Cette semaine, les haussiers du se concentreront sur le début de la saison des ouragans dans l’Atlantique américain, qui pourrait perturber les installations énergétiques clés sur la côte du Golfe du Mexique, et aussi sur le long week-end du Memorial Day qui marque le pic de la saison de conduite aux États-Unis.

Pétrole journalier

Pour les baissiers du brut, les pourparlers visant à faire adhérer l’Iran à un pacte nucléaire lui permettant d’exporter son pétrole sans sanctions américaines seront au centre de l’attention. Le pacte multipliera probablement la production de Téhéran dans un monde où la demande reste préoccupante, les voyages et l’activité étant toujours considérablement freinés par la pandémie de COVID-19.

Dans ce contexte, les investisseurs en or surveilleront attentivement les rendements des bons du Trésor américain et du dollar pour voir s’ils restent modérés malgré la montée en flèche de l’inflation. Un tel environnement donnera aux positions longues sur le une nouvelle chance de tenter d’atteindre le niveau de 1 900 dollars qui leur a échappé la semaine dernière.

Ou journalier

Si les – qui se situent actuellement au niveau inférieur de 1,6 %, proche du hasardeux 1,7 % – devaient augmenter, cela pourrait déclencher une baisse du risque sur l’ensemble des marchés, y compris les actions, a déclaré Tariq Zahir, membre directeur de Tyche Capital Advisors, un fonds de matières premières à New York axé sur le pétrole, l’or et d’autres stratégies macroéconomiques.

“Je pense que le risque est toujours à la baisse, car les rendements peuvent monter en flèche à tout moment”, a déclaré M. Zahir.

Les fluctuations sauvages du , qui ont aigri l’appétit pour le risque la semaine dernière, pourraient également continuer à freiner le marché en général, du moins pour le moment.

L’ouragan et les voyages aux États-Unis pourraient donner un coup de pouce au pétrole brut.

Les prix du brut étaient en hausse de 0,7 % à 1 h 45 ET (5 h 45 GMT) dans les échanges asiatiques, le West Texas Intermediate, la référence pour le pétrole américain, se situant à 64,03 $ le baril, tandis que le basé au Royaume-Uni, la jauge internationale du pétrole, atteignait 66,81 $.

Ces gains sont intervenus alors que le US National Hurricane Center averti qu’il y avait 60 % de chances qu’un ouragan se forme à partir d’un système météorologique de basse pression situé au-dessus de l’ouest du Golfe du Mexique, avec des vents de 30-35 miles par heure (48 à 56 km par heure) près du centre et à l’est de celui-ci. Plus de 45 % de la capacité totale de raffinage du pétrole des États-Unis est située le long de la côte du Golfe, ainsi que 51 % de la capacité totale des usines de traitement du des États-Unis.

Le pétrole a également été soutenu par les spéculations selon lesquelles les Américains feront le plein de leur réservoir au moins plus d’une fois cette semaine pour des voyages sur la route qui s’étendront sur les trois jours de la pause du 31 mai, jour férié du Memorial Day. L’Association américaine des automobilistes s’attend à ce qu’il y ait 37 millions de voyageurs sur les routes pour ce Memorial Day, soit 60 % de plus que les 23 millions de l’année dernière, qui avaient été supprimés par la pandémie.

En ce qui concerne les négociations sur le nucléaire iranien, le président du Parlement iranien a déclaré dimanche qu’un accord de surveillance de trois mois entre Téhéran et l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU avait expiré et que l’accès à des images de l’intérieur de certains sites nucléaires iraniens cesserait.

Les baissiers du pétrole comptent sur la reprise des négociations sur le nucléaire iranien

Des diplomates européens ont déclaré la semaine dernière que l’absence d’accord sur une prolongation de l’accord de surveillance plongerait dans la crise les discussions indirectes entre Washington et Téhéran sur la relance de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Ces discussions doivent reprendre à Vienne cette semaine.

Toutefois, Bloomberg a rapporté que l’Iran est susceptible de prolonger un accord d’inspections nucléaires de l’ONU, ce qui permettrait aux diplomates de gagner du temps pour relancer l’accord historique.

