La semaine dernière, la triple décision de la Réserve fédérale de resserrer sa politique monétaire a fait déraper les obligations du Trésor et a fait grimper les rendements de l’obligation à 1,77 % vendredi. Lundi, les rendements ont dépassé 1,8 % avant de se stabiliser juste au-dessus du niveau de vendredi.

Les de la réunion de politique générale de la Fed de mi-décembre ont montré que les responsables ne voulaient pas seulement accélérer la réduction des achats d’obligations – ouvrant ainsi la voie à une hausse des taux d’intérêt dès mars – mais qu’ils ont également discuté de l’épuisement du portefeuille de 9 000 milliards de dollars de la Fed en cessant de réinvestir le produit des titres arrivant à échéance.

Tout cela représente une réduction importante de l’accommodation monétaire et a effrayé les investisseurs qui ont vendu des actions et des obligations. Les perspectives laissent présager une volatilité continue, car les investisseurs surveillent de près les indices sur les intentions de la Fed en matière de calendrier.

Plusieurs responsables politiques doivent s’exprimer cette semaine, notamment le président de la Fed et le vice-président désigné , qui comparaîtront pour leurs auditions de confirmation au Sénat.

L’autre donnée clé proviendra de l’indice des prix à la consommation de décembre, qui sera publié mercredi. Selon les prévisions, l’augmentation de l’indice des prix à la consommation pourrait atteindre 7,1 % en glissement annuel, soit une hausse significative par rapport aux 6,8 % enregistrés en novembre et le niveau le plus élevé depuis 40 ans.

Les analystes restent prudents, les obligations européennes chutent et on prévoit un décollage en mars

Jusqu’où ira le rendement de l’obligation de référence à 10 ans ? Sachant que la Fed veut éviter de précipiter l’économie dans une récession en relevant les taux à court terme, la plupart des analystes sont prudents en ce qui concerne le long terme.

En outre, beaucoup continuent de penser que les problèmes de chaîne d’approvisionnement qui poussent les prix à la hausse finiront par s’atténuer, même si ce moment est plus éloigné que prévu. Cette conviction agira comme un frein sur les rendements à 10 ans.

Néanmoins, certains économistes prévoient déjà un rendement à 10 ans au niveau de 2,25 % l’année prochaine. Les prévisions de relèvement du taux des fonds fédéraux passent de trois à quatre hausses cette année, l’outil Fed Watch du CME estimant à 80 % les chances d’un relèvement en mars. Même à raison d’un quart de point à chaque fois, ces hausses commencent à s’additionner.

Le de décembre, publié vendredi, a établi le à 3,9 %, ce qui est inférieur aux 4 % que la Fed considère comme le seuil de l’emploi maximum à long terme et constitue un argument supplémentaire pour procéder rapidement au resserrement monétaire.

La perspective d’une hausse des taux d’intérêt a stimulé dans les échanges de devises. La chasse aux bonnes affaires a également permis d’inverser certaines pertes boursières, notamment parmi les sociétés technologiques de l’indice .

En Europe, l’Italie a émis la semaine dernière 7 milliards d’euros (7,9 milliards de dollars) d’obligations , dans l’espoir d’obtenir des conditions favorables avant le resserrement monétaire de la Banque centrale européenne et l’accession probable du Premier ministre Mario Draghi à la présidence italienne lors du vote du Parlement à la fin du mois.

Les commandes pour l’émission syndiquée ont atteint près de 56 milliards d’euros (63,5 milliards de dollars), mais ce montant est légèrement inférieur à ce que l’on aurait pu attendre. Près de 75 % de l’émission est allée à des investisseurs étrangers, principalement de l’Union européenne et du Royaume-Uni. Le rendement de référence de l’Italie a atteint 1,33 % lundi avant de repasser sous la barre des 1,3 %.

Le repli obligataire a touché les obligations souveraines de l’UE en général.

Taux Allemand à 10 ans

L’obligation {{23693|à 10 ans} de l’Allemagne, une référence pour la zone euro en général, s’est négociée avec un rendement proche de zéro lundi, atteignant moins 0,025 %, son plus haut niveau depuis mai 2019, avant de se replier quelque peu.

L’ de la zone euro s’est élevée à 5 % en décembre et Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, a prévenu que les politiques énergétiques visant à lutter contre le changement climatique stimuleront l’inflation et pourraient obliger la banque centrale à réagir.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également