ukraine. Bien sûr, avec le recul, nous savons maintenant que ces rapports étaient trop optimistes et que le conflit continue de faire rage alors qu’il entre dans son deuxième mois. Naturellement, d’un point de vue humanitaire – et pour éviter une troisième guerre mondiale – nous espérons tous un cessez-le-feu imminent en Ukraine.

Mais c’est une grave erreur pour le marché de supposer que toute discussion sur un cessez-le-feu signifie une levée immédiate des sanctions et un retour à la normale pour l’énergie russe. Compte tenu de l’ampleur des destructions et de la tragédie humaine que la Russie a infligées à l’Ukraine, le conflit a, à ce stade, dépassé toutes les chances d’une résolution facile. Des villes entières ont été rasées et plus de 10 millions de réfugiés ukrainiens ont été contraints de quitter leur foyer. En outre, de plus en plus de rapports indiquent que la Russie prend intentionnellement pour cible des civils ukrainiens.

Au minimum, cela signifie une négociation longue et difficile pour parvenir à un accord de paix durable, même si un cessez-le-feu peut être atteint.

Pendant ce temps, le fossé géopolitique entre la Russie et l’Occident progresse également au-delà du point de résolution facile. Il y a tout juste une semaine, mercredi, le président américain Biden et le secrétaire d’État Blinken ont tous deux qualifié Poutine de “criminel de guerre” en raison du massacre aveugle de civils innocents par la Russie.

Cette déclaration a été suivie d’une affirmation similaire de la part du vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell :

Borrell Tweet

Borrell Tweet

Ces affirmations sont graves et ont de sérieuses implications.

Elles pourraient signifier le maintien indéfini des sanctions occidentales à l’encontre de la Russie, même après un accord de paix officiel en Ukraine. Cela montre que l’Occident s’engage dans un conflit froid prolongé avec la Russie, dans lequel les sanctions pourraient rester en place indéfiniment, même après une résolution en Ukraine. Cette tribune libre de Bing West, ancien secrétaire adjoint à la défense des États-Unis, publiée dans le Wall Street Journal, reflète le nombre croissant de voix qui prônent un changement de régime en Russie, ce qui entraînerait le maintien des sanctions tant que Poutine reste au pouvoir.

En bref, les responsables politiques occidentaux s’efforcent de faire de la Russie le prochain Iran ou Venezuela. Dans ce contexte, l’atteinte à la réputation des entreprises qui font des affaires avec la Russie continue d’inciter les pays occidentaux à se retirer du pays par “auto-sanction”.

Dans le secteur de l’énergie, cela a commencé par l’abandon des activités en Russie par des supergrands groupes pétroliers comme Exxon (NYSE:), Shell (NYSE:) et BP (NYSE:). Ces mesures auront surtout un impact à long terme sur la capacité de la Russie à accroître sa production, même si l’impact à court terme est faible.

Toutefois, la situation s’est encore aggravée vendredi, lorsque le géant des services pétroliers Halliburton (NYSE:) a annoncé qu’il mettait immédiatement fin à ses activités en Russie également. Un jour plus tard, Schlumberger (NYSE:) et Baker Hughes (NYSE:) ont annoncé l’arrêt de tout nouvel investissement en Russie, ce qui pourrait conduire les deux sociétés à se retirer complètement du pays.

Il s’agit d’une affaire importante. Comme de nombreux producteurs de pétrole étrangers, la Russie dépend des sociétés de services occidentales pour la technologie, les pièces de rechange et le capital humain afin de maintenir l’efficacité de ses opérations pétrolières et gazières. La Russie ne peut pas remplacer ces services et ces pièces de rechange du jour au lendemain, ce qui signifie une réduction potentielle de la production à court terme.

Enfin, il y a la menace la plus immédiate pour les exportations russes : le simple refus de nombreux pays d’acheter du pétrole brut et des produits raffinés russes, en raison de l’effet direct et indirect des sanctions occidentales. Jusqu’à présent, le volume des perturbations a été plutôt minime, car les accords signés il y a plusieurs semaines ont continué à se frayer un chemin sur le marché physique. Toutefois, lorsque le plein effet des sanctions se fera sentir le mois prochain, le marché sera confronté à la perspective imminente d’une perturbation majeure de la production pétrolière russe.

Les pertes de l’offre russe pourraient atteindre 3 à 4 millions de barils par jour

L’AIE a publié la semaine dernière sa première estimation officielle des pertes d’approvisionnement en Russie… et elle est stupéfiante. L’agence prévoit une baisse massive de 25 % de la production russe à partir d’avril. En d’autres termes…

Un marché mondial du pétrole déjà fragile pourrait perdre 3 millions de bbl/j à partir du mois prochain.

Le rapport de l’AIE avertit le marché de se préparer à “la plus grande crise de l’offre de pétrole depuis des décennies”. Dans le même temps, le célèbre négociant en matières premières Pierre Andurand appelle à un choc de l’offre encore plus important. Alors qu’il présentait ses arguments en faveur d’un pétrole à 200 dollars dans l’émission Odd Lots, il a estimé que les approvisionnements russes pourraient être perturbés d’environ 4 millions de barils par jour. Il a également réitéré qu’une résolution facile en Ukraine reste peu probable :

“Je ne pense pas que tout à coup ils arrêtent de se battre, le pétrole revient. Ce ne sera pas le cas. Le pétrole va disparaître pour de bon”.

Si l’une ou l’autre de ces estimations de perte d’approvisionnement est proche de la réalité, le marché haussier d’aujourd’hui pourrait rapidement se transformer en crise énergétique. En effet, les dernières données sur les stocks révèlent qu’à l’heure actuelle, le marché pétrolier n’a pas la place de gérer une perturbation de 1 million de barils par jour, et encore moins de 3 à 4 millions de barils par jour.

Les stocks mondiaux de pétrole atteignent des niveaux dangereusement bas

Dans sa dernière mise à jour mensuelle des données, l’AIE a fait état d’une réduction monstrueuse de 60 millions de barils des stocks mondiaux en décembre. Les premières données pour janvier ont montré une nouvelle baisse de 13,5 millions de barils, ce qui place les stocks mondiaux à leur niveau le plus bas depuis plusieurs décennies.

Au cours des dernières semaines, les stocks totaux de pétrole aux États-Unis sont passés sous la barre du milliard de barils pour la première fois depuis 2011, et se situent actuellement aux niveaux les plus bas depuis 2008 :

Pour rappel, la dernière fois que les stocks de pétrole étaient aussi bas, le pétrole était en route pour atteindre 145 dollars le baril. Cela montre à quel point le marché est tendu avant toute perturbation significative des exportations russes.

Demain, nous examinerons les dernières tendances de l’offre pour voir quelles sont les perspectives de combler un trou de 3 à 4 millions de barils par jour.

Cet article a été initialement publié sur le site du Ross Report.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également