Alors que les plus grandes banques américaines publient leurs résultats du deuxième trimestre cette semaine et que la saison des résultats du deuxième trimestre démarre, les investisseurs n’ont pas beaucoup de raisons de se plaindre.

L’indice a progressé de plus de 70 % au cours de l’année écoulée, soit le double des gains réalisés par le au cours de la même période. Cette performance remarquable pendant l’une des récessions les plus profondes de l’histoire des États-Unis témoigne de la résilience de leurs modèles d’entreprise, qui ont été élaborés après la crise financière de 2008.

Cette performance étonnamment robuste ne pourra toutefois pas durer éternellement, la hausse des bénéfices liée à la pandémie s’atténuant progressivement à mesure que la réouverture économique se poursuit.

La grande différence sera une baisse substantielle des revenus de négociation des banques, qui devraient afficher une baisse de 28 % pour les principales banques d’investissement américaines, selon les estimations des analystes, lorsqu’elles commenceront à publier leurs résultats du deuxième trimestre à partir d’aujourd’hui.

Les dirigeants de Citigroup Inc (NYSE:) et de JPMorgan Chase & Co (NYSE:) ont prévenu avant la publication de leurs résultats que leurs revenus de trading pourraient être en baisse de 30 % ou plus par rapport à l’année précédente. Cela pourrait représenter une perte d’environ 10 % du revenu total de chaque banque.

La croissance des prêts, qui a été faible pendant la pandémie, les consommateurs et les entreprises ayant réduit leurs dépenses, n’a pas encore repris. Le total des prêts des banques commerciales a probablement baissé de 3 % au cours du trimestre, selon les estimations des analystes.

Un contexte économique favorable

Malgré ces points faibles, les grandes banques ont encore des points forts qui pourraient surprendre les investisseurs cette saison. Ces prêteurs, par exemple, peuvent libérer des milliards de dollars des réserves qu’ils ont constituées pendant la pandémie pour faire face à l’impact des prêts douteux.

Les banques pourraient déclarer des bénéfices par action au deuxième trimestre supérieurs de 40 % à ceux de la même période de l’année précédente, selon les analystes de Keefe, Bruyette & Woods, via un rapport du Wall Street Journal. Un autre facteur qui pourrait donner un coup de pouce aux résultats de cette semaine est un premier semestre record pour les fusions et acquisitions. Les revenus de cette activité pourraient connaître une hausse de 30 % pour le secteur.

À un horizon un peu plus lointain, la toile de fond économique continue d’être favorable aux banques, selon nous. Si l’on ajoute à cela les dépenses d’infrastructure massives du gouvernement et la réduction progressive des mesures de relance monétaire, les banques pourraient voir la demande de crédit augmenter sensiblement l’année prochaine, les entreprises et les particuliers utilisant les liquidités accumulées pendant la pandémie.

Wells Fargo (NYSE:NYSE:) et Bank of America (NYSE:NYSE:), qui publient toutes deux leurs résultats mercredi avant l’ouverture, sont bien placées pour bénéficier de la croissance des prêts et de la hausse des taux d’intérêt, deux thèmes clés susceptibles de stimuler les valeurs bancaires au cours des neuf prochains mois.

Bank of America hebdo

D’autre part, Citi, qui publie également ses résultats mercredi avant la cloche, est un bon pari pour payer des dividendes plus élevés à l’avenir. C’est la seule banque du groupe des six principaux prêteurs qui n’a pas augmenté son dividende le mois dernier, maintenant son versement trimestriel inchangé à 0,51 $ pour un rendement annuel de 2,98 %, mais laissant la porte ouverte à une hausse.

C hebdo

Cinq des six plus grandes banques ont déjà relevé leurs dividendes, augmentant collectivement leurs versements par action de 40 % par rapport aux niveaux qu’elles ont maintenus ou réduits pendant l’effondrement économique induit par le coronavirus. Elles se sont également engagées à acheter des dizaines de milliards de dollars de leurs propres actions après que la Réserve fédérale a affirmé qu’elles étaient suffisamment saines pour le faire.

Conclusion

Les résultats de certaines des plus grandes banques des USA pourraient montrer que la hausse de leurs ventes due à la pandémie est déjà terminée. Cela dit, la deuxième phase de la croissance de leurs bénéfices n’est pas encore arrivée. Elle devrait se produire lorsqu’elles commenceront à bénéficier de la croissance des prêts et de la hausse des taux d’intérêt.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également