Les actions des compagnies aériennes terminent l’année 2021 dans l’incertitude. L’émergence de la variante Omicron a encore assombri leurs perspectives de croissance. Et ce, alors qu’elles commençaient tout juste à s’améliorer après l’une des plus fortes baisses de voyages de l’histoire récente.

L’ETF US Global Jets (NYSE:) a perdu plus de 12 % au cours du dernier mois. Le déclin du secteur a replacé certaines des plus grandes compagnies aériennes en territoire négatif pour l’année. Les autorités sanitaires cherchant encore à déterminer le danger exact que représente la nouvelle variante, les investisseurs se sont mis à l’écart.

DAL Weekly TTM

Les actions de Delta Air Lines (NYSE:), le transporteur américain ayant la plus grande valeur, ont chuté de 27 % par rapport à leur sommet de 52 semaines.

En plus de l’impact de la pandémie, d’autres pressions continueront probablement de nuire aux compagnies aériennes l’année prochaine. La plus importante d’entre elles est la hausse des coûts du carburant, qui menace les bénéfices des compagnies aériennes pour le trimestre en cours et au-delà.

Fin octobre, Delta Air a prévenu qu’elle serait probablement dans le rouge au cours du trimestre en cours, principalement en raison de la hausse du prix du kérosène, qui devrait atteindre en moyenne 2,40 dollars le gallon, contre 1,94 dollar au troisième trimestre.

Le carburant et la main-d’œuvre sont les principales dépenses des transporteurs, et la persistance de prix plus élevés pourrait contribuer à faire dérailler les efforts déployés par la plupart des compagnies aériennes américaines pour recommencer à enregistrer des bénéfices tout en essayant de se remettre de l’effondrement des voyages pendant la pandémie de coronavirus.

Des objectifs abaissés

{La semaine dernière, Goldman Sachs (NYSE:) a rétrogradé Southwest Airlines (NYSE:) de neutre à vendeur et a réduit son objectif de cours à 12 mois de 59 à 36 dollars, même après avoir constaté des gains d’efficacité considérables. Sa note aux clients dit :

“Cette inflation entraînera un retour à la rentabilité plus lent que celui du secteur, car nous pensons que les avantages en termes de revenus découlant de ces initiatives seront contrebalancés par un environnement tarifaire national plus faible.

“Nous pensons que le retour plus lent de Southwest à la rentabilité pré-pandémique entraînera une sous-performance de l’action LUV par rapport à notre univers de couverture des compagnies aériennes”.

Southwest a déclaré aux investisseurs en octobre qu’elle prévoit d’être rentable et toute l’année prochaine, sur la voie de générer jusqu’à 1,5 milliard de dollars de bénéfices et de verser des dividendes en 2023.

AAL Weekly TTM

American Airlines Group (NASDAQ:), qui est l’opérateur américain le plus malmené financièrement, a également rejoint Southwest pour mettre en garde contre la hausse des coûts ce trimestre. Elle s’attend à payer jusqu’à 2,48 dollars le gallon de carburant, contre 2,07 dollars en moyenne au troisième trimestre.

Malgré l’incertitude liée à la pandémie et les pressions sur les coûts, la tendance du trafic aérien dans cet environnement Omicron montre que les voyageurs sont beaucoup plus disposés à prendre l’avion actuellement que l’année dernière.

Selon les données de l’Administration de la sécurité des transports, le trafic aéroportuaire récent se situe à environ 85 % des pics d’avant COVID observés fin 2019 – pas aussi bien que les près de 90 % affichés pendant le week-end de Thanksgiving, mais mieux que ce que certains investisseurs avaient craint.

Ces tendances encourageantes en matière de trafic aérien ne cachent toutefois pas le fait que les compagnies aériennes ont été un mauvais investissement pour les investisseurs pendant de nombreuses années. Le JETS ETF a perdu 27 % au cours des cinq dernières années, une période pendant laquelle le a plus que doublé.

Et même si le trafic intérieur rebondit l’année prochaine, il y a peu de chances que le segment d’activité – qui est le plus rentable pour les compagnies aériennes – retrouve rapidement les niveaux d’avant le COVID. La prochaine étape de la croissance des compagnies aériennes, qui dépendra de la reprise des voyages internationaux et d’affaires, est encore confrontée à diverses incertitudes, car de nouvelles variantes de COVID apparaissent et tous les types de compagnies cherchent à réduire leurs coûts.

Conclusion : Les actions de compagnies aériennes sont-elles trop risquées?

Les actions des compagnies aériennes ne constituent pas un cas d’investissement convaincant. Ces transporteurs sont confrontés à de nombreux défis, notamment la hausse du prix du carburant, les pénuries de main-d’œuvre et l’émergence potentielle de nouvelles variantes du coronavirus. Au milieu de ces vents contraires, il est peu probable que les actions des compagnies aériennes puissent surperformer le marché en 2022.



Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également