Le marché de l’énergie, du moins de mémoire récente, a rarement été aussi brillant. Les actions du secteur de l’énergie sont en plein essor, le dernier coup de pouce venant de la flambée des prix du , qui ont récemment atteint leur plus haut niveau depuis près de trois ans, s’envolant vers les 75 dollars le baril. Ceci, alors que l’escalade de la demande – résultant de la réouverture post-pandémie et de la saison estivale de conduite aux États-Unis qui bat son plein – fait face à une production réduite et à des stocks en baisse.

En effet, la reprise actuelle des matières premières a relancé les paris selon lesquels les prix du pétrole brut pourraient à nouveau atteindre le seuil psychologique clé de 100 dollars le baril, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis le krach pétrolier de la fin 2014.

Il n’est pas surprenant que l’un des principaux ETF du secteur de l’énergie – le SPDR® S&P Oil & Gas Exploration & Production ETF (NYSE:) – ait repris environ 62 % depuis le début de l’année pour atteindre son meilleur niveau depuis septembre 2019. Comparez cela au , qui, pour sa part, ne progresse que de 14,2 % sur la même période.

XOP Vs. S&P

Compte tenu de l’environnement haussier actuel dans le secteur de l’énergie, avec des prix du brut prêts à tester de nouveaux sommets, voici trois actions pétrolières qui sont bien placées pour prolonger leur marche en avant dans les semaines et les mois à venir.

1. EOG Resources

  • Performance depuis le début de l’année : +65.1%
  • Capitalisation boursière : 48,1 milliards de dollars

EOG Resources Inc (NYSE:) est l’une des plus grandes sociétés indépendantes de pétrole et de aux États-Unis. Ses principales activités consistent à explorer, développer, produire et commercialiser du pétrole brut, du gaz naturel et des liquides de gaz naturel.

Les actions de la société énergétique basée à Houston, au Texas, qui possède des terrains de premier ordre dans la formation de schiste Eagle Ford (NYSE:), dans le sud du Texas, et dans le bassin du Delaware, dans le bassin permien, ont connu une forte progression cette année, avec une hausse d’environ 65 % jusqu’à présent en 2021.

L’action EOG a terminé la séance de mardi à 82,30 dollars, non loin de son récent pic de 18 mois de 87,99 dollars atteint le 7 juin. Aux niveaux actuels, sa capitalisation boursière s’élève à 48,1 milliards de dollars, ce qui en fait le quatrième producteur de pétrole américain, derrière Exxon Mobil Corp (NYSE:), Chevron Corp (NYSE:) et ConocoPhillips (NYSE:).

EOG

EOG devrait continuer à bénéficier de l’amélioration des fondamentaux du marché pétrolier dans les mois à venir, étant donné que le West Texas Intermediate, la référence américaine du brut, a frôlé les 75 dollars le baril en début de semaine, pour la première fois en plus de deux ans.

Le producteur de pétrole de schiste à faible coût a précédemment déclaré qu’il lui suffisait que le pétrole atteigne une moyenne de 39 dollars le baril pour maintenir son taux de production actuel. Les prix du pétrole étant actuellement bien supérieurs à ce niveau, EOG est prêt à générer un important flux de trésorerie disponible, ce qui lui permettra d’augmenter son dividende, qui rapporte actuellement près de 2 %, de racheter des actions et de rembourser sa dette.

EOG, qui a publié des résultats financiers mitigés au premier trimestre début mai, mais a annoncé un dividende spécial de 1,00 $, publiera ses prochains résultats le 5 août.

Le consensus prévoit un BPA de 1,40 $ pour le deuxième trimestre, soit une amélioration substantielle par rapport à la perte de 0,23 $ par action enregistrée l’année précédente. Le chiffre d’affaires devrait s’élever à 3,89 milliards de dollars, soit une hausse de 253 % par rapport aux ventes de 1,1 milliard de dollars réalisées au cours du même trimestre de l’année précédente, grâce à la hausse des prix du pétrole.

Au-delà des chiffres du haut et du bas de l’échelle, les investisseurs garderont un œil sur la mise à jour d’EOG concernant ses objectifs de production pour l’année à venir et ses plans pour rendre davantage de liquidités aux actionnaires.

2. Occidental Petroleum

  • Performance depuis le début de l’année : +80.8%
  • Capitalisation boursière : 29,2 milliards de dollars

Occidental Petroleum Corporation (NYSE:) est l’un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz naturel du bassin permien, ce qui en fait un acteur majeur du secteur énergétique américain. La région, qui s’étend sur l’ouest du Texas et le sud-est du Nouveau-Mexique, représente environ 30 % de la production pétrolière nationale totale.

