Inscrivez vous et recevez notre actualité en temps réel.

 

Depuis trois ans, le géant de l’aviation et de la défense Boeing (NYSE:) est sur un long chemin de redressement après avoir subi un coup sévère à sa crédibilité. Les derniers de la société, publiés mercredi, montrent que de nombreux obstacles se dressent encore sur le chemin du géant industriel américain avant qu’il puisse prétendre avoir surmonté ses problèmes.

Bien que soutenu par la demande de ses 737 MAX et de ses avions cargo, Boeing a annoncé aux investisseurs, lors de sa conférence téléphonique sur les résultats, qu’il avait subi une perte trimestrielle, principalement due à des problèmes de production du 787 Dreamliner. Et ce, bien que Boeing ait vendu plus de jets que son rival Airbus Group (PA:) (OTC:) cette année.

La perte ajustée de 0,60 dollar par action et le chiffre d’affaires de 15,3 milliards de dollars de la société ont tous deux manqué les estimations moyennes. Bien que le constructeur aéronautique basé à Chicago ait dépensé beaucoup moins de liquidités que ce que Wall Street avait prévu, le chiffre a été fortement stimulé par un remboursement d’impôts de 1,3 milliard de dollars au cours du trimestre.

Le plus gros frein aux résultats est venu d’une charge comptable de 185 millions de dollars pour le dernier retard du vaisseau spatial Starliner et de 183 millions de dollars de coûts liés à l’interruption de la production du 787 Dreamliner. L’avionneur prévoit de dépenser environ 1 milliard de dollars au total pour les problèmes liés à son gros porteur vedette.

Le président-directeur général de Boeing, David Calhoun, a déclaré dans un communiqué :

“Nous assurons la stabilité de nos opérations. La demande du marché commercial continue de s’intensifier avec une large distribution de vaccins et des protocoles frontaliers qui commencent à s’ouvrir. À l’avenir, la capacité de la chaîne d’approvisionnement et le commerce mondial seront les principaux moteurs de la reprise de notre industrie et de l’économie en général.”

Cependant, les investisseurs ne sont pas encore convaincus que la compagnie va bientôt surmonter ses difficultés, qui ont commencé après les deux crashs mortels de ses avions phares 737 MAX en l’espace de six mois.

L’action BA continue de sous-performer

Malgré un fort rebond après l’effondrement du marché en mars 2020, l’action BA est en baisse de 4 % cette année, sous-performant massivement l’indice , qui a bondi d’environ 16 % au cours de cette période. En clôturant hier à 207,79 $, BA est toujours inférieur de plus de 50 % au sommet historique qu’il a atteint début 2019.

La Chine reste l’un des plus grands risques pour les efforts de redressement de Boeing. L’aigreur des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine a restreint les ventes sur le plus grand marché de croissance du monde pour les jets, avec aucune nouvelle commande depuis 2017. De plus, la Chine n’a pas encore levé son interdiction sur le MAX 737, laissant les gens deviner ses intentions.

Dans sa dernière analyse, Bloomberg a déclaré :

“La Chine n’a toujours pas signé le retour du 737 Max de Boeing Co. Mais l’avionneur ne renonce pas à son objectif d’une augmentation agressive de la production à partir de début 2022. La société sait-elle quelque chose que le reste d’entre nous ne sait pas, ou est-ce tout simplement téméraire ?”

Boeing a réaffirmé mercredi son intention de commencer à produire 31 jets MAX par mois d’ici le début de 2022, contre 19 actuellement. La société a environ 370 avions MAX en stock et a déclaré que la “grande majorité” a des propriétaires et que si ses projections pour les livraisons en Chine se maintiennent, elle livrera la plupart d’entre eux d’ici la fin de 2023.

Après la publication des résultats, Goldman Sachs (NYSE:) a réitéré son appel à l’achat d’actions Boeing. Dans une note aux clients, il a déclaré :

“Nous pensons qu’il y a une probabilité relativement élevée qu’au cours des prochains mois Boeing voit : (1) l’approbation de la FAA pour reprendre les livraisons de 787, (2) l’approbation réglementaire du 737 MAX en Chine, (3) une accélération des voyages internationaux et d’affaires. Ces catalyseurs devraient permettre au marché de se tourner vers des bénéfices normalisés et une puissance de flow de trésorerie, et de supprimer les surplombs dont les investisseurs nous disent régulièrement qu’ils doivent se débarrasser avant d’acheter le titre.”

Conclusion : Faut-il acheter l’action Boeing ?

Le dernier rapport sur les bénéfices de BA a montré que l’entreprise améliore progressivement sa situation financière et qu’elle est en meilleure position qu’il y a deux ans. Cela dit, son action reste un pari de redressement à long terme pour ceux qui ont la patience, surtout lorsque la Chine reste un grand point d’interrogation et que la reprise des voyages internationaux est encore faible.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également