Le a perdu la quasi-totalité de son gain de 95 % enregistré plus tôt dans l’année après que les constructeurs américains aient étouffé la reprise de la construction de logements en étouffant tout simplement l’activité.

Depuis qu’il a atteint un sommet historique de 927 000 unités en octobre 2020, le rythme annuel des ventes de logements neufs aux États-Unis a chuté d’environ 20 %. La raison : Moins de maisons ont été mises sur le marché chaque mois, malgré une demande galopante.

Cela est dû en partie aux prix, qui ont atteint des niveaux record mois après mois. La Mortgage Bankers Association a estimé que le montant moyen des prêts pour les nouvelles demandes de logement a de nouveau augmenté en avril, passant de 384 000 dollars en mai à 377 434 dollars en avril.

Hebdomadaire du bois

L’autre raison est le ralentissement délibéré de l’activité par les constructeurs incapables de supporter la flambée ridicule des prix du bois, qui ont atteint plus de 1 711 dollars par planche de 1 000 pieds au plus fort de la hausse il y a six semaines, soit 95 % de plus que le 31 décembre et 417 % de plus qu’il y a un an.

Au moment du règlement mardi, cette même planche de bois de 1 000 pieds dépassait à peine 890 $, soit une hausse de 2 % par rapport au début de l’année 2021.

La crise des prix du bois s’est produite alors que le ministère américain du commerce a signalé la semaine dernière que les permis de construction de logements futurs ont atteint leur plus bas niveau depuis sept mois. Le nombre de logements achevés a diminué, tandis que le nombre de logements dont la construction a été autorisée, mais pas encore commencée, a atteint son plus haut niveau depuis 1999, ce qui indique que l’offre restera probablement serrée pendant un certain temps.

Il y a à peine trois ans, le bois d’œuvre se vendait entre 300 et 500 dollars par planche de 1 000 pieds. Puis, l’administration Trump a imposé des droits de douane de 24 % sur le bois d’œuvre importé du Canada, le plus grand producteur de cette matière première en Amérique du Nord. Cela a envoyé les prix au-dessus de 600 $ pour la première fois à la mi-2018.

La tempête parfaite est arrivée en juillet 2020, lorsque les goulots d’étranglement de l’offre dus à la pandémie ont réduit les délais de livraison d’une matière première déjà limitée. Le bois de construction a dépassé les 1 000 dollars pour la première fois en septembre et a continué à atteindre de nouveaux sommets à quatre chiffres jusqu’au début du mois de mai.

Jusqu’à ce qu’ils cèdent à la mi-mai, le bois a ajouté, au cours de l’année écoulée, 35 872 dollars au prix d’une nouvelle maison individuelle moyenne et 12 966 dollars à la valeur marchande d’une nouvelle maison multifamiliale moyenne aux États-Unis, selon la National Association of Home Builders.

La capacité des constructeurs américains à faire baisser les prix du bois autant qu’ils l’ont fait est une victoire rare dans l’ère post-pandémique.

De nombreuses autres matières premières se maintiennent à des niveaux élevés : le et le minerai de fer ne sont pas loin des records, le , le blé et le soja sont proches des sommets des huit dernières années et le est à son plus haut niveau depuis plus de deux ans.

Cuivre hebdo

Cuivre hebdo

Pendant des mois, les fabricants se sont plaints de l’augmentation des coûts de l’approvisionnement serré de presque tout, des puces électroniques nécessaires à l’industrie à la résine requise pour la fabrication de plastiques et de cartons, qu’une économie en expansion après des mois de suppression du COVID trouve maintenant des chaînes d’approvisionnement brisées et d’autres goulots d’étranglement logistiques sur son chemin.

Bien que la chute de la valeur du bois ne contribue pas à faire baisser les prix de l’immobilier aux États-Unis, elle conforte quelque peu la Réserve fédérale dans son discours selon lequel la flambée des prix des matières premières et l’inflation qui en résulte dans le cadre du rebond économique actuel sont “transitoires”.

Ce thème a encore été développé mardi par le président de la Fed, Jerome Powell, et sa suite de banquiers centraux dans des discours au Congrès et au public, alors qu’ils continuaient à dire aux Américains qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure pour l’économie.

Ils ont continué à dire aux Américains qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure pour l’économie. Et ce, bien que l’indice de référence privilégié de la Fed en matière d’inflation – l’indice de base des dépenses personnelles de consommation (PCE) – ait atteint un niveau record de 3,1 % en avril par rapport à l’année précédente. Ce chiffre est 1,5 fois supérieur à l’objectif d’inflation de 2 % par an fixé par la banque centrale elle-même.

L’indice des prix à la consommation, plus populaire, a quant à lui progressé de 5,0 % au cours de l’année qui s’achève en mai, son rythme le plus rapide depuis 2008.

La semaine dernière, la Fed a indiqué qu’il pourrait y avoir deux hausses avant 2023 pour ramener les taux d’intérêt actuels de zéro à 0,25 % à 0,6 %, ainsi qu’une réduction des 120 milliards de dollars de mesures de relance mensuelles de la banque centrale, le cas échéant.

Mais mardi, M. Powell, témoignant devant le Congrès américain, et le président de la Fed de New York, John Williams, lors d’une interview accordée à Bloomberg, ont déclaré que la banque centrale serait beaucoup plus patiente dans ses changements de politique, car les pressions inflationnistes observées dans le pays devraient se dissiper à mesure que l’économie continue de se redresser.

Revenons au bois d’œuvre : jusqu’où les prix peuvent-ils baisser ?

Paul Jannke, de Forest Economic Advisors, un expert très respecté du secteur, a prédit des niveaux de 800 $ ou légèrement inférieurs d’ici juillet.

Avertissement : Barani Krishnan utilise un éventail de points de vue différents du sien pour apporter de la diversité à son analyse de tout marché. Par souci de neutralité, il présente parfois des opinions contraires et des variables de marché. Il ne détient pas de position dans les matières premières et les titres sur lesquels il écrit.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également