Fan de longue date de la perle alimentaire belge, Berenberg vient de revoir à la hausse son objectif de cours sur Lotus Bakeries. Pour les trois années à venir, la maison de courtage allemande dit anticiper une croissance à deux chiffres du bénéfice par action du biscuiter.

La maison-mère du spéculoos, dont l’action a bondi de 53% l’année passée, devrait encore performer à l’avenir. C’est en tout cas l’avis des analystes de Berenberg qui viennent de porter à 6.600 euros leur objectif de cours, contre 6.000 euros précédemment. 

Vu sous un autre angle, c’est également un potentiel appréciable de 18% pour la valeur qui a clôturé à 5.570 euros hier soir.

Dans les grandes lignes, la maison de courtage estime que Lotus Bakeries sera en mesure de maintenir la croissance impressionnante à laquelle il nous a habitué ces dernières années, et singulièrement grâce à son fer de lance qu’est le spéculoos (renommé Biscoff en dehors de nos frontières) et ses dérivés en pâtes à tartiner, glace, etc.

Citant le meilleur semestre de son histoire, Lotus avait annoncé une augmentation de 20% de ses revenus à 365 millions d’euros au titre des six premiers mois de 2021, grâce justement à son pilier stratégique sensé lui permettre de “conquérir le monde” pour reprendre les termes du management.

La division Natural Foods devrait également contribuer à la forte croissance dans les années à venir, estime Berenberg, qui s’attend par ailleurs à ce que le biscuiter soit en mesure d’améliorer légèrement ses marges d’exploitation, tandis que l’accent sera mis sur la durabilité.

A ce titre, le groupe industriel s’emploie à diversifier ses produits sur les en-cas sains, son deuxième pilier stratégique, avec les marques BaerNākd ou Trek. Lotus a également racheté en 2018 Kiddylicious, le spécialiste britannique des biscuits pour bambins.

Lotus Bakeries, c’est aussi des produits locaux suite au rachat de plusieurs entreprises dont la société hollandaise Peijnenburg et la biscuiterie suédoise Anna’s, tous deux leaders sur leur marché domestique du pain d’épice…

Croissance de 10% du BPA

D’une manière générale, les analystes s’accordent à dire que le groupe belge combine un secteur d’activité défensif avec une croissance à l’international, où de nouvelles usines doivent répondre à la demande toujours plus grande pour ses spéculoos.

L’entreprise de Lembeke prévoit à ce titre d’investir 150 millions d’euros en Europe (notamment en Belgique à Courcelles) et aux Etats-Unis.

“Une génération robuste de cash-flow, un bilan solide et un rendement sur capitaux investis stable” sont autant d’autres éléments mis en avant.

Alors qui n’hésite pas à comparer le spéculoos aux célèbres Oreo’s de Mondelez en terme de visibilité, Berenberg anticipe une croissance de 10% du bénéfice par action (BPA) pour 2022, 2023 et 2024.

Lotus Bakeries communiquera ses résultats annuels le 10 février prochain. L’occasion notamment de voir comment le biscuiter répond à l’inflation.

Interrogé à ce titre par Oblis, Kris Kippers, qui suit le dossier chez Degroof Petercam, nous avait indiqué “qu’historiquement, Lotus Bakeries avait été en mesure d’atténuer l’impact des matières premières sur ses prix de vente, grâce à une capacité d’adaptation à l’offre et une résilience de ses marques”.

Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également