• Le secteur technologique continue de sous-performer
  • La peur continue de l’emporter sur la cupidité
  • Les deux côtés de l’argument de l’inflation de la Fed sont baissiers pour les marchés.
  • Les investisseurs attendent les résultats dans l’espoir de nouvelles positives pour le marché

Les valeurs défensives devraient continuer à surperformer, les investisseurs tentant d’éviter les multiples vents contraires de la croissance. Nous nous attendons à ce que le repli du secteur technologique perdure, même si la demande d’actions défensives, qui ont tendance à être plus stables en période d’incertitude et d’inflation galopante, s’accélère.

Jeudi, avant le congé du Vendredi saint, la plupart des secteurs du ont terminé la semaine de négociation écourtée dans le rouge. À l’exception de l’augmentation de 0,33% des secteurs de l’, le secteur des a été le seul autre gagnant, et de justesse, avec +0,05%.

Les actions de ont perdu 2,43%, les investisseurs, rendus nerveux par les récentes turbulences du marché, cherchant à préserver le capital plutôt qu’à opter pour la croissance, la peur continuant à l’emporter sur la cupidité. L’action de la branche technologique, Les , a perdu 1,7%, ce qui en fait la deuxième plus mauvaise performance de la journée.

Même la , un secteur défensif classique, a glissé dans le rouge, indiquant à quel point les marchés sont devenus frileux, bien que le secteur ait terminé à peine en baisse, de 0,03%. L’, qui n’est pas un secteur défensif classique, n’a reculé que de 0,11%. Les mesures agressives prises par la Russie à l’encontre de l’Ukraine ont servi de catalyseur à la forte hausse des actions du secteur de l’énergie par crainte de perturbations de l’approvisionnement et de signal que le commerce mondial pourrait nécessiter une restructuration, y compris la reconstruction d’usines de fabrication et la reconfiguration des routes maritimes, ce qui a donc également permis de contenir les actions du secteur des ; le secteur n’a reculé “que” de 0,34 %.

Le même paradigme se retrouve dans la vue hebdomadaire. Les valeurs technologiques ont sous-performé (-5,13%), suivies par les services de communication qui ont enregistré une baisse de 2,78% sur la semaine. Seuls trois secteurs ont progressé sur une base hebdomadaire : Les biens de consommation de base (+ 0,57 %), les matériaux (+ 1,27 %) et les valeurs énergétiques (+ 3,17 %). Bien que les services publics aient perdu 0,8 % sur la semaine, il s’agit d’une performance décente par rapport à la chute hebdomadaire de -2,39 % du S&P 500.

Même au cours des six derniers mois, les actions du secteur de l’énergie ont été les plus performantes, avec une hausse de près de 40 %, tandis que les services publics ont grimpé de 15,5 % pour prendre la deuxième place, suivis par les biens de consommation de base, +11,07 %, et les matériaux, +6,15 % sur la période.

À ce stade, même les perspectives annuelles ne sont pas particulièrement positives pour les actions technologiques, qui n’ont gagné que 4 % au cours des 12 derniers mois. Il n’est pas surprenant, compte tenu des fortes variations du pétrole, que l’énergie ait enregistré une hausse de 62,33 %, ce qui en fait de loin le secteur le plus performant sur une base annuelle, mais les matériaux figurent également parmi les leaders. Les actions des services de communication ont plongé de 12,43 % au cours de cette période.

Ce n’est que sur une période de cinq ans, qui inclut les fermetures dues à la pandémie, que l’ancienne norme pour la technologie est encore visible – au cours de cette période plus large, le secteur a gagné 180 %.

Une Fed plus belliqueuse, l’absence de leadership du marché renforce l’incertitude

Le revirement radical de la Réserve fédérale, qui avait initialement estimé que l’inflation n’était que transitoire et qui a adopté sa position actuelle, plus belliqueuse, a accru les tensions à Wall Street. Plusieurs grandes banques ont averti que pourraient étouffer la croissance, déjà mise à mal par la crise sanitaire mondiale, aggravée par une pénurie mondiale de l’offre, le tout couronné par la première grande guerre européenne depuis la Seconde Guerre mondiale, qui pourrait devenir encore plus dangereuse après que Moscou a ouvertement menacé d’une guerre nucléaire pour la toute première fois.

Certains analystes estiment toutefois que la banque centrale américaine a ignoré la hausse manifeste des coûts pendant des mois avant d’intervenir trop tard pour maîtriser l’inflation. Selon cet argument, la Fed va poursuivre l’inflation plutôt que de la devancer. Dans ce scénario, les augmentations de taux seront plus rapides, accélérant l’inflation, au lieu de la stopper dans son élan.

Le sentiment des marchés financiers peut être difficile à saisir. Mais, dans des périodes comme celle-ci, même les investisseurs chevronnés peuvent se gratter la tête, ne sachant plus quelle interprétation négative suivre pour réajuster les portefeuilles en conséquence.

Ce manque de direction est probablement la raison pour laquelle les marchés n’ont récemment pas eu de sens pour beaucoup. Les actions et les obligations – qui ont tendance à représenter deux parties opposées du cycle économique – ont chuté à l’unisson.

En effet, le mois dernier, les bons du Trésor ont émis un signal d’alarme lorsque les obligations à courte échéance ont gagné du terrain par rapport aux obligations à plus longue échéance, formant une , considérée comme un indicateur avancé de récession à venir.

L’inversion s’est corrigée, bien que légèrement ; les rendements américains ont clôturé jeudi au-dessus de 2,8 %, pour la première fois depuis 2018, un avertissement de mauvais augure pour les investisseurs en actions puisque la hausse des rendements reflète les paris sur l’escalade des taux d’intérêt.

