Il y a des gens qui écoutent Boris Johnson comme s’il était quelqu’un à prendre au sérieux. Certains d’entre eux écrivent même des commentaires sur le marché obligataire.

Ainsi, lorsque le premier ministre britannique a déclaré dimanche qu’il y avait un “raz-de-marée” d’infections au COVID-19 à cause de la variante Omicron, ses remarques ont été citées comme une raison pour que le rendement du . Le rendement des bons du Trésor américain a cédé plus de 7 points de base lundi, s’approchant de 1,41 % en fin de séance.

Johnson a peut-être raison, mais son bilan en matière de prédictions COVID a été irrégulier. N’oubliez pas que c’est Johnson qui s’est appuyé sur les projections profondément erronées du professeur britannique Neil Ferguson pour lancer les mesures draconiennes de fermeture du Royaume-Uni l’année dernière (en fait, de nombreux pays se sont appuyés sur ces calculs erronés).

Le premier ministre britannique s’est montré irrégulier dans ses politiques et dans son propre respect de ces politiques, et son avertissement doit donc être considéré sous cet angle.

Les bons du Trésor attendent la Fed mais la volatilité des marchés mondiaux devrait s’accroître

Les rendements du Trésor réagissent très probablement à la {{ecl-168|||réunion} de cette semaine des responsables de la Réserve fédérale, les investisseurs attendant l’annonce d’une accélération de la réduction de ses achats d’obligations par la banque centrale américaine et d’un durcissement de ses prévisions de taux d’intérêt.

L’inflation rivalise avec le COVID en tant que principale préoccupation des investisseurs, bien qu’elles soient évidemment liées, la pandémie en cours exacerbant les pénuries de main-d’œuvre et d’approvisionnement et l’inflation.

Selon une école de pensée, propagée notamment par JPMorgan (NYSE:), la variante Omicron est une bonne nouvelle car, même si elle semble plus transmissible, ses symptômes semblent moins graves et cela pourrait signifier que la mutation dilue l’impact du coronavirus. Les investisseurs semblent être d’accord, puisque les actions ont atteint un nouveau record la semaine dernière.

Selon un sondage Reuters publié la semaine dernière, la plupart des spécialistes des titres à revenu fixe s’attendent à ce que la volatilité des marchés des obligations souveraines se poursuive, avec une tendance à la hausse des rendements en raison des pressions inflationnistes. L’incertitude concernant la COVID et son impact économique contribuera à la volatilité, selon les répondants.

Un autre sondage prévoit que les rendements du bon du Trésor à 10 ans atteindront 1,75 %, puis 1,90 %, et dépasseront 2 % au cours des prochains trimestres. Actuellement, ce rendement oscille autour de 1,5 %.

En Europe, les réunions de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BEA), qui se tiendront cette semaine, inciteront également les investisseurs à ne pas bouger.

Le rendement de l’obligation allemande était orienté à la baisse lundi, bien qu’il soit encore loin des moins 0,4 % atteints la semaine dernière.

L’incertitude quant à l’impact d’Omicron pourrait inciter le conseil des gouverneurs de la BCE à reporter la décision de mettre fin à ses achats d’urgence d’obligations à la réunion de février. Le programme doit se terminer le 31 mars et la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré qu’il prendrait fin à cette date, mais la variante COVID introduit un nouveau facteur.

La Grande-Bretagne a imposé de nouvelles restrictions COVID, ce qui jette un doute sur les chances d’une hausse des taux d’intérêt cette semaine par le Conseil de politique monétaire de la Banque d’Angleterre. On s’attendait à ce que la banque centrale relève ses taux, après avoir renoncé à le faire lors de sa réunion de début novembre.



Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également