© Reuters. Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement en début de séance vendredi. A Paris, le CAC 40 perd 0,06% à 07h45 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,09% et à Francfort, le Dax recule de 0,23%. /Photo d’archives/REUTERS/Toby Mel

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement en début de séance vendredi, l’effet de surprise du changement de ton de la Réserve fédérale sur l’évolution possible de sa politique monétaire s’estompant sans qu’un autre catalyseur ne dicte une tendance claire.

À Paris, le perd 0,06% à 6.662,14 points à 07h45 GMT. A Londres, le cède 0,09% et à Francfort, le recule de 0,23%.

L’indice est en baisse de 0,14%, le est stable et le se replie de 0,16%.

Ce dernier reste néanmoins très proche de son record de lundi et il est en passe d’enchaîner une cinquième semaine de progression. Le CAC 40, lui, s’achmine vers sa quatrième performance hebdomadaire positive d’affilée.

Le discours et les nouvelles prévisions de la Fed publiées mercredi, qui suggèrent que le resserrement de la politique américaine pourrait démarrer plus tôt qu’anticipé auparavant, n’aura donc que modérément affecté le moral des investisseurs.

Cette séance est aussi celle des “quatre sorcières”, l’échéance simultanée d’options et de contrats à terme sur indices et sur actions.

VALEURS

La plus forte baisse sectorielle du début de séance en Europe est pour l’assurance, dont l’indice Stoxx cède 1,08% ; à l’opposé, le compartiment des biens et services industriels progresse de 0,28%.

Au sein de ce dernier, Alstom (PA 🙂 gagne 1,84%, la meilleure performance du CAC 40, après avoir remporté un contrat de 2,6 milliards d’euros avec la compagnie ferroviaire danoise DSB.

Pour sa première séance, le spécialiste de la vente de voitures d’occasion Aramis se traite à 23,05 euros, juste au-dessus de son prix d’introduction, fixé en bas de fourchette.

A Londres, Tesco (LON 🙂 perd 1,58%, la croissance des ventes du groupe de distribution ayant nettement ralenti sur le trimestre à fin mai.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice a perdu 0,19% dans un contexte de double incertitude, sur l’évolution des taux d’intérêt d’une part et sur le déroulement des Jeux olympiques d’autre part.

Les actions japonaises n’ont pratiquement pas réagi aux annonces de la Banque du Japon (BoJ), qui a laissé sa politique monétaire inchangée mais a annoncé le lancement d’un nouveau programme visant à inciter les banques à financer la lutte contre le dérèglement climatique.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai et le CSI 300 ont passé la majeure partie de la séance dans le rouge mais se sont redressés en fin de séance pour clôturer stables. Ils accusent désormais trois semaines de baisse d’affilée.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,1% pour le , stable pour le Standard &amp ; Poor’s 500 et en progression de 0,12% pour le Nasdaq.

Jeudi, la Bourse de New York a fini en ordre dispersé, le Nasdaq ayant été porté par les gains des grandes valeurs technologiques sur fond d’optimisme pour l’économie américaine alors que le repli des rendements obligataires pesait sur le S&P-500 en faisant baisser les banques.

Ce dernier a perdu 1,84 point, soit 0,04%, à 4.221,86 points, sa troisième clôture négative d’affilée contre quatre pour le Dow Jones, qui a abandonné 0,62%, ou 210,22 points, à 33.823,45 points. Le a avancé au contraire de 121,67 points (0,87%) à 14.161,35 points.

TAUX

Les rendements de référence de la zone euro varient peu, à -0,194% pour le Bund allemand à dix ans et 0,166% pour l’OAT française de même maturité.

Le dix ans américain, à 1,4954%, amplifie la baisse entamée jeudi, qui a effacé la quasi-totalité de la progression enregistrée la veille en réaction aux annonces de la Fed.

CHANGEMENTS

Le dollar continue de se redresser face aux autres grandes devises (+0,09%) mais à un rythme bien plus modéré qu’au cours des deux séances, sur lesquelles il affiche un bond de 1,5%. L'”indice dollar” évolue désormais au plus haut depuis le 13 avril.

L’euro oscille quant à lui autour de 1,19 dollar.

La livre sterling est tombée au plus bas depuis cinq semaines face au billet vert après l’annonce d’une baisse de 1,4% des ventes au détail au Royaume-Uni en mai.

PÉTROLE

Le marché pétrolier recule pour la deuxième séance consécutive, toujours pénalisé par l’appréciation du dollar, mais il se dirige vers une performance hebdomadaire proche de l’équilibre au terme d’une semaine marquée par des plus hauts de plus de deux ans.

Le repli est aussi alimenté par les déclarations jeudi d’un diplomate iranien selon lequel les discussions avec les Etats-Unis sur le nucléaire sont plus proches que jamais d’aboutir.

Le cède 0,45% à 72,75 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 0,28% à 70,84 dollars.

(Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également