investingcom analysis og

Après des semaines de rapports économiques de premier ordre provenant des quatre coins du monde, l’absence de données susceptibles de faire bouger le marché, en dehors de la décision de la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande sur les taux, laissait présager une consolidation tranquille. Or, c’est tout le contraire qui s’est produit cette semaine, puisque les banques centrales de Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni ont laissé entendre qu’elles allaient resserrer leurs taux.

La livre sterling s’est envolée hier après que Gertjan Vlieghe, membre de la Banque d’Angleterre, a déclaré que les taux pourraient être relevés dès le premier semestre de l’année prochaine si le marché de l’emploi se redresse plus rapidement que prévu. Ce commentaire a été suivi presque immédiatement par celui du Premier ministre Boris Johnson, qui a déclaré que rien dans les données récentes du COVID ne retardait la réouverture du 21 juin. L’optimisme de M. Vlieghe et la remontée de la livre sont cohérents avec l’amélioration des données et les prévisions générales de la banque centrale concernant l’accélération de la reprise. Lors de sa dernière réunion au début du mois de mai, la BoE a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’économie revienne aux niveaux pré-pandémiques d’ici la fin de l’année. Même si elle a également ralenti ses achats d’actifs, la livre sterling s’est vendue à ce moment-là parce que la banque centrale n’a pas modifié ses prévisions quant au moment où les taux d’intérêt augmenteront. C’est l’une des premières fois que nous entendons un décideur politique être aussi précis quant à un resserrement précoce et, par conséquent, nous pensons que la paire devrait atteindre de nouveaux sommets sur trois ans et que l’ devrait se diriger vers les plus bas de 2020 dans les semaines à venir.

Cela fait suite à la prévision de la Reserve Bank of New Zealand d’une hausse des taux au deuxième trimestre de 2022. Il s’agit des premières prévisions officielles de la banque centrale depuis la pandémie, et pour l’instant, c’est un appel qui est plus agressif que la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne. Par conséquent, nous nous attendons à ce que le NZD et la GBP surperforment les autres principales devises dans les semaines à venir.

La grande question maintenant est la suivante : Qui va modifier ses orientations ? Tous les regards sont tournés vers la Réserve fédérale, avec la publication du déflateur PCE prévue vendredi. Le déflateur des dépenses de consommation personnelle est l’une des mesures d’inflation préférées de la Fed. L’indice PCE devrait augmenter fortement, les économistes tablant sur une hausse de 2,9 % des taux de base en glissement annuel. Alors que la Fed a clairement indiqué qu’elle considérait toute augmentation de l’inflation comme transitoire, une augmentation plus importante que prévu pourrait pousser le à la hausse. Cependant, tout gain pourrait être atténué par les chiffres du revenu personnel et des dépenses personnelles qui devraient être plus faibles. Pour les rapports d’hier, les demandes d’allocations chômage ont continué de baisser, mais des baisses inattendues ont été signalées dans les biens durables et les ventes de maisons en attente. La Fed ne sera peut-être pas la dernière à resserrer sa politique, mais pour l’instant, avec plus de déceptions négatives que positives, le dollar américain pourrait sous-performer car les traders s’attendent à ce que la Fed soit à la traîne.

La hausse des prix du a permis au dollar canadien de reprendre sa progression face au billet vert, mais l’ et le n’ont pas participé à ce rallye. Cela pourrait changer aujourd’hui pour la monnaie unique, car nous attendons des hausses des prix des importations allemandes et des chiffres de confiance de la zone euro. Les pressions inflationnistes mondiales ont augmenté, tandis que la réouverture de la zone euro devrait renforcer la confiance.

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également