La société énergétique basée à Houston, au Texas, qui a vu ses actions plonger lorsque la crise sanitaire du COVID-19 est passée à la vitesse supérieure l’année dernière, a profité de la reprise des prix du pétrole, gagnant environ 81 % depuis le début de l’année.

L’action OXY, qui a atteint un sommet pré-pandémique de 33,01 dollars le 25 juin, a clôturé à 31,30 dollars mardi, ce qui lui vaut une valorisation de 29,2 milliards de dollars.

OXY

Occidental est en mesure de continuer à bénéficier de ses excellentes opérations dans la région permienne, tout en profitant de la vigueur des prix du pétrole, ce qui contribuera à alimenter la croissance future des bénéfices.

OXY – qui a publié des résultats financiers meilleurs que prévu pour le premier trimestre le 10 mai – publiera ses résultats et son chiffre d’affaires après la fermeture du marché américain le 9 août.

Le consensus prévoit une perte de 0,15 $ par action au deuxième trimestre, ce qui représente une réduction significative par rapport à la perte de 1,76 $ enregistrée l’année précédente. Le chiffre d’affaires, quant à lui, devrait bondir de près de 87 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 5,47 milliards de dollars, grâce à la vigueur des prix du pétrole et à l’augmentation de la demande énergétique mondiale.

En plus des chiffres de la ligne supérieure et de la ligne inférieure, les investisseurs garderont un œil sur la mise à jour d’OXY concernant ses perspectives de production de pétrole et de gaz pour le reste de l’année et au-delà.

Les investisseurs seront également impatients de savoir si l’entreprise énergétique, qui a fortement emprunté pour financer l’acquisition de son rival Anadarko (NYSE:) Petroleum pour 38 milliards de dollars en 2019, prévoit de prendre d’autres mesures pour réduire son fort endettement et restituer davantage de liquidités aux actionnaires sous la forme de versements de dividendes et de rachats d’actions.

3. Continental (DE:) Resources

  • Performance depuis le début de l’année : +127.5%
  • Capitalisation boursière : 13,6 milliards de dollars

Continental Resources Inc (NYSE:) est l’une des principales sociétés indépendantes de pétrole et de gaz naturel du pays. La quasi-totalité de ses réserves se trouve dans le gisement de schiste de Bakken, dans le Dakota du Nord et le Montana, où la société est actuellement le plus grand producteur de schiste de la région. Elle possède également des actifs de forage clés dans les zones de schiste STACK et SCOOP en Oklahoma.

Les actions de la société énergétique basée à Oklahoma City, Oklahoma, ont largement surperformé le marché en général cette année, s’envolant d’environ 128 % dans le cadre de la reprise actuelle des prix du pétrole.

L’action CLR – qui a atteint son meilleur niveau depuis septembre 2019 à 39,73 dollars à la fin de la semaine dernière – a clôturé à 37,03 dollars hier. Aux niveaux actuels, la société d’exploration et de production pétrolière a une capitalisation boursière de 13,6 milliards de dollars.

CLR

Malgré des gains importants depuis le début de l’année, Continental reste l’une des meilleures actions à acheter pour les investisseurs qui souhaitent profiter de la reprise en cours dans le secteur pétrolier américain, d’autant plus que les prix du brut continuent de grimper vers de nouveaux sommets.

Le foreur de schiste axé sur le Bakken – qui a affiché des bénéfices et des revenus optimistes au dernier trimestre et a annoncé la reprise du versement de ses dividendes – devrait publier ses prochains résultats après la fermeture du marché américain le 28 juillet.

Le consensus prévoit un bénéfice par action de 0,43 $ pour le deuxième trimestre, contre une perte de 0,71 $ par action pour la même période de l’année précédente. Le chiffre d’affaires devrait augmenter de 500 % par rapport au même trimestre de l’année précédente pour atteindre 1,06 milliard de dollars, grâce en grande partie au rebond spectaculaire des prix du pétrole brut.

En outre, les actionnaires porteront une attention particulière aux améliorations du bilan de la société, qui continue à réduire sa dette.

Les perspectives de production de Continental pour l’ensemble de l’année, ainsi que ses prévisions de flux de trésorerie disponibles, seront également au centre de l’attention. Le producteur de pétrole de schiste prévoyait précédemment 3,1 milliards de dollars de flux de trésorerie provenant de l’exploitation, soit une hausse de 30 % par rapport à ses prévisions antérieures, ce qui lui permet de disposer d’une trésorerie abondante pour rembourser sa dette, augmenter son dividende qui rapporte actuellement 1,20 % et racheter des actions.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également