investingcom analysis og

Les traders forex n’ont pas été perturbés par la faiblesse des données vendredi, les devises et les actions poursuivant leur redressement. Les ont stagné au mois d’avril après avoir grimpé en flèche en mars. En excluant les coûts des automobiles, qui ont augmenté de manière significative ces derniers mois, les dépenses ont connu une baisse inattendue de 0,8% contre 0,7% prévu. La croissance de la production industrielle a également ralenti et l’indice du sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan a plongé à 82,8 contre 88,3. Les économistes s’attendaient à ce que le sentiment s’améliore à la suite des mouvements records des actions.

Si les rapports économiques de ce mois-ci montrent que la reprise américaine perd de son élan, elle est loin d’être un sommet, car les perspectives de reprise continuent de s’améliorer. La réaction discrète aux rapports économiques de vendredi indique que les investisseurs sont positifs quant à l’économie et aux opportunités du marché, mais ce sont les devises à bêta élevé, comme l’euro (), le dollar canadien, le dollar néo-zélandais et le dollar australien, qui en profitent le plus. Les prix des produits de base sont élevés et l’inflation est généralement un problème plus important pour ces banques centrales. La zone euro commence tout juste à assouplir ses restrictions, tandis que de grandes parties du Canada restent verrouillées. Selon le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford (NYSE:), l’ordre de rester à la maison dans la région restera en vigueur au moins jusqu’au 2 juin.

Pourtant, le dollar canadien est l’une des devises les plus fortes car la Banque du Canada, étant l’une des premières à procéder à un assouplissement, a envoyé un signal très fort au marché concernant la confiance dans la reprise. Il ne fait aucun doute que lorsque le Canada reviendra, la croissance sera très robuste. Les investisseurs sont si optimistes qu’ils ont ignoré les commentaires du gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, sur l’appréciation de la monnaie. Il a déclaré qu’ils devaient s’assurer que l’appréciation n’affectait pas les exportations. Le dollar néo-zélandais, la meilleure performance de la journée, a grimpé en flèche malgré une activité manufacturière plus faible. La baisse de l’indice PMI du pays, qui est passé de 68,3 à 58,4 en avril, a soutenu la monnaie en réduisant les paris sur la réduction des taux.

Pour l’avenir, nous ne voyons pas de menace à court terme pour la reprise du risque. Une autre semaine chargée nous attend avec les ventes au détail en Chine, le PIB japonais du premier trimestre, les chiffres du marché du travail au Royaume-Uni et en Australie, les rapports sur l’inflation au Royaume-Uni et au Canada, les minutes du FOMC, les ventes au détail au Royaume-Uni, au Canada et en Australie, ainsi que les indices PMI de mai dans la zone euro et au Royaume-Uni. Les pressions inflationnistes sont fortes dans le monde entier et tous les rapports de la semaine prochaine devraient le refléter. Certaines banques centrales seront plus promptes à réagir que d’autres, et ces devises s’apprécieront le plus.

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également