© Reuters. La Bourse de New York a fini en hausse jeudi, le S&P-500 ayant atteint un pic historique de clôture. L’indice Dow Jones a gagné 0,06%. Le S&P-500, plus large, a pris 0,47%. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 0,78%. /Photo d’archives/REUTERS/

par Stephen Culp

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a fini en hausse jeudi, le S&P-500 ayant atteint un pic historique de clôture, alors que les investisseurs ont fait fi de données signalant une accélération de l’inflation aux Etats-Unis en se rangeant derrière l’avis de la Réserve fédérale (Fed) sur le caractère passager de celle-ci.

L’indice a gagné 0,06%, ou 19,10 points, à 34.466,24 points.

Le S&P-500, plus large, a pris 19,63 points, soit 0,47%, à 4.239,18 points.

Le a avancé de son côté de 108,58 points (0,78%) à 14.020,33 points.

La publication dans la journée de données du département américain du Travail faisant état d’une augmentation plus forte qu’attendu des prix à la consommation aux Etats-Unis a alimenté le débat sur une possible inflation de longue durée, en dépit des propos rassurants de la Fed sur la question.

Toutefois, une analyse plus détaillée des données montre que la hausse des prix a été principalement l’effet des produits de base et des billets d’avion, laissant suggérer qu’il s’agissait d’une tendance temporaire.

“Une autre surprise à la hausse, mais un point essentiel est qu’un nombre d’éléments se trouvent toujours dans la catégorie transitoire donc je ne pense pas que la Fed va être particulièrement inquiète”, a déclaré Colin Asher, économiste chez Mizuho, à Londres.

En dépit d’avancées dans les négociations sur le plan d’investissement dans les infrastructures aux Etats-Unis, après un changement d’approche du président Joe Biden, les secteurs industriel et des transports, censés bénéficier de ce projet, ont décliné.

Parmi les onze principaux secteurs du S&P-500, celui de la santé a affiché la plus importante progression de la séance.

Le secteur financier a souffert, tirant vers le bas le rendement des bons du Trésor américain.

GameStop, tête d’affiche des “meme stocks”, a chuté après avoir annoncé qu’il pourrait lancer une nouvelle augmentation de capital.

D’autres “meme stocks”, ces valeurs au centre depuis plusieurs mois de l’attention des investisseurs individuels mobilisés contre les vendeurs à découvert, ont aussi décliné, comme Clover Health et AMC Entertainment.

Boeing (NYSE 🙂 a marqué une légère hausse après que Reuters, citant des sources, a rapporté que l’avionneur était en discussions avec United Airlines en vue d’une importante commande de monocouloirs qui serait partagée avec Airbus (PA :).

Pfizer (NYSE 🙂 a enregistré des gains après l’annonce par les Etats-Unis de l’achat, pour 3,5 milliards de dollars, de 500 millions de doses du vaccin contre le COVID-19 pour les distribuer aux pays pauvres.

(version française Jean Terzian)





Nos sources

Club Trader School

Inscrivez-vous pour recevoir les derniers conseils et stratégies de Trading, ainsi que des cadeaux exclusifs !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.

A lire également