L’administration Biden a été sélective dans l’application des sanctions de l’ère Trump sur le pétrole iranien, permettant à Téhéran d’expédier des milliers de barils par jour à des acheteurs sélectionnés malgré l’embargo américain. Ce qui est vraiment important pour l’Iran aujourd’hui, c’est le rétablissement des accords bancaires internationaux, interdits par les sanctions, qui permettront à la République islamique de négocier ses cargaisons de brut sans entrave.

Si les sanctions sont effectivement levées, il pourrait en résulter un approvisionnement supplémentaire de quelque 500 000 à 2 millions de barils de brut iranien qui pourraient réintégrer le marché mondial du pétrole à tout moment entre les trois et 18 prochains mois, selon les personnes au courant.

L’Iran a déjà déclaré qu’il pourrait retrouver “en quelques mois” sa production maximale de pétrole de près de 4 millions de barils par jour une fois les sanctions sur son pétrole levées. Des sources familières avec la production de brut du pays estiment actuellement sa production à environ 2 millions de barils par jour.

Selon les analystes, l’offre supplémentaire de l’Iran, quelle que soit la date à laquelle elle se produira, obligera à une reconfiguration de l’offre mondiale de pétrole qui pourrait être plus baissière que haussière – en particulier avec les questions relatives à la demande qui refont surface après les nouvelles flambées de coronavirus en Inde, le troisième plus grand consommateur de pétrole.

Les positions longues sur l’or suivent de près les données sur l’inflation

L’objectif de l’or à 1 900 dollars sera probablement influencé par une série de données économiques américaines cette semaine, notamment celles sur les revenus et les dépenses personnelles, qui comprennent l’. L’indice des dépenses de consommation personnelle de base exclut l’alimentation et l’énergie et constitue la mesure de l’inflation privilégiée par la Réserve fédérale pour son objectif de moyenne flexible de 2 %. Il a augmenté de 1,8 % au cours des 12 mois précédant mars.

Les données pourraient mettre à l’épreuve la détermination de la Fed à maintenir ses achats d’actifs à leur rythme actuel face à un rebond de l’économie et de l’inflation.

La Fed reconnaît les pressions sur les prix résultant des goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement américaines qui luttent pour faire face à la demande dans une économie qui rouvre après des mois de suppression de la pandémie.

Mais la banque centrale insiste sur le fait que ces pressions inflationnistes sont “transitoires” et s’estomperont lorsque l’économie se remettra complètement de la pandémie. Elle affirme également qu’elle ne voit pas la nécessité pour l’instant de relever les taux d’intérêt.

Un tel environnement renforce le rôle naturel de l’or en tant que couverture contre l’inflation, selon les détenteurs de positions longues, qui sont encouragés à tenter d’abord un retour aux niveaux de 1 900 dollars atteints pour la dernière fois en janvier, avant une nouvelle poussée vers les sommets d’environ 2 100 dollars atteints en août.

Les prix à terme et au comptant de l’or ont manqué de moins de 10 $ le seuil de 1 900 $ vendredi, ce qui représente la deuxième fois que l’objectif n’a pas été atteint la semaine dernière.

L’or pour livraison en juin sur le COMEX de New York était à 1 886,50 $ à 1 h 45 ET (5 h 45 GMT).

Le prix au comptant de l’or, qui reflète les transactions en temps réel sur le lingot, était à 1 885,90 $.

Les autres données économiques américaines prévues pour la semaine sont la confiance des consommateurs, les prix des maisons, les ventes de maisons neuves, les commandes de biens durables et les demandes initiales de chômage.

Lael Brainard, gouverneur de la Fed, doit également parler des monnaies numériques lors de la conférence virtuelle Consensus by CoinDesk, lundi. Compte tenu de la récente volatilité du marché des crypto-monnaies, ses commentaires seront suivis de près.

Avertissement : Barani Krishnan utilise un éventail de points de vue différents des siens pour apporter de la diversité à son analyse d’un marché. Par souci de neutralité, il présente parfois des opinions contraires et des variables de marché. Il ne détient pas de position dans les matières premières et les titres sur lesquels il écrit.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également