En effet, le rendement du Trésor est une prophétie auto-réalisatrice, car il oblige la Fed à suivre le rythme. Un argent plus cher rend les actions plus chères, et les versements obligataires plus élevés entrent en concurrence avec les rendements attendus des actions et les rendements des dividendes.

Les rendements ont complété un large fond en H&S, dont l’encolure a été renforcée par la MA de 200 semaines. La 50 WMA, qui a déjà franchi la 100 WMA, gagne sur la 200 WMA, pour un golden cross hebdomadaire – la première fois depuis 2017. Les rendements pourraient porter encore 45 % après ce croisement.

Cependant, c’était lorsque les taux évoluaient principalement de façon latérale depuis 2008. Cette croix dorée hebdomadaire intervient après une forte baisse suivie d’un rebond, ce qui rend la signification potentielle du signal beaucoup plus puissante.

Les bénéfices joueront également un rôle dans la du marché, car les entreprises défensives, notamment le géant de la santé Johnson & Johnson (NYSE:) et le géant de la consommation de base Procter & Gamble (NYSE:), publieront leurs résultats la semaine prochaine.

Lorsque JNJ publiera ses résultats le mardi 19 avril avant l’ouverture, les analystes prévoient un bénéfice par action de 2,59 $, exactement le même que celui du de l’année dernière, pour un chiffre d’affaires de 23,69 milliards de dollars, supérieur aux 22,32 milliards de dollars attendus pour le trimestre correspondant de l’année dernière.

JNJ W1

L’action de la société a explosé un large sommet H&S, en jeu depuis plus d’un an. La semaine dernière, l’action a trouvé un support au sommet du mois d’août, confirmant le retournement de tendance.

Procter & Gamble doit publier ses résultats le jour suivant, le mercredi 20 avril, avant l’ouverture. Le consensus prévoit un bénéfice par action de 1,3 $ pour un chiffre d’affaires de 18,72 milliards de dollars, contre 1,26 $ pour un chiffre d’affaires de 18,11 milliards de dollars au même trimestre de l’année dernière.

PG D1

PG semble tester le bas d’un drapeau ascendant, haussier après le plongeon initial, abandonné par la participation, reflétée par la diminution du volume.

D’autres noms notables à venir sur la piste des bénéfices sont Netflix (NASDAQ:) et Tesla (NASDAQ:).

Tesla publiera également ses résultats le 20 avril, après la clôture. Le constructeur de véhicules électriques devrait annoncer un bénéfice par action de 2,24 dollars pour un chiffre d’affaires de 17,63 milliards de dollars, ce qui est nettement mieux que le bénéfice par action de 0,93 dollar pour un chiffre d’affaires négatif de 10,39 milliards de dollars enregistré l’année dernière au cours du .

Cependant, le PDG Elon Musk vient de perdre une décision critique après qu’un juge fédéral décide que le tristement célèbre tweet de Musk sur la privatisation en 2018 était faux, ouvrant l’entreprise à des poursuites potentiellement sévères.

TSLA W1

TSLA n’a pas été en mesure de prolonger sa tendance haussière. Une autre descente sous le plus bas de février, à 700 $ précisément, établira une tendance baissière à long terme pour le titre.

Le a suivi la hausse des rendements. Il a clôturé à plat vendredi à la clôture de jeudi à 100,32, le niveau le plus élevé pour le billet vert depuis mai 2020.

Dollar D1

Le dollar se débat au même niveau depuis quatre séances, la poursuite des achats compensant un mouvement de retour vers la fourchette qui a suivi le modèle de continuation H&S.

L’or a reculé en fin de semaine, mettant fin à une reprise de cinq jours.

Après avoir chuté lundi, a peu évolué.

BTC/USD D1

La cryptomonnaie forme un fanion baissier qui pourrait retester la ligne de tendance haussière. Si le prix la franchit, cependant, que le jeton numérique est prêt à tester le niveau de 30K$.

Le a bondi à la suite d’une information selon laquelle l’UE se retire des achats de pétrole russe en raison de la guerre.

Oil D1

Il est difficile de savoir si le modèle de négociation du WTI est cohérent. Si nous avons correctement tracé nos lignes de tendance, le prix est passé par le sommet du triangle, ce qui rend le modèle – et toute sa dynamique – inopérant.

Calendrier économique : Statistiques les plus importantes attendues cette semaine

Toutes les heures indiquées sont EDT

Lundi

  • Vacances de Pâques au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Suisse, à Hong Kong et en Nouvelle-Zélande, entre autres.
  • 21:30 : Australie – .

Mardi

  • 8:30 : Etats-Unis – : baisse à 1,830M contre 1,865M précédemment.
  • 21:15 : Chine – : a été précédemment fixé à 3,70%.

Mercredi

  • 8:30 : Canada – : s’est établi à 0,8% en février.
  • 10:00 : Etats-Unis – : prévision d’un recul à 5,80M contre 6,02M.
  • 10:30 : US – : chute prévue à 0,863M contre 9,382M.
  • 21:30 : Australie – : baisse prévue à 1,0% contre 1,8% précédemment.

Jeudi

  • 5:00 : Zone euro – : devrait rester stable à 7,5%.
  • 8:30 : Etats-Unis – : attendu en baisse à 175K contre 185K.
  • 8h30 : Etats-Unis – : probablement en baisse à 20,0 contre 27,4.
  • 13:00 : US – : probablement en baisse à 20.0 contre 27.4.
  • 13:00 : Zone euro – .

Vendredi

  • 2:00 : Royaume-Uni – : devrait rester à -0,3% MoM.
  • 3:30 : Allemagne – : attendu en baisse à 54,4 contre 56,9.
  • 4:30 : Royaume-Uni – : l’impression précédente était de 55,2.
  • 9:45 : Etats-Unis – : l’édition précédente était de 57,7.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également