Fin décembre, la Federal Reserve Bank of Dallas a publié les résultats de son enquête sur l’énergie du quatrième trimestre, qui comprenait des données recueillies entre le 8 et le 16 décembre auprès de 90 entreprises d’exploration et de production et de 40 entreprises de services pétroliers.

Voici quelques éléments tirés de l’enquête et ce qu’ils signifient pour l’avenir de la production pétrolière américaine et des prix du .

1. Les coûts de production montent en flèche

Il s’agit du troisième trimestre consécutif au cours duquel les coûts de production ont augmenté. Toutefois, il convient de noter que le taux d’augmentation au quatrième trimestre a été le plus rapide depuis cinq ans que l’enquête est menée.

Les entreprises ont signalé des augmentations de coûts dans tous les domaines, y compris l’exploration et le développement, les frais de location et le personnel. En fait, l’augmentation des coûts figure en bonne place dans la section des commentaires, les dirigeants s’attendant à ce que les difficultés de production et l’inflation aient un impact sur le forage et la complétion des puits en 2022. Les cadres ont également mentionné les pénuries de main-d’œuvre et la difficulté à trouver des employés qualifiés comme un facteur qui limitera la production.

joue clairement un rôle dans l’augmentation des coûts de production du pétrole et ces coûts seront probablement répercutés sur les consommateurs. Même si les dépenses ne continuent pas à augmenter, elles resteront probablement élevées et contribueront à maintenir un plancher sur les prix du pétrole. Il est également probable que l’augmentation des coûts freine la croissance de la production en 2022.

2. Les prévisions de prix sont légèrement plus élevées

132 dirigeants ont fourni leurs prévisions de prix du WTI pour la fin de 2022. Le prix moyen prévu était de 74,69 dollars par baril. 74 % des répondants pensent que les prix du WTI se situeront dans une fourchette de 70 à 85 dollars d’ici la fin de 2022.

Toutefois, les entreprises indiquent que lorsqu’elles ont planifié leurs dépenses d’investissement pour 2022, elles se sont basées sur un prix moyen du WTI de seulement 64 dollars le baril. Ces prévisions de prix sont moins optimistes que celles de nombreuses grandes banques, comme Goldman Sachs, Citibank et Morgan Stanley, qui prévoient une hausse des prix dans la fourchette de 80 à 90 dollars en 2022.

Il est important de comprendre ces prévisions de prix dans leur contexte. Ces derniers temps, la tendance est à la surestimation des prix du pétrole par les banques, tandis que les entreprises pétrolières américaines ont eu tendance à les sous-estimer. Par exemple, les personnes interrogées dans le cadre de l’enquête du troisième trimestre (menée du 15 au 23 septembre 2021, lorsque le prix au comptant était d’environ 72 dollars le baril) ont estimé le prix moyen du WTI à la fin de 2021 à 69,99 dollars le baril.

En fait, le prix du WTI au 30 décembre 2021 a fini par s’établir à 76,99 dollars le baril. Par ailleurs, en octobre, de nombreuses pensaient que le prix du atteindrait 90 dollars le baril en décembre 2021. Il n’en a rien été, et ces banques étaient trop optimistes.

Les entreprises pétrolières, en particulier celles des États-Unis, peuvent avoir tendance à sous-estimer les prix futurs parce que leur expérience la plus récente est celle de prix extrêmement bas. De nombreuses entreprises ont été traumatisées par la longue période de prix déprimés qui a débuté en 2015 et ont été particulièrement touchées par l’effondrement total du WTI au printemps 2020.

Par conséquent, les entreprises sont probablement très prudentes et sous-investissent dans les dépenses d’investissement compte tenu de la chute probable des prix du pétrole en 2022.

3. La croissance de la production est une priorité, surtout pour les petites entreprises

Malgré la hausse des coûts, la pénurie de main-d’œuvre, l’incertitude réglementaire et le manque de capitaux des institutions financières, près de 50 % des entreprises ont indiqué que la croissance de la production était leur principale priorité pour 2022. Toutefois, cela ne signifie pas que les opérateurs doivent nécessairement s’attendre à des bonds importants de la production totale américaine en 2022.

Les petites entreprises (définies par l’enquête comme produisant moins de 10 000 bpj) ont très majoritairement cité la croissance de la production comme leur principal objectif, tandis que les grandes entreprises (définies comme produisant plus de 10 000 bpj) étaient plus susceptibles de citer la réduction de la dette comme leur principale priorité pour 2022. Comme ces entreprises sont si petites, même si elles doublent leur capacité de production en 2022, il est peu probable que ce montant ait un impact significatif sur la production américaine en 2022.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également