© Reuters. Les principales Bourses européennes débutent lundi sur une note prudente une semaine chargée, avec les chiffres de l’inflation aux Etats-Unis et la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) à l’agenda. À Paris, l’indice CAC 40 cède

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes débutent lundi sur une note prudente une semaine chargée avec les chiffres de l’inflation aux Etats-Unis et la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) à l’agenda, des données rassurantes sur l’emploi américain n’ayant pas dissipé la crainte d’un emballement des prix.

À Paris, l’ cède 0,25% à 6.499,44 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le recule de 0,2% et à Londres, le perd 0,23%.

L’indice de la zone euro abandonne 0,21%, le 0,29% et le 0,13%.

La publication, jeudi, de l’indice mensuel des prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois de mai alimentera un débat qui anime les marchés financiers depuis des mois.

Une nouvelle accélération de l’inflation mettrait la pression sur la Réserve fédérale. Cette dernière pourrait, selon certains opérateurs, ouvrir la porte dès le 16 juin à un retrait progressif (“tapering”) de son soutien monétaire à partir du début de l’année prochaine.

L’économie américaine a créé 559.000 emplois non-agricoles en mai, un chiffre en hausse mais inférieur aux attentes dans lequel la plupart des observateurs voient à la fois la confirmation de la reprise économique et un facteur de stabilité quant à l’évolution de la politique monétaire de la Fed au cours des prochains mois.

La BCE, dont le Conseil des gouverneurs se réunit jeudi, devrait pour sa part maintenir sa posture accommodante et repousser à plus tard le débat sur le “tapering”, sujet très sensible sur des marchés ayant développé une dépendance aux injections de liquidité des banques centrales.

VALEURS EN EUROPE

La plupart des indices sectoriels reculent légèrement dans les premiers échanges en Europe, avec un repli un peu plus marqué pour le compartiment du pétrole et du gaz (-0,89%), pénalisé par la baisse des cours du brut.

Les très cycliques ressources de base (-0,71%) souffrent elles aussi avec notamment à Paris un recul de 1,53% pour ArcelorMittal (AS :), la plus forte baisse du CAC.

L’indice Stoxx de la technologie (-0,41%) réagit négativement mais modérément à l’accord conclu ce week-end au G7 pour augmenter la taxation internationale des plus grandes multinationales comme Google (NASDAQ :), Apple (NASDAQ 🙂 et Amazon (NASDAQ :).

Contre la tendance à Paris, Edenred (PA 🙂 prend 1,73% dans les premiers échanges, porté par un relèvement de recommandation de Deutsche Bank (DE :), passé à l’achat sur la valeur.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, portée par les chiffres de l’emploi, qui ont bénéficié en premier lieu aux valeurs technologiques.

L’indice a gagné 0,52%, soit 179,35 points, à 34.756,39 points, le S&P-500, plus large, a pris 37,04 points, soit 0,88%, à 4.229,89 points et le a avancé de son côté de 199,98 points (1,47%) à 13.814,49 points.

Les contrats à terme sur les indices de référence signalent pour l’instant une ouverture en léger repli.

EN ASIE

L’indice de la Bourse de Tokyo a pris 0,27% en réaction aux chiffres de l’emploi aux Etats-Unis mais l’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) recule légèrement, pénalisé par des craintes pour l’industrie des semi-conducteurs sur fond de regain des contaminations par le COVID-19 à Taïwan, où la Bourse a reculé de 0,4%.

En Chine, les actions ont clôturé légèrement dans le vert avec un gain de 0,2% pour l’indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai.

TAUX/CHANGES

Le rendement des emprunts d’Etat américains à 10 ans remonte légèrement au-dessus de 1,57% après avoir plongé vendredi de sept points de base dans le sillage des chiffres de l’emploi.

Le dollar, qui lui avait aussi baissé pour les mêmes raisons, repart timidement à la hausse face à un panier de devises de référence dont l’euro, qui cède un peu de terrain, autour de 1,2149 dollar.

Le rendement du Bund alllemand à 10 ans, taux de référence pour la zone euro, est pratiquement stable dans les premiers échanges en Europe, autour de -0,21%.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut reculent sur des prises de bénéfice, à 71,26 dollars (-0,9%) pour le baril de et 69,14 dollars (-0,7%) pour celui de (West Texas Intermediate, WTI).

Le baril de Brent a dépassé la semaine dernière 72 dollars pour la première fois depuis 2019, porté par l’espoir d’une reprise de la demande et la discipline de l’Opep et de ses alliés en matière de production.

(édité par Blandine Hénault)





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également