© Reuters. Les familles des personnes décédées dans le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 se préparaient à découvrir des détails difficiles à entendre lors de l’ouverture lundi d’une nouvelle étape du procès sur la catastrophe aérienne. /Ph

par Stephanie van den Berg

AMSTERDAM (Reuters) – Les familles des personnes décédées dans le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 se prépareraient à découvrir des détails difficiles à entendre lors de l’ouverture lundi d’une nouvelle étape du procès sur la catastrophe aérienne.

Le vol MH17 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur a été abattu par un missile tiré depuis le territoire contrôlé par les rebelles pro-russes lors des combats avec les forces gouvernementales ukrainiennes, selon les enquêteurs internationaux.

Les 298 personnes à bord de l’appareil, dont les deux tiers étaient de nationalité néerlandaise, ont été tuées.

Des juges néerlandais entament lundi l’examen des preuves contre trois suspects russes et un suspect ukrainien dans une salle d’audience de haute sécurité, située près de l’aéroport de Schiphol à Amsterdam.

“D’une part, nous voulons savoir exactement ce qui s’est passé, pourquoi cela a eu lieu et qui est responsable, mais le prix à payer ce sont des informations publiées qui pourraient se révéler choquantes”, a déclaré Piet Ploeg, porte-parole des familles des victimes.

“Finalement, cela devrait conduire à obtenir justice et la justice comprend au moins la décision d’un tribunal indépendant sur l’identité des responsables”, a déclaré à Reuters Piet Ploeg, qui a perdu son frère, sa belle-soeur et son neveu dans le crash.

Après des années à collecter des preuves, l’équipe internationale d’enquêteurs a conclu en mai 2018 que la batterie de missile qui a servi au tir fatal appartenait à la 53e brigade russe de missile anti-aérien. Ils ont ajouté que le projectile était un missile BOUK de conception russe.

Le gouvernement néerlandais tient Moscou pour responsable. La Russie a démenti toute implication.

Aucun des accusés n’est en détention. Oleg Poulatov, le seul du quatuor à avoir accepté de se faire représenter par une avocate, a démenti fin septembre les accusations portées contre lui.

Les trois autres suspects sont jugés par contumace et n’ont pas désigné d’avocats pour les représenter.

Selon le parquet, l’enquête sur le MH17 est toujours en cours et d’autres suspects potentiels sont actuellement recherchés.

(Version française Anait Miridzhanian, édité par Blandine Hénault)

Responsabilité : Fusion Media souhaite vous rappeler que les données contenues dans ce site ne sont pas nécessairement en temps réel ni exactes. Tous les prix des CFD (actions, indices, contrats à terme) et des devises ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché. Les prix peuvent donc ne pas être exacts et différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de négociation. Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir suite à l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou les dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente contenus dans ce site Web. Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés à la négociation sur les marchés financiers, car il s’agit de l’une des formes d’investissement les plus risquées qui soient.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également