Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

Les derniers rapports sur les bénéfices des plus grandes sociétés du monde ont envoyé un signal assez inhabituel aux investisseurs. Les majors pétrolières ne souhaitent pas dépenser davantage pour accroître leurs capacités afin de répondre à l’explosion de la demande d’énergie après le choc du COVID-19. Au contraire, elles prévoient de reverser davantage de liquidités aux actionnaires qui ont attendu patiemment de voir leur situation s’améliorer.

Ce message a été clairement exprimé par les deux plus grandes compagnies pétrolières américaines, Exxon Mobil (NYSE: et Chevron (NYSE:), ainsi que par le géant européen Royal Dutch Shell (NYSE:). Les supermajors de l’énergie ont indiqué que les dépenses d’investissement augmenteront l’année prochaine, mais les augmentations se feront à partir de la base exceptionnellement basse de 2021 et dans les cadres établis avant la récente flambée des prix des combustibles fossiles.

Cette nouvelle orientation est une excellente nouvelle pour les investisseurs qui ont parié sur le redressement de l’industrie au plus fort de la pandémie, lorsque l’effondrement soudain des prix du pétrole a contraint certains de ces producteurs à réduire leurs dividendes et à interrompre leurs plans de rachat d’actions. Pendant cette période, ils ont emprunté massivement pour couvrir les paiements de dividendes.

Les prix du brut américain ont dépassé 80 dollars le baril le mois dernier, pour la première fois depuis 2014 – la demande revenant en force après le ralentissement induit par le COVID-19. La demande mondiale d’énergie rebondit plus vite que prévu, et la production mondiale de pétrole, bien qu’elle continue d’augmenter, peine à rattraper l’envolée de la consommation.

Les actions pétrolières sont en hausse

L’ETF Vanguard Energy Index Fund (NYSE:) – dont les 10 principales positions comprennent Exxon et Chevron – est en hausse de plus de 55 % sur l’année.

Le fonds surperforme massivement l’indice qui a gagné 22% sur la même période. Cette performance est soutenue par des gains appréciables.

CVX Weekly TTM

Vendredi, le communiqué sur les résultats de Chevron pour le troisième trimestre 2021 a montré que la société a généré au cours du troisième trimestre le plus important flux de trésorerie disponible de ses 142 ans d’histoire. La société basée à San Ramon, en Californie, a déclaré aux investisseurs qu’elle avait l’intention de maintenir l’année prochaine ses dépenses d’investissement à un niveau inférieur de 20 % à celui d’avant le programme COVID, tout en augmentant les rachats d’actions. Son budget d’investissement pour 2022 se situera dans le bas de sa fourchette de 15 à 17 milliards de dollars, selon le directeur financier Pierre Breber, soit environ 60 % de moins que les niveaux de 2014. Lors de la conférence téléphonique de vendredi avec les analystes, il a déclaré :

“Au fil du temps, la grande majorité de l’excédent de liquidités reviendra aux actionnaires sous la forme d’une augmentation des dividendes et du rachat.”

Les actions ont clôturé à 114,49 dollars à la fin de la semaine boursière. Chevron verse un dividende trimestriel de 1,34 $ par action, soit un rendement annuel d’environ 4,74 %.

Exxon a augmenté son dividende trimestriel mercredi de 1 cent, sa première augmentation de ce type depuis 2019.

XOM Weekly TTM

Lors de la publication de ses du troisième trimestre, vendredi, la société basée à Irving, au Texas, a déclaré avoir généré 12 milliards de dollars de trésorerie d’exploitation. XOM verse un dividende trimestriel de 0,88 $ par action pour un rendement annuel de 5,47 %.

“Le flux de trésorerie disponible a plus que couvert le dividende et 4 milliards de dollars de réduction supplémentaire de la dette”, selon le PDG d’Exxon, Darren Woods.

“Avec les progrès réalisés pour restaurer la solidité de notre bilan, nous avons annoncé cette semaine une augmentation du dividende maintenant 39 années consécutives de croissance annuelle du dividende.”

Parmi les majors pétrolières, Exxon est le choix préféré des analystes de Goldman Sachs (NYSE:), qui considèrent que le rendement du dividende de l’action, qui est le plus élevé parmi les majors américaines, est “mal évalué par rapport au flux de trésorerie disponible durable”.

Selon une note récente de Goldman :

“Nous pensons que la base d’actifs différenciée, combinée à notre vision constructive du pétrole, entraînera des révisions positives des bénéfices.”

Exxon a clôturé à 64,47 $ vendredi, ce qui est inférieur à l’objectif à 12 mois de Goldman, qui est de 68 $.

Conclusion : Faut-il acheter des actions pétrolières ?

Les actions des grandes compagnies pétrolières restent attrayantes, car la demande d’énergie rebondit fortement après le plongeon du COVID. Les derniers bénéfices des sociétés montrent que les investisseurs dans ces actions seront généreusement récompensés par des hausses de dividendes et des rachats d’actions.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également