Les investisseurs obligataires se sont focalisés sur le montant des achats d’actifs de la Réserve fédérale et sur l’impact possible d’une réduction de ces achats par la Fed, qui supprimerait un soutien des prix et entraînerait peut-être une hausse des rendements du Trésor.

Le compte rendu de la réunion de fin avril du FOMC, qui est chargé de définir la politique monétaire, a toutefois laissé entrevoir un autre changement possible sur le marché des bons du Trésor : la prolongation permanente de la facilité de prise en pension des autorités monétaires étrangères et internationales (FIMA), qui doit actuellement expirer en septembre.

Cette facilité a été mise en place à la fin du mois de mars 2020 afin d’atténuer la pression à la vente exercée par les banques centrales étrangères et d’autres autorités monétaires en acceptant des titres du Trésor pour des opérations de pension, ce qui leur donne accès à des liquidités sans avoir à vendre.

Selon le procès-verbal du FOMC :

“Quelques participants ont noté que, si une facilité de prise en pension FIMA avait été en place en mars 2020, elle aurait probablement atténué de manière significative les pressions sur ces marchés causées par le besoin soudain de financement en dollars à l’étranger.”

Rendre cette facilité permanente pourrait être une bonne idée, ont conclu les responsables politiques.

“Lors de leur discussion sur les considérations liées à la mise en place d’une facilité permanente de prise en pension FIMA, une grande majorité des participants ont estimé que les avantages potentiels l’emportaient sur les coûts.”

Le Treasury Borrowing Advisory Committee est allé un peu plus loin dans une présentation le mois dernier et a suggéré une facilité permanente permettant à un large éventail d’investisseurs américains de conclure des accords de repo avec la Fed. Ce type de facilité permettrait aux négociants de répondre à la demande de liquidités en période de stress tout en soulageant la pression sur les bons du Trésor.

Une autre idée qui circule est de mettre en place un système de compensation central pour les bons du Trésor. Cette idée, défendue par Darrell Duffie, économiste à Stanford, assouplirait les contraintes en matière de capital imposées aux négociants affiliés à des banques, ce qui leur permettrait d’accroître l’offre de liquidités ou, éventuellement, de réduire l’intermédiation des négociants.

Ces deux idées figuraient parmi celles proposées dans un document publié en décembre par la Brookings Institution et coécrit par Nellie Liang, une responsable de longue date de la politique de la Fed qui a fait un bref passage à la Brookings Institution en attendant d’être confirmée au poste de sous-secrétaire au Trésor pour les finances nationales, ce qui la mettrait en charge des titres du Trésor.

Ce sont là des solutions potentielles pour assurer le bon fonctionnement du marché du Trésor, non seulement en période de stress comme le début de la pandémie de COVID-19, mais aussi dans un monde où les États-Unis envisagent des déficits de plusieurs milliards de dollars pendant une décennie. Cela pourrait devenir encore plus pertinent lorsque la Fed ne soutiendra plus les prix avec ses achats d’actifs.

Le “Taper Tantrum” a-t-il déjà eu lieu ?

Le a baissé après la publication vendredi de l’indice des dépenses de consommation personnelle, bien que celui-ci ait montré une inflation légèrement supérieure aux prévisions.

Le rendement est descendu à environ 1,58 % (les marchés américains étaient fermés lundi pour le congé du Memorial Day).

Certains analystes estiment que le taper tantrum attendu s’est déjà produit avec la flambée du rendement à 10 ans à environ 1,75 % en mars. D’autres sont moins optimistes en ce qui concerne les bons du Trésor, notant que la demande des banques pourrait diminuer, la réouverture de l’économie offrant davantage de possibilités de prêts.

Les responsables de la Fed commencent à faire allusion à la réduction des achats d’actifs, dans le cadre de leur stratégie de communication visant à préparer les investisseurs au long chemin menant à la réduction du rythme des achats. Ils semblent également avoir convaincu les investisseurs de ne pas s’inquiéter de l’inflation, bien qu’il y ait une certaine nervosité et des avertissements de la part d’éminents dissidents.

Un récent avertissement a été lancé par Thomas Jordan, directeur de la banque centrale suisse, qui prévient que l’histoire montre qu’une fois que l’inflation est hors de contrôle, il faut souvent une récession pour la maîtriser. Il a déclaré à la Neue Zürcher Zeitung qu’il faisait référence à la situation en Suisse, bien que sa mise en garde soit intervenue en réponse à une question sur la tolérance de la Fed à l’égard d’une inflation supérieure à un objectif de 2 %.

Pour la Jordanie, cependant, et pour la Suisse, 2% reste un plafond. “Nous définissons la stabilité des prix comme une augmentation positive des prix à la consommation inférieure à 2%”, a-t-il déclaré. “Cette définition a résisté à l’épreuve du temps”.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également