Les traders sur l’ devraient s’efforcer de trouver une direction cette semaine dans le cadre du black-out d’informations typique de la Réserve Fédérale avant sa réunion mensuelle, tandis que ceux sur le pourraient être un peu plus prudents aussi, car l’Iran pourrait être proche d’un accord pour exporter son brut sans sanctions américaines, malgré des négociations éprouvantes.

Or journalier

Tous les yeux seront tournés vers la lecture de l’indice des prix à la consommation américain, ou , pour le mois de mai, après qu’un chiffre plus fort que prévu en avril ait déclenché une chute de l’or vers les 1 800 $.

En dehors de l’IPC et d’autres données pertinentes, les marchés sont pratiquement inquiets du bavardage incessant sur l’inflation. Et ce, malgré l’indifférence relative de la Réserve fédérale à l’égard de cette question, ainsi que son refus d’agir de manière irréfléchie en relevant les taux ou en réduisant immédiatement les achats d’actifs qu’elle a effectués pour fournir des liquidités aux marchés depuis l’apparition de la pandémie de coronavirus en mars 2020.

Toutes choses égales par ailleurs, un environnement inflationniste plus élevé est bon pour l’or, qui est considéré comme la meilleure réserve de valeur en période de troubles tant financiers que politiques.

Pourtant, au cours des derniers mois, les rivaux de l’or, le dollar et les rendements obligataires, se sont plutôt redressés en raison des signes d’accélération de l’inflation, les investisseurs pariant que la Fed relèvera ses taux plus rapidement que prévu, ce qu’elle a juré de ne pas faire.

La Fed reconnaît les pressions sur les prix résultant des goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement américaines qui luttent pour faire face à la demande dans une économie qui rouvre après des mois de suppression de la pandémie. Mais le Comité fédéral de l’open market de la banque centrale, dirigé par le président Jerome Powell, insiste sur le fait que ces pressions inflationnistes sont “transitoires” et s’estomperont lorsque l’économie se remettra complètement de la pandémie.

L’or a d’abord été affaibli jeudi par les aux États-Unis, qui indiquent que le chômage est à son plus bas niveau depuis le début de la pandémie.

Mais dans les 24 heures qui ont suivi, la situation de l’emploi s’est à nouveau retournée, aidant l’or à récupérer une partie de ses pertes.

Les chiffres de l’ du département du Travail pour tout le mois de mai, publiés vendredi, ont montré que les États-Unis n’ont créé que 559 000 nouveaux emplois – soit au moins 90 000 de moins que les prévisions des économistes – bien que le taux de chômage mensuel ait baissé de trois points de pourcentage à 5,8 %. Cela laissait entendre que la reprise de l’emploi avait encore du chemin à faire.

Les responsables des instituts de recherche ont immédiatement commencé à diffuser la théorie selon laquelle la Fed ne sera pas près de relever les taux d’intérêt ou de réduire les 120 milliards de dollars d’obligations et autres actifs qu’elle achète chaque mois.

L’or entame cette semaine en repassant sous la barre des 1 900 dollars qu’il occupait la semaine précédente, dans le silence radio qu’affichent généralement les banquiers de la Fed avant la réunion mensuelle de politique générale des 15 et 16 juin.

L’IPC est l’une des dernières grandes données économiques américaines à être publiées avant la réunion de la Fed. S’il s’avère étonnamment plus fort que prévu, il pourrait à nouveau galvaniser l’attention du marché sur l’inflation, malgré les efforts de la Fed pour détourner la conversation de ce sujet. Les économistes suivis par Investing.com prévoient une croissance mensuelle de 0,4 % pour l’IPC de mai et une expansion annuelle de 4,7 %.

Si les chiffres restent dans les limites des prévisions, la Fed sera en mesure d’affirmer qu’aucun changement – ou même une discussion sur un changement de politique monétaire – n’est nécessaire lors de sa réunion de juin, a écrit Jeffrey Halley, responsable de la recherche pour l’Asie-Pacifique chez le courtier en ligne OANDA, dans son blog d’ouverture de la semaine.

Le “bras de fer sur l’inflation” continue

Mais une telle action apaisera à peine une plus grande partie du marché, y compris le commerce de l’or, secoué par les rendements américains à 10 ans qui tournent autour de 1,6 % et menacent de repasser au-dessus de 1,7 % et au-delà.

“Une fois les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement de la pandémie éliminés, un retour à la moyenne se produira-t-il ?”. a demandé Halley dans son blog.

“Malgré le bruit et les coups de poitrine des deux côtés du ring, la réponse honnête est que nous ne savons tout simplement pas si les tensions sur les prix vont se relâcher dans le monde entier vers la fin de l’année.”

“Le bras de fer de l’inflation se poursuit”.

Pour l’or, en particulier, il faut s’attendre à une fourchette agitée de 1 860 à 1 900 dollars cette semaine, le pic de 1 817 dollars de la semaine dernière ayant peu de chances d’être retesté, a ajouté M. Halley.

Dans le cas du pétrole, les prix du brut étaient en baisse dans les premiers échanges de lundi en Asie, bien que la référence américaine, le West Texas Intermediate, ait atteint un sommet de 32 mois à 70 dollars le baril.

Pétrole journalier

Le , qui sert de référence mondiale pour le pétrole, a également baissé après avoir atteint un sommet de deux ans à 72,26 dollars.

L’Iran et les puissances mondiales entameront un cinquième cycle de négociations le 10 juin à Vienne, qui pourrait inclure la levée par Washington des sanctions économiques sur les exportations de pétrole iranien.

Si l’envoyé de l’Union européenne chargé de coordonner les négociations a déclaré qu’il pensait qu’un accord serait conclu lors des discussions de cette semaine, Reuters a cité d’autres diplomates de haut rang qui ont déclaré que les décisions les plus difficiles restaient à prendre.

Les analystes s’attendent à ce que l’Iran, dont l’élection présidentielle aura lieu le 18 juin, augmente sa production de brut de 500 000 à 1 million de barils par jour une fois les sanctions levées.

Avertissement : Barani Krishnan utilise un éventail de points de vue différents des siens pour apporter de la diversité à son analyse de tout marché. Par souci de neutralité, il présente parfois des opinions contraires et des variables de marché. Il ne détient pas de position sur les matières premières et les titres sur lesquels il écrit.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également