© Reuters. L’ultraconservateur Ebrahim Raïssi a remporté l’élection présidentielle iranienne, rapporte samedi la télévision publique, succédant au modéré Hassan Rohani qui quitte la présidence après deux mandats, au terme d’un scrutin marqué par une abstention.

par Parisa Hafezi

DUBAI (Reuters) – L’ultraconservateur Ebrahim Raïssi a remporté l’élection présidentielle iranienne, rapporte samedi la télévision publique, succédant au modéré Hassan Rohani qui quitte la présidence après deux mandats, au terme d’un scrutin marqué par une abstention massive.

Ancien magistrat, Ebrahim Raïssi est un proche de l’ayatollah Ali Khamenei, véritable détenteur du pouvoir, et sa victoire pourrait à terme lui permettre de succéder au Guide suprême de la révolution.

Cacique du régime théocratique iranien, Ebrahim Raïssi devra reprendre en main les négociations ouvertes à Vienne sur la relance de l’accord de 2015 qui encadre les activités nucléaire iranienne.

Selon un décompte encore partiel rendu public lors d’une conférence de presse télévisée, Ebrahim Raïssi a obtenu 17,8 millions de voix lors de ce scrutin marqué par une abstention massive, seuls 28 millions d’Iraniens sur un corps électoral de 59 millions s’étant déplacés pour voter.

Âgé de 60 ans, Ebrahim Raïssi est visé par des sanctions américaines, les Etats-Unis l’accusant de violations des droits de l’homme.

Donné favori par les sondages, le nouveau président iranien était opposé à deux autres candidats conservateurs et à un modéré, l’ancien gouverneur de la banque centrale Abdolnasser Hemmati, qui lui a adressé ses félicitations.

Outre la disqualification de plusieurs candidats modérés, une partie de la population déplorait avant le scrutin des difficultés économiques exacerbées par des sanctions américaines, mais aussi de la corruption, de la gestion du pays et de la répression qui a suivi les manifestations de 2019 contre la hausse du prix de l’essence.

L’élite dirigeante a aussi été affaiblie début 2020 par la chute d’un avion de ligne ukrainien, abattu par erreur par des tirs de missiles iraniens peu après son décollage de Téhéran dans un moment de fortes tensions avec les Etats-Unis après l’assassinat ciblé en Irak du général Qassem Soleïmani, chef de l’unité d’élite des Gardiens de la révolution. Cette erreur a fait 176 morts.

(Rédaction de Dubaï, version française Nicolas Delame)

Responsabilité : Fusion Media souhaite vous rappeler que les données contenues dans ce site ne sont pas nécessairement en temps réel ni exactes. Tous les prix des CFD (actions, indices, contrats à terme) et des devises ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché. Les prix peuvent donc ne pas être exacts et différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de négociation. Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir suite à l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou les dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente contenus dans ce site Web. Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés à la négociation sur les marchés financiers, car il s’agit de l’une des formes d’investissement les plus risquées qui soient.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également