D’Ieteren Group a signé la plus forte hausse (156%) de toute la place bruxelloise en 2021. Une performance qu’il sera logiquement difficile à réitérer pour la holding bruxelloise, même si les suiveurs voient encore du potentiel…

Pour D’Ieteren, l’année écoulée restera assurément celle de la prise de conscience par les marchés du potentiel caché de Belron, la société de vitrage et de carrosserie qu’elle détient à hauteur de 50,01%.

Si les analystes étaient positifs de longue date sur la maison-mère de Carglass, le marché s’en est réellement rendu compte lors de la montée au capital d’investisseurs internationaux, en l’occurence Hellman & Friedman, Blackrock et GIC, cet été à hauteur de plus de 16%. 

Une opération qui valorisait Belron à plus de 17 milliards d’euros, et au passage la participation de D’Ieteren à 8,6 milliards.

Objet des convoitises et véritable vache à lait de la holding, Belron surfe à plein sur les nouvelles technologies que l’on retrouve dans les pare-brises. Par nouvelles technologies, comprenez notamment les radars des systèmes d’aide à la conduite, les capteurs ou les caméras qui font exploser les marges opérationnelles du groupe lors des réparations.

Le succès de la filiale de vitrage est tel que celle-ci détermine désormais quasiment à elle seule la valorisation de D’Ieteren Group, l’activité comptant par ailleurs pour environ 90% du bénéfice opérationnel de la holding.

En d’autres termes, Belron a relayé au second plan les autres activités de D’Ieteren, connu historiquement pour être l’importateur belge des marques du groupes Volkswagen (DE:) et des services associés. 

La part de Moleskine (agenda et cahiers « Lifestyle ») racheté fin 2016 par D’Ieteren est également marginale, de même que la participation de 40% acquise il y a quelques mois dans le spécialiste des pièces détachées TVH Parts.

Quid du potentiel de l’action ?

Malgré un cours plus que doublé en glissement annuel, les analystes suivant le dossier voient encore du potentiel pour l’action D’Ieteren à un horizon de douze mois, et ce sur base d’un cours médian de 189,90 euros (données compilées par l’agence Bloomberg).

Vu sous un autre angle, c’est aussi un potentiel de plus de 10% en regard du dernier cours de clôture de 171 euros.

De l’avis des suiveurs, la valorisation de Belron ne serait pas encore totalement intégrée dans le cours, même si les marges générées par le vitrier seront à tenir à l’oeil, sur fond des investissements importants à réaliser. 

Notons qu’à un horizon de quelques années, une IPO de Belron ne serait pas étonnante et potentiellement créatrice de valeur pour l’actionnaire.

2022 pourrait également être une année d’acquisitions pour le groupe immatriculé à la rue du Mail à Ixelles, qui dispose d’un milliard d’euros à investir. C’est en tout cas le souhait des courtiers.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également