• L’indice KBW Bank, qui a bondi de 35 % en 2021, est maintenant en baisse de plus de 13 %, malgré la vigueur des dépenses de consommation et la hausse des taux d’intérêt.
  • Jamie Dimon, PDG de JPMorgan, voit un “ouragan” économique à l’horizon.
  • Si vous souhaitez améliorer votre recherche de nouvelles idées d’investissement, consultez InvestingPro+.

Le segment bancaire américain, l’une des valeurs les plus prisées du marché depuis le krach de 2020 provoqué par le COVID, semble avoir pris un mauvais virage cette année. Après avoir bondi de 35% en 2021, l’indice large est maintenant en baisse de plus de 12% depuis le début de l’année.

Les pertes du secteur ont été menées par certains des plus grands prêteurs du marché, Bank of America (NYSE:) et JPMorgan Chase (NYSE:) chutant d’environ 17 % chacune.

Ce recul suscite des interrogations car, en théorie, les banques prospèrent lorsque la banque centrale augmente les taux d’intérêt en raison de l’augmentation des revenus tirés des produits de prêt, tels que les prêts, les hypothèques et les cartes de crédit.

Par exemple, la dernière fois que la Réserve fédérale a commencé à relever les taux à la fin de 2015, les actions bancaires ont fortement surperformé le au cours des deux années suivantes.

Cependant, maintenant que nous entamons ce que beaucoup pensent être l’un des resserrements monétaires les plus agressifs, les actions bancaires chutent. Alors pourquoi les investisseurs se débarrassent-ils de ce secteur ?

L’une des explications est le risque d’une récession qui pourrait supprimer de nombreux moteurs de croissance pour les banques et neutraliser l’impulsion donnée par la hausse des taux d’intérêt. Dans ce scénario, les taux augmentent, mais les consommateurs et les entreprises sont en difficulté, soit qu’ils n’empruntent pas autant, soit qu’ils font défaut plus souvent.

Un “ouragan” se profile à l’horizon

L’avertissement d’un tel scénario redouté ne vient de personne d’autre que des banques elles-mêmes. Le PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, a averti hier les investisseurs de se préparer à un “ouragan” économique, alors que l’économie est confrontée à des défis, notamment le resserrement de la politique monétaire et l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

M. Dimon a déclaré lors d’une conférence parrainée par AllianceBernstein. Holdings mercredi :

“Cet ouragan est juste là, en bas de la route, il vient vers nous. On ne sait pas si c’est un petit ouragan ou la tempête Sandy. Vous feriez mieux de vous préparer.”

Certains signes montrent également que les prêteurs peinent à augmenter leurs revenus après plusieurs trimestres de croissance robuste sur le front des bénéfices. En avril, Bank of America a une baisse de 12 % de son bénéfice au premier trimestre, suivie par , (NYSE:), et (NYSE:), qui ont toutes annoncé des baisses à deux chiffres de leurs bénéfices au premier trimestre. Tous, à l’exception de Bank of America, ont enregistré une baisse de leurs revenus.

L’activité des banquiers d’affaires du secteur a commencé à ralentir à Wall Street. Après deux années de perturbations liées à la pandémie, le dernier trimestre était censé revenir à la normale pour les banques américaines. Au lieu de cela, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a également jeté de nouveaux obstacles sur le chemin de l’économie mondiale vers la reprise de la pandémie, bouleversant les échanges boursiers et les marchés des matières premières.

En raison de ces résultats, les stratèges de Morgan Stanley (NYSE:) ont récemment dégradé l’ensemble du secteur financier à la fin du mois de mars, disant aux investisseurs de se préparer à un ralentissement de la croissance américaine.

Le bon côté des choses est que les consommateurs et les entreprises semblent rester en bonne santé financière. Les prêts ont augmenté dans de nombreuses banques au cours du premier trimestre, un revirement bienvenu après deux années de tiédeur de la demande de prêts pendant la pandémie. Bank of America, la plus grande banque américaine, voit la demande de prêts augmenter pour les produits de crédit nouveaux et existants.

Conclusion

Compte tenu de l’augmentation des risques pour la croissance économique et de l’incertitude croissante quant aux perspectives d’avenir, les investisseurs ne voient pas les actions bancaires surperformer le marché cette année. Toutefois, de nombreux facteurs de croissance favorables pourraient encore soutenir les actions bancaires, comme l’amélioration de la demande de crédit et l’augmentation des marges sur leurs produits de prêt.

***

Vous souhaitez trouver votre prochaine idée géniale ? InvestingPro+ vous offre la possibilité de passer en revue plus de 135 000 actions pour trouver les actions à la croissance la plus rapide ou les plus sous-évaluées au monde, grâce à des données, des outils et des informations professionnels. En savoir plus >>

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également