Les bons du Trésor américain semblent faire du sur-place. Cela maintient les rendements de l’indice de référence à 10 ans à environ 1,60 %, malgré les fluctuations habituelles.

Les investisseurs ont pris en compte des nouvelles économiques robustes, mais un rapport sur le chômage positif vendredi pourrait les faire sortir de l’eau s’il y a des progrès non seulement dans le taux global mais aussi dans le taux plus large qui inclut la participation au travail.

Messages mitigés, vents contraires politiques

Deux mesures de l’activité manufacturière ont été publiées lundi, envoyant des messages mitigés. L’indice PMI manufacturier de l’ISM n’a pas répondu aux attentes, s’établissant à 60,7 au lieu des 65,0 prévus, contre 64,7 en mars, tandis que l’indice PMI manufacturier de l’IHS Markit a presque répondu aux prévisions, s’établissant à 60,5, comme en mars.

Taux à 10 ans US 300M

Taux à 10 ans US 300M

La nouvelle a fait plonger le à 1,58 %, contre 1,63 % au début de la séance, mais les obligations se sont redressées pour atteindre le niveau de 1,60 %. Il s’agit toujours d’une perte de 3 points de base sur la journée, mais le rebond rapide montre la résistance des investisseurs à ce niveau.

Les goulets d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement entravent clairement l’activité manufacturière, mais tout ce qui dépasse 50 dans les indices manufacturiers indique une expansion. Les actions ont progressé grâce à l’anticipation de la réouverture de l’économie.

Les données manufacturières obscures ont attiré l’attention sur le prochain rapport sur l’emploi, que les analystes considèrent comme une indication plus précise de la direction que prend l’économie. Il ne fait aucun doute que la demande manufacturière est en plein essor, mais les perturbations et les pénuries freinent l’activité.

Si l’industrie manufacturière est en difficulté, les restaurants et l’hôtellerie devraient être à l’origine d’un bond de l’emploi. Les prévisions du consensus concernant la création d’emplois sont d’environ 975 000, mais de nombreux économistes prévoient l’ajout d’un million d’emplois, voire plus.

Sur le plan politique, les programmes de dépenses de plusieurs milliards de dollars du président Joseph Biden commencent à rencontrer des obstacles au Congrès, même chez les démocrates. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui dispose de la plus petite majorité, a fixé une date limite au 4 juillet pour le paquet de 2,3 billions de dollars qui comprend les dépenses d’infrastructure, ce qui laisse présager des semaines de débats et de compromis dans un délai qui pourrait s’avérer ambitieux. Un autre paquet Biden de 1 800 milliards de dollars pour l’éducation, la garde d’enfants et d’autres aides aux familles serait examiné plus tard.

Le chef de la minorité du Sénat, le républicain du Kentucky Mitch McConnell, a déclaré lundi que le soutien de son parti aux dépenses combinées de 4 100 milliards de dollars serait nul. Les républicains font pression pour un plan de dépenses plus modeste de 600 milliards de dollars qui se concentre sur les routes, les ponts, les aéroports et d’autres projets qui relèvent de la conception plus traditionnelle de l’infrastructure.

Le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale Joe Manchin a également fait part de ses inquiétudes quant au montant des dépenses prévues dans les plans Biden. Les démocrates ont besoin de la totalité de leurs 50 voix au Sénat contre un front républicain uni s’ils veulent que la vice-présidente Kamala Harris émette un vote décisif, l’opposition de Manchin est donc importante.

Il s’oppose également à l’utilisation de la procédure dite de réconciliation budgétaire, qui permet aux démocrates de faire passer des projets de loi sur une base partisane, même en cas d’obstruction, ainsi qu’à tout effort visant à limiter considérablement l’obstruction elle-même.

Le résultat est qu’il existe un doute considérable quant au montant final et au calendrier des nouvelles dépenses après l’adoption en mars des 1 900 milliards de dollars de mesures visant à atténuer l’impact de la COVID-19.

Le département du Trésor a annoncé lundi qu’il prévoyait d’emprunter 1 300 milliards de dollars au cours des deux derniers trimestres de l’année fiscale, qui se termine le 30 septembre, ce qui porte le total pour l’année fiscale 2021 à 2 300 milliards de dollars. L’adoption de la loi d’allègement du COVID a quintuplé les plans d’emprunt pour le trimestre en cours, les portant à 463 milliards de dollars, contre 95 milliards de dollars initialement prévus. Le Trésor a estimé les emprunts du quatrième trimestre à 821 milliards de dollars. L’adoption d’autres lois sur les dépenses pourrait faire augmenter les estimations d’emprunts.

Ce sont des chiffres importants, et il reste à voir si les politiciens ou les électeurs approuveront ce type de dépenses et d’emprunts si l’économie semble avancer toute seule.

L’autre inconnue est l’ . On signale des hausses de prix non seulement pour les produits de base, mais aussi pour les produits touchés par des goulets d’étranglement. Des services comme le transport routier augmentent également leurs prix dans un contexte de forte demande, alors que les revenus augmentent.

Historiquement, cette situation serait considérée comme une recette pour l’inflation, mais les responsables de la Réserve fédérale insistent sur le fait que toute hausse des prix sera “transitoire”. Reste à savoir dans quelle mesure les investisseurs seront tolérants face à une hausse de l’inflation, transitoire ou non.

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également