© Reuters. Royal Dutch Shell examine ses participations dans le plus grand champ pétrolifère américain en vue d’une éventuelle vente d’actifs, ont déclaré à Reuters des sources au fait du dossier, alors que le groupe est confronté à une pression accrue pour

par Ron Bousso, Jessica Resnick-Ault et David French

LONDRES (Reuters) – Royal Dutch Shell (AS 🙂 examine ses participations dans le plus grand champ pétrolifère américain en vue d’une éventuelle vente d’actifs, ont déclaré à Reuters des sources au fait du dossier, alors que le groupe est confronté à une pression accrue pour réduire ses émissions de carbone.

La vente pourrait concerner tout ou partie des actifs de Shell dans le bassin du Permian, au Texas, qui a représenté environ 6% de la production totale de et de gaz du groupe anglo-néerlandais en 2020. La valeur de ces participations pourrait dépasser les 10 milliards de dollars (8,25 milliards d’euros) selon ces mêmes sources.

Il n’y a aucune garantie que Shell finisse par conclure un accord, ont précisé ces sources sous couvert d’anonymat.

Shell s’est refusé à tout commentaire.

Comme ses rivaux, le deuxième groupe énergétique occidental subit la pression des investisseurs pour augmenter ses bénéfices tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre qui accélèrent le réchauffement climatique, notamment en vendant des actifs.

Tout retrait de la région du Permien marquerait un changement majeur pour Shell alors que la zone a précédemment été identifiée par le groupe comme l’un des neuf principaux bassins pour sa stratégie de transition énergétique visant à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

Le plan de transition énergétique de Shell, l’un des plus ambitieux du secteur, vise à réduire progressivement la production de pétrole et de gaz et à augmenter l’investissement dans les énergies renouvelables, l’hydrogène et les technologies à faible émission de carbone.

Un tribunal de La Haye, aux Pays-Bas, a ordonné en mai à Shell de réduire davantage ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030.

Le groupe prévoit de faire appel de cette décision mais a également dit vouloir accélérer sa réduction des émissions, ce qui risque de réduire ses activités pétrolières et gazières.

A la Bourse de Londres, l’action Shell progressait de 1,8% en début d’après-midi.

(Version française Diana Mandiá, éditée par Blandine Hénault)

Responsabilité : Fusion Media souhaite vous rappeler que les données contenues dans ce site ne sont pas nécessairement en temps réel ni exactes. Tous les prix des CFD (actions, indices, contrats à terme) et des devises ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché. Les prix peuvent donc ne pas être exacts et différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de négociation. Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir suite à l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou les dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente contenus dans ce site Web. Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés à la négociation sur les marchés financiers, car il s’agit de l’une des formes d’investissement les plus risquées qui soient.